FC Barcelone: Ce message fort sur l'influence de Lionel Messi au Barça...    Tribunal de Sidi M'hamed à Alger : 24 manifestants jetés en prison    Al Ahli: L'entraîneur de Belaili limogé    BENSALAH SIGNE LES LOIS RELATIVES A LA TENUE DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE : Convocation du corps électoral    SOUTIEN A LA CREATION D'ENTREPRISES AU SUD : Levée de gel pour les projets des jeunes    RENTREE UNIVERSITAIRE 2019-2020 A MOSTAGANEM : L'université renforce ses capacités d'accueil    HECATOMBE ROUTIERE : 11 morts et 20 blessés en 48 heures    KHEIR-EDDINE : Les parents d'élèves demandent une protection policière    Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Les manifestants insistent sur le départ du système    Des personnalités nationales et des organisations dénoncent    L'Opep et ses alliés sur le gril    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Le Real se régale, puis se relâche    "La Tunisie est en train de forger son propre modèle démocratique"    La libération du candidat Nabil Karoui sera «une évidence» s'il sort vainqueur    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Meilleures recettes au gingembre pour traiter l'asthme    Un homme électrocuté    Hommage à Cheb Hasni par les siens    Soirées diwane au dendoune et karkabou    Le lion mécanique de Léonard de Vinci exposé à Paris    Ligue des champions (2e tour, match aller) USM Alger – GOR MAHIA (20H45) : Tout pour assurer au stade Tchaker    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un hommage à l'artiste
“Guerouabi ou le triomphe du chaâbi”, d'Abdelkrim Tazaroute
Publié dans Liberté le 24 - 11 - 2009

Après avoir été édité en langue arabe dans le cadre de la manifestation “Alger, capitale de la culture arabe” en 2007, le livre de notre confrère Abdelkrim Tazaroute, Guerouabi ou le triomphe du chaâbi, vient d'être réédité mais, cette fois, dans la langue de Molière.
Dans sa préface, la ministre de la Culture, Khalida Toumi, dira qu'“il ne pouvait en être autrement : un livre consacré au grand artiste El-Hachemi Guerouabi s'imposait déjà, bien avant le décès de ce véritable monument du patrimoine de la culture algérienne. Qu'il soit publié après sa disparition ajoute à cet ouvrage une empreinte de nécessité et d'opportunité. Car, il faut en convenir, l'apport incommensurable de ce chanteur à la préservation et à la promotion de la musique chaâbi méritait certainement d'être transcrit et gravé dans la mémoire collective”.
Et d'ajouter : “Il n'est pas aisé de s'acquitter d'une telle entreprise. Il n'est pas sans risque de raconter le parcours de cet artiste adulé qui a marqué de sa voix aux intonations particulières et sa présence distinguée sur scène l'évolution de ce genre ancestral.” Guerouabi ou le triomphe du chaâbi est une “biographie consacrée à El-Hachemi Guerouabi qui était en maturation pratiquement depuis 1986”, écrira l'auteur dans sa préface. Plus de 20 ans après, le livre a pu voir le jour.
En fait, le déclic a eu lieu lors d'un entretien que l'artiste avait accordé à l'auteur (qui est journaliste), et vu les nombreuses questions qu'il voulait lui poser, le chanteur eut cette phrase : “C'est un livre que tu veux écrire !” L'auteur dira aussi : “Je me suis appliqué à ne m'intéresser qu'au phénomène Guerouabi dans la sphère de la chanson algérienne, tout en m'interdisant toute incursion dans la vie privée de l'artiste, si ce n'est pour comprendre que si le chanteur est crédible dans la majorité des chansons qu'il interprète, c'est parce que, quelque part, il aura vécu, comme tout artiste digne de ce nom, sa vie, une vie d'artiste.”
Dans le livre, le lecteur peut trouver, hormis la préface et les annexes, six chapitres : Le label Guerouabi, Les premiers pas, Guerouabi, les années El-Barah, L'exil, la déchirure et Guerouabi, l'ultime concert. Chacun d'eux aborde une facette d'El-Hachemi Guerouabi. C'est un regard des autres sur l'artiste, et ce, à travers des témoignages, des propos dits çà et là par ses amis, ses compagnons de route…
Dans la partie Les premiers pas (page 43), Abdelkrim Tazaroute retrace la vie de ce grand maître de la chanson chaâbi. “À Dar El-Babor, le quartier, le bébé El-Hachemi avait déjà sa cote de popularité. C'était à qui en profiterait pour le garder, car il était très beau, avec de très beaux yeux”, se souvient une de ses voisines qui devait avoir à l'époque une douzaine d'années (page 44).
D'étape en étape, le lecteur arrive à cerner l'univers dans lequel a baigné Guerouabi. Il saura l'amour qu'il vouait à son pays, l'Algérie. D'ailleurs, dans partie L'exil, la déchirure, ce sentiment envers la mère patrie est très palpable : “Guerouabi n'a visiblement jamais accepté son départ forcé du pays, son exil en France. Il en sera profondément marqué. Difficile de vivre loin d'Alger, de ses quartiers, de Belcourt de sa tendre enfance, de La Casbah. Comment oublier la lumière d'Alger la blanche, cette luminosité qui ravit les cœurs de ses habitants et de ses visiteurs et qui embellit sa magnifique baie ?” (page 89).
Le lecteur est captivé par l'histoire de ce grand artiste. Des photos viennent agrémenter ce livre pour plus d'intimité. À croire qu'on partage un secret avec le chanteur.
À la fin de ce livre, dans les annexes, l'auteur a ajouté les paroles transcrites de quelques-unes des œuvres du cheikh, à l'image de Aouicha wel harraz, le succès de Guerouabi. Un vrai hommage à l'artiste.
A. I.
Guerouabi ou le triomphe du chaâbi, d'Abdelkrim Tazaroute. Anep éditions/2009. 152 pages. Prix 1 199,29 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.