Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Le RND affiche son total soutien    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Témoignages accablants sur un passé refoulé
17 octobre 1961, dissimulation d'un massacre
Publié dans Liberté le 16 - 10 - 2010

Ce fut un véritable festival de mensonges, d'erreurs et d'intoxication dans la presse française au lendemain des massacres du 17 octobre 1961, à Paris, raconte le journaliste René Dazy qui a vu tellement de sauvagerie se déployer ce jour-là qu'à son retour à la rédaction, il vomit. Ce témoignage accablant est cité par le réalisateur français Daniel Kupferstein dans son film-documentaire d'une poignante vérité, “17 octobre 1961, dissimulation d'un massacre”, projeté jeudi soir au Centre culturel algérien (CCA) à Paris, dans le cadre d'une rencontre-débat avec l'écrivain J.L Einaudi. Ce documentaire de 52 mn revient sur les manifestations organisées à l'appel de la Fédération de France du FLN, pour protester contre le couvre-feu imposé aux Algériens.
À travers les témoignages d'anciens ministres, de journalistes et d'historiens, il constitue une contribution destinée à faire en sorte que les événements tragiques du 17 octobre 1961 retrouvent leur place dans la mémoire collective. Le journaliste Georges Mattei apporte un témoignage lourd sur cette date.
“L'impression que je garde des scènes de violence, dira-t-il, c'est que le peuple de Paris s'est transformé en indicateur, en auxiliaire de la police et dénonçait les Algériens qui se cachaient dans des maisons pour échapper à la sauvagerie”, dira-t-il.
Sur un reportage réalisé et diffusé à l'époque par la chaîne de télévision Antenne 2 à 20h30, qui fit scandale parce qu'il dénonçait les massacres, le journaliste Marcel Trillat dira avec émotion que ce qu'il espérait surtout, c'est que ce reportage “serve de sépulture à tous ces Algériens portés disparus et probablement enterrés dans des fosses communes”.
“Ne pas parler de la guerre d'Algérie fait partie d'un patrimoine commun à la gauche et à la droite”, souligne l'historien Pierre Vidal-Naquet, auteur du livre “La torture dans la République”.
Dans les semaines qui suivirent ces “ratonnades”, Maurice Papon, avec l'appui du ministre de l'Intérieur Roger Frey, du Premier ministre Michel Debré et du président de la République Charles de Gaulle, fera tout pour faire échouer les demandes de commission d'enquête, rapporte le réalisateur. Le 20 mai 1998, J.-L. Einaudi écrivait dans le journal Le Monde : “En octobre 1961, il y eut à Paris un massacre perpétré par des forces de police agissant sous les ordres de Maurice Papon”. En juillet 1998, Papon porte plainte pour diffamation contre un fonctionnaire public. Pour préparer sa défense, Jean-Luc Einaudi compte sur les documents officiels dont il a demandé communication, trois mois plus tôt, aux Archives de Paris.
Faute de pouvoir produire des documents écrits attestant de la responsabilité de la préfecture de police, l'historien sollicite le témoignage de deux conservateurs des Archives de Paris, qui acceptent et témoignent, l'un par écrit et l'autre à la barre. Maurice Papon, présent, fait témoigner en sa faveur l'ancien Premier ministre, Pierre Messmer, tandis que Jean-Luc Einaudi fait venir à la barre des témoins directs des massacres.
Le 26 mars 1999, Maurice Papon est débouté de sa plainte et l'historien relaxé. Deux archivistes sont sanctionnés pour avoir témoigné. Monique Hervo, ancienne du service civil international de Nanterre, qui témoigna également lors de ce procès, dira qu'elle l'a fait parce que la mémoire, “nous la devons à tous ceux qui ont souffert, qui ont donné leur vie, à tous ceux qui ont été torturés”.
“L'oubli, c'est la continuation du massacre. L'oubli, s'agissant d'un crime contre l'humanité, c'est faire injure à l'humanité tout entière”, dira, quant à elle, l'avocate Nicole Dreyfus Schmidt. Le débat qui suivit cette projection, permit à J.L Einaudi de revenir longuement sur la bataille des archives sur ces massacres qui sont encore occultes pour beaucoup d'historiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.