Le président Tebboune annonce son retour    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Rien ne va plus pour le Real Madrid qui chute en Ukraine    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    Le fisc peine à taxer les fortunes    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs de l'ONDEEC dans l'impasse
TIARET
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2010

Les employés de l'ONDEEC lancent un SOS au ministre de l'Agriculture et du Développement rural pour le dénouement d'une telle confusion.
L'hermétisme auquel sont confrontés les travailleurs de l'Office national du développement des élevages équins et camelins (ONDEEC), dont le siège social est domicilié à Tiaret, est pour le moins inextricable. En effet, au nombre de 100, ces derniers, qui ont passé le mois de Ramadhan dans la disette, n'ont pas reçu le moindre sou durant 7 mois, alors que nous sommes en pleine rentrée sociale ; ils sont, pour la plupart, des chargés de famille, donc en charge d'enfants scolarisés. “Nous n'ouvrons même pas le droit aux différents dispositifs d'aide sociale, comme l'indemnité scolaire, car nous sommes pénalisés par notre statut de travailleurs”, nous affirmera leur représentant syndical. “Notre masse salariale émane des 9% que doit verser la société des courses hippiques à notre organisme qui n'a rien reçu depuis 7 mois. Une injustice caractérisée quand on sait que les salaires annuels de cette société dépasse les 2 milliards de centimes, alors que nos salaires ne dépassent guère les 1,3 milliard, sachant qu'aucun de nos travailleurs ne frôle le SNMG”, fulminera-t-il. Un autre paramètre qui blesse encore est, selon notre interlocuteur, le soutien de l'Etat qui a débloqué 52 millions de DA en 2009 et plus de 40 millions de DA en 2010, versés dans un compte spécial au niveau de la Badr, au profit de la société des courses dont les responsables passent le cheval avant l'humain.
Autrement dit, le staff dirigeant de la société des courses ne lésine pas sur les dépenses concernant l'approvisionnement en aliments, produits vétérinaires, étalons…, mais ne semble aucunement se soucier de la misère que ces pères de famille endurent perpétuellement. Néanmoins, ces derniers ont été quelque peu rassurés par un mois de salaire encaissé à 48 heures des fêtes de l'Aïd. “Pendant que nous et nos familles vivons le martyre, les responsables concernés nous ont, encore une fois, jeté de la poudre aux yeux en nous versant un mois de salaire à la veille de l'Aïd et de la rentrée scolaire”, martèlera le responsable de la section syndicale qui se dit outré par une telle démarche. Ce dernier n'a pas été sans afficher son indignation devant le mutisme de la tutelle qui n'a même pas daigné réserver une suite à la série de requêtes dont elle a été destinataire. “Au lieu de régulariser la situation calamiteuse que nous endurons, les responsables ont préféré acheter 90 chevaux dont le prix varie entre 70 et 140 millions de centimes l'unité”, soulignera-t-il en lançant un SOS à qui voudrait bien l'entendre, notamment le ministre de l'Agriculture et du Développement rural qui est le principal interpellé quant au dénouement d'une telle
confusion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.