«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une vocation agricole favorisée par la nature
MASCARA
Publié dans Liberté le 18 - 02 - 2009

Vastes étendues de superficies cultivables, plaines immenses, fertilité des sols et richesse des nappes phréatiques en ressources hydriques, tels sont les indicateurs qui caractérisent la vocation agricole de la wilaya de Mascara, une distinction qui remonte loin dans le passé et favorisée par la nature.
Dans ce contexte, force est de constater que plus d'un tiers de la population vit directement ou indirectement du travail de la terre. Certes, depuis l'indépendance du pays, les superficies agricoles ne cessent de rétrécir dans toutes les communes qui relèvent de la wilaya, car retenues pour servir de terrains d'assiette pour la réalisation de logements et autres infrastructures socioéducatives.
Mais bien que sérieusement affecté, le secteur de l'agriculture domine et Mascara rivalise avec les autres régions du pays, occupant même les premières rangs. Cette hémorragie a été stoppée à la suite du démembrement des domaines autogérés convertis en exploitations agricoles collectives (EAC) et exploitations agricoles individuelles (EAI), car une fois en possession de leurs actes, les exploitants n'ont plus adhéré aux initiatives des pouvoirs publics, lesquels ne bénéficient plus de solutions de facilité. Intransigeants pour toute formule de cession de nouvelles parcelles, les nouveaux propriétaires ont grandement contribué à la stabilité des surfaces agricoles utiles, un facteur qui constitue une motivation supplémentaire ayant permis l'émergence de l'agriculture dans la région des Beni-Chougrane. Sources de satisfaction, les activités liées à l'agriculture ne sont pas concentrées dans une seule portion du territoire de la wilaya, mais réparties en zones avec les oranges à Mohammadia, les olives à Sig, le vignoble à Tighennif, la pomme de terre à Mascara et les cultures céréalières à Ghriss. Ces produits mais, en quantités réduites, sont également cultivés dans d'autres zones rurales à la faveur des circonstances géophysiques des sols. En dépit du morcellement opéré, la wilaya de Mascara dispose d'une superficie de 136 000 ha consacrée au secteur de l'agriculture, dont 16 500 ha irrigués. Pour ne pas verser dans l'autosatisfaction, les responsables du secteur ont élaboré un ambitieux programme visant à développer les activités par l'intronisation de nouvelles technologies et méthodes afin d'améliorer la qualité et la quantité des produits. La nouvelle dynamique préconisée consiste à assurer aux agriculteurs et à leurs descendants une formation leur permettant de maîtriser les outils de travail et à leur inculquer les options lucratives économiques et commerciales de leurs activités ; et, à ce titre, la contribution de toutes les parties concernées est nécessaire. Partant de l'idée que l'agriculture est tributaire des ressources hydriques et que la priorité est accordée à l'alimentation en eau potable, les fellahs sont exhortés à procéder à l'irrigation de leurs cultures par l'usage du système du goutte-à-goutte ou par aspersion des procédés recommandés, notamment en période de sécheresse. À l'instar des autres activités professionnelles, celles liées à l'agriculture ne sont pas épargnées des menaces susceptibles d'empêcher leur développement puisque chaque saison, les cultures, tous produits confondus, sont la proie des insectes nuisibles. Et c'est dans le cadre de réduire au minimum les risques qu'une station de lutte contre ces insectes est opérationnelle dans la wilaya de Mascara dont la mission prioritaire est de venir en aide aux agriculteurs qui en expriment le besoin par des actes de prévention. À l'horizon 2009-2014, les responsables du secteur spéculent sur un bond en avant de toutes les activités dans le but d'exporter les produits en qualité et en quantité des surplus dégagés après l'autosuffisance et ce, par l'amélioration des rendements par un travail méthodique. Ainsi, c'est la vitesse supérieure qui est en point de mire des nouvelles initiatives conçues pour le développement de l'agriculture et la réhabilitation de certains produits qui symbolisent la wilaya de Mascara, car toutes les conditions sont réunies grâce à une pluviosité exceptionnelle qui demeure les prémices d'une bonne saison agricole.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.