Coronavirus : 843 nouveaux cas, 548 guérisons et 16 décès    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    ONU: l'Algérie réalise de "grandes avancées" dans la promotion des droits des handicapés    Barça : Le président par intérim regrette que Messi soit resté    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    El-Guerguerat: la violation marocaine du cessez-le-feu largement condamnée    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    La guerre de libération "ne s'arrêtera qu'avec la fin de l'occupation marocaine"    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Changement attendu dans la fabrication automobile    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    "Pour une conférence nationale inclusive"    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    J'irai me plaindre à mon député !    DEVISE ET LOGIQUE DE DIGNITE    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Une absence et des interrogations    Diego...    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment ouvrir la justice aux médias ?
Le débat est lancé
Publié dans Liberté le 29 - 06 - 2009

Les travaux de la 14e réunion du groupe africain de l'union internationale des magistrats ont commencé, hier, à la Cour suprême pour une durée de deux jours, avec en marge un débat sur la relation entre médias et justice. Comment concilier la liberté d'expression du journaliste et le secret de l'instruction sans porter atteinte aux droits et à la vie privée des citoyens ? La rencontre, annonce le président du syndicat national des magistrats, M. Djamel Aïdouni, se soldera par une série de recommandations rationalisant les rapports entre la presse et la justice.
La justice veut s'ouvrir aux médias, mais ne sait pas comment. “Va-t-on vers la création d'une instance qui s'occupera de la diffusion des informations ou vers l'amendement de la loi qui pénalise toute fuite concernant un dossier de justice ? À l'issue des débats, on sera plus édifiés”, soutient M. Aïdouni. Il précise que des magistrats algériens ont été formés aux USA dans le domaine et que le secteur souhaite en parallèle un meilleur encadrement et une spécialisation des journalistes. “La relation entre la justice et les médias est un sujet d'actualité qui ne doit pas demeurer tabou”, dit-il. Pour l'instant, tout incite les deux parties à se méfier l'une de l'autre. Les magistrats dénoncent volontiers les approximations de la presse et celle-ci à son tour se plaint de la fermeture du secteur et reste à l'affût de toute bavure ou dysfonctionnement judiciaire. “Entre la justice et la presse, il y a une relation complémentaire. Tous les deux sont à la recherche de la vérité. En étudiant cette problématique, je suis sûr que nous arriverons à un résultat dans le sens où chacun va mieux comprendre la mission de l'autre dans le respect de la procédure judiciaire et la préservation des intérêts des justiciables”, déclare pour sa part le ministre de la justice, Tayeb Belaïz, qui revient à l'occasion sur le bilan de la réforme de son secteur. Selon lui, le nombre de magistrats, qui était de l'ordre de 2 500 en 1999, a connu une hausse de l'ordre de 50%, la durée de la formation est passée de 2 à 3 ans et a subi diverses révisions de programmes. Les magistrats ont également bénéficié de multiples stages de perfectionnement en Algérie et à l'étranger. Le ministre qualifie les “résultats de la réforme de probants et concrets”, en témoigne “la maîtrise qu'ont acquise les magistrats dans le traitement des différents conflits et les dossiers liés à la lutte contre la criminalité sous ses différentes formes”.
La présidente du groupe africain de l'union internationale des magistrats pense, quant à elle, que “l'indépendance du pouvoir judiciaire n'est pas un luxe, mais une garantie pour les citoyens. C'est pour cette raison que nous devions conjuguer nos efforts pour que la justice ne soit pas le parent pauvre du développement”. Elle consent à dire que la procédure pénale doit à un moment se mettre à l'abri du regard sans pour autant porter atteinte à la liberté de la presse. “Je souhaite que la relation entre la presse et la justice soit plus paisible à l'avenir”, conclut-elle.
N. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.