Le cas Benzema divise les Français    Un terroriste capturé à Ouargla (MDN)    Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Intempéries à Tizi-Ouzou: fermeture de la RN 25 pour cause d'éboulement    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Dans une ambiance tendue    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Le billet retour de la dignité    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    Bilan des incendies survenus cet été : Signe alarmant du recul du niveau de conscience citoyenne    Aïn El-Turck: Les averses mettent à nu les défauts d'entretien des routes    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    Tiaret: Trois morts dans un carambolage    Une activité de proximité à Alger    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Promouvoir le devoir citoyen    élection présidentielle du 12 décembre Marches de soutien dans plusieurs wilayas de l'Est    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Tizi-Ouzou: la commission pour la prise en charge des personnes sans abris installée    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Para-athlétisme / Mondiaux-2019 : La sélection algérienne de retour au pays, auréolée de 16 médailles, dont deux or    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    10e Fica : une sélection documentaire à la hauteur    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À la découverte de la Porte du Sud
El-Kantara (Biskra)
Publié dans Liberté le 09 - 11 - 2010

El-Kantara est un site national classé, dont les atouts touristiques ne se comptent pas, mais il n'est plus possible de chanter le passé, aussi glorieux soit-il, car le présent ne prédit rien de bon.
Une oasis située à égale distance entre Batna et Biskra, qu'on appelle la Porte du Sud, mais elle est aussi la Perle du Nord.
Une petite ville de 12 000 habitants qui se trouve sur l'un des axes les plus connus du pays à savoir, la RN3. Centre municipal dès 1946 et commune à partir de 1957, mais la cité est beaucoup plus ancienne que cela.
Des études ont démontré que les habitants d'El-Kantara sont d'origine berbère car de nombreuses appellations qui s'y trouvent le confirment telle “Oued Aghroum” qui veut dire l'oued et la galette en chaoui. Elle en a séduit plus d'un par son contraste, où le pin côtoie le palmier, qui relève du défi écologique.
Le célèbre André Gide, prix Nobel de littérature 1947, a aussi été émerveillé par cette magnifique oasis. En 1897, il écrivit : “À El-Kantara où je m'attarderai deux jours, le printemps naissait sous les parmes, les abricotiers étaient fleurs bourdonnant d'abeilles…”
Mais qu'en est-il aujourd'hui, que reste-t-il de cette porte entre le Nord et le Sud ; de ce capital de séduction, du potentiel touristique ?
Au cours d'une rencontre inopinée avec le président de l'Assemblé populaire communale, Bendaïkha Madani, et en présence d'un bon nombre de ses proches collaborateurs, qui dans l'ensemble portent un jugement assez critique, sur leur ville et son développement, c'est le chef de l'APC, protocole exige, qui ouvre le débat et nous dit à ce sujet : “El-Kantara est certes calme, mais peut-être trop calme. En plus de la RN3, il y a aussi la voie ferrée qui traverse notre ville, mais ça n'a pas apporté la dynamique souhaitée, pour une si petite ville.
Oui, il y a un potentiel touristique naturel et El-Kantara est mondialement connue, mais l'infrastructure fait défaut et constitue un frein réel. L'un de nos soucis majeurs, ce sont les pannes électriques fréquentes et répétées. Il est inacceptable qu'un seul transformateur existe pour alimenter une cité qui dépasse les 10 000 habitants.
Après plusieurs plaintes au niveau de Sonelgaz, ce n'est que dernièrement que les travaux ont démarré pour l'installation d'un nouveau transformateur”. Le phénomène du retour à la terre, constaté à travers le grand Aurès, n'épargne pas fort heureusement la ville d'El-Kantara. La verdure ne cesse de grignoter sur la roche, mais là aussi il y a un souci majeur, la pollution. L'unique cours d'eau qui traverse la ville et qui était jadis propre et limpide, a pris des couleurs étranges et inquiétantes.
Les stations de lavage et graissage, en sont pour quelque chose, mais il faut remonter jusqu'à Aïn Touta pour mesurer les vrais dégâts. Présent lors de notre rencontre, le subdivisionnaire de la direction de l'hydraulique apporte quelques éclaircissement : “Une lagune d'un débit de 45 litres/seconde va être mise en service, et pour ne plus rester dépendant de l'eau de l'oued, un forage est déjà en service. Il irrigue une bonne partie de la palmeraie côté ouest, mais il faut reconnaître que c'est insuffisant. Deux forages destinés à l'irrigation, d'une capacité de 25 litres/seconde, se trouvent au nord de la ville, mais là aussi, les forages ne sont pas encore mis en service, en dépit de la fin des travaux. Leur mise en service redynamisera à coup sûr le secteur agricole.” Par ailleurs, le secteur porteur et prometteur à savoir le tourisme, n'est pas au mieux de sa forme. El-Kantara ne possède pas un seul hôtel digne de ce nom, et celui qui hébergeait, jadis, les célébrités, va être restauré ou reconstruit. Les présents n'arrivent pas à se mettre d'accord sur l'appellation.
Présent à la rencontre, M. Houfani, vice-président de l'Office du tourisme coupera, finalement, la poire en deux : “Peu importe l'appellation, l'essentiel c'est de pouvoir recevoir et comme jadis des touristes.
C'est l'avenir qui compte et dans ce sens nous avons un projet sous le générique Radato (Ressource associatif développement tourisme oasis) en partenariat avec l'Union européenne.
Ce projet existe depuis 1999, il consiste en la création d'un réseau de tourisme, qui regroupe plus de 15 associations. Cela ne tient qu'à nous, nous devons le redynamiser et le prendre en charge.” À l'ancienne ville (village rouge) qui est normalement protégé, le béton pointe le nez. D'anciennes constructions tout en beauté cèdent la place à des bâtisses en parpaing sans âme et sans couleurs.
El-Kantara est un site national classé, dont les atouts touristiques ne se comptent pas, mais il n'est plus possible de chanter le passé aussi glorieux soit-il, car le présent ne prédit rien de bon, et le tourisme n'est certainement pas une affaire de bureau et de paperasse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.