Tebboune opéré avec succès du pied droit    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    En attendant la bonne thérapie    Assainissement de l'affichage publicitaire à Aïn El Turck: Des panneaux illicites démantelés et des mises en demeure    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Après le sit-in à la Faculté de médecine: L'administration répond favorablement aux revendications des étudiants    Rapport Stora sur la colonisation: Pas de «repentance ni d'excuses»    Perte de 131.000 postes d'emploi    Des derbies et de belles affiches au menu    265 nouvelles contaminations et 6décès en 24 heures    Un nouveau projet de loi en cours    La présidence rassure sur l'état de santé du chef de l'Etat    "Ni repentance ni excuses"    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    Véritable moelleux au chocolat    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    La gamme Dacia étoffée    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Crise structurelle des caisses de sécurité sociale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Près de 140 morts en trois jours    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    La commune se tourne vers les marchés couverts    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les “crimes politiques” du “franquisme” divisent l'Espagne
70 ans après la guerre civile
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2008

Il aura fallu plus de 30 ans de démocratie à l'Espagne pour briser “le pacte du silence” entre les frères ennemis de la guerre civile, au nom de la réconciliation nationale. Le juge Baltasar Garzon a apporté le premier concours de la justice espagnole à un travail de mémoire longtemps reporté, en décidant d'enquêter sur les disparus de la guerre civile (1936-39) et de la dictature du général, Francisco Franco (1939-75), victimes selon lui de “crimes contre l'humanité”. Le magistrat a ouvert une instruction visant à localiser et à identifier plus de 100 000 victimes de la répression franquiste, dont les restes gisent dans des centaines de fosses communes à travers tout le pays. Environ la moitié, selon les historiens, a été fusillée sommairement dans les années qui ont suivi la victoire nationaliste. Ce faisant, le juge a décidé, contre l'avis du parquet, de braver une loi d'amnistie des “crimes politiques” de l'époque, votée en 1977, deux ans après la mort de Franco, par souci d'apaisement. Cette enquête à l'avenir juridique incertain constitue la dernière réponse des institutions espagnoles à une exigence citoyenne assez récente. Ce n'est qu'au début des années 2000 que des associations proches des victimes républicaines ont relancé un débat que l'Espagne moderne, prospère démocratie intégrée à l'Union européenne, croyait avoir définitivement réglé pendant l'époque de sa “transition” vers la démocratie. Alors que dans beaucoup de villages, les événements de cette sombre époque demeurent un sujet tabou pour de nombreuses personnes âgées, ces associations ont réclamé avec de plus en plus d'insistance le concours de l'Etat pour réhabiliter les victimes oubliées du franquisme. Sans subventions au départ, sur la base de témoignages, elles ont commencé à ouvrir de nombreuses fosses communes au bord des routes et à déterrer des squelettes, dont les crânes portent souvent un large trou, provoqué par le tir dans la nuque des bourreaux. L'Association pour la récupération de la mémoire historique (ARMH) a été la première à mener des fouilles, effectuant la plupart des 4 000 exhumations pratiquées en Espagne depuis 2000 sur plus de 170 fosses. C'est sous la pression de ces associations que le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero, petit-fils d'un combattant républicain fusillé, a fait adopter en 2007 une loi controversée dite de Mémoire historique. Cette loi visant à réhabiliter moralement les victimes républicaines engage notamment l'Etat à aider à la localisation et à l'exhumation des disparus, prévoit des compensations financières pour leurs familles et le retrait des symboles franquistes des édifices publiques.
Signe que les plaies sont loin d'être refermées, cette loi a accouché dans la douleur, l'extrême-gauche reprochant au gouvernement de refuser d'annuler les procès sommaires des tribunaux franquistes, déclarés seulement illégitimes. La droite a accusé de son côté M. Zapatero de “rouvrir inutilement les blessures du passé”.
Le doyen de la politique espagnole, le sénateur Manuel Fraga, fondateur du Parti populaire (PP, droite) et ex-ministre de Franco, a qualifié de “gravissime erreur” la décision du juge Garzon, au nom de l'amnistie de 1977. Signe des temps, les cinéastes espagnols s'emparent désormais des drames de la guerre civile et de la période franquiste. Deux films à succès sont sortis cette année, “Las 13 Rosas”, l'histoire réelle de 13 jeunes filles fusillées par les franquistes , et “Los Girasoles Ciegos”, qui représentera l'Espagne aux Oscars, sur le drame d'un couple de gauche dans les années 1940. Et le réalisateur Pedro Almodovar a annoncé que son prochain film serait une adaptation des Mémoires d'un poète communiste incarcéré pendant 23 ans sous la dictature.
DJAZIA SAFTA/AGENCES.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.