Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie, vue par un enfant...
L'OFFICE NATIONAL DU TOURISME INNOVE
Publié dans L'Expression le 25 - 05 - 2011

«Invitation à mon pays, l'Algérie» est un opuscule présenté sous la plume du petit Amine.
Original! L'Office national du tourisme vient de se distinguer par un opuscule beau et... écrit de la plume d'un enfant. Invitation à mon pays, l'Algérie est le titre de cette publication parue, ces derniers jours, chez les éditions Nounou. L'histoire de cet ouvrage est particulière. Amine, le personnage principal, est un enfant qui refuse de se fixer dans une région de l'Algérie.
«L'identité ne se compartimente pas, elle ne se répartit ni par moitiés, ni par tiers, ni par pages cloisonnées», cette citation de l'écrivain libanais Amine Malouf, semble avoir cultivé un rêve merveilleux dans le jardin des rêves de Amine. Il prend sa plume innocente et écrit à son amie Sarah, en France.
Au préalable, le petit n'omet pas de remercier la fillette.
«Chère Sarah, je te remercie vivement», lit-on à la couverture de la publication, présenté sous forme de message à peine tiré de son enveloppe. Ouvrons la lettre: «Chère Sarah, je te remercie vivement pour tout ton soutien pendant mon séjour en France». Ces mots ouvrent un ouvrage qui invite Sarah à une odyssée à travers l'histoire, les sites et les multiples facettes culturelles de l'Algérie. «Tu m'as demandé de te faire un schéma de l'Algérie que tu ignores», écrit Amine à son amie. Sa plume commence par une description géographique de son pays.
Ensuite, elle traverse les temps. Elle remonte les sicles jusqu'à la Numidie (l'ensemble des pays du Maghrèb, actuellement). Elle raconte: «Nos ancêtres l'ont beaucoup défendu (le territoire) depuis la nuit des temps tel que: Gaia, père de Massinissa, Jugurtha, Juba I et Juba II.»
A ces mots, Amine a joint les illustrations de ces personnages qui ont marqué l'histoire ancienne de l'Afrique du Nord.
Sa plume parcourt les temps. Dans sa quête, elle fait une halte sur la conquête de l'Anda-lousie (la péninsule ibérique) par Tarek Ibn Ziad, le célèbre guerrier berbère qui a posé les premiers jalons de la civilisation andalouse.
Pendant huit siècles, cette civilisation répand le printemps du savoir et de l'art sur le territoire qui, actuellement, regroupe l'Espagne et le Portugal. La plume d'Amine continue son voyage. Elle aborde une nouvelle page de l'histoire de l'Algérie, celle ou l'Emir Abdelkader mène une résistance farouche pour libérer son pays du colonialisme français. Cela dit, elle ne s'attarde pas sur cet épisode et ceux qui suivent l'histoire nationale.
«Voilà Sarah, et ce n'est pas tout. Je te laisserai le soin de découvrir toi-même la splendeur, la beauté et l'authenticité de mon pays», renchérit Amine. Ce n'est pas pour autant que le voyage s'arrête. Amine invite Sarah à venir en Algérie.
Ce faisant, sa plume d'enfant qui brise les chaînes de l'orthographe et de la grammaire lui annonce: «Avant que tu n'atterrisses déjà, tu seras éblouie par l'apparence d'une ville comme accrochée au ciel. C'est bien Alger
Amine se lance, ensuite, dans une description poétique des merveilles de l'Algérie. Cette poésie dépasse le domaine de l'écriture. Elle est à découvrir, à vivre...
Avis au amateurs...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.