LE FLN SE SEPARE D'UN AUTRE SECRETAIRE GENERAL : Djamel Ould Abbes démissionne    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    Les mieux lotis en grève    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    ASSOCIATION DES HANDICAPES : Inauguration d'un restaurant à Hassi Mameche    AIN SIDI CHERIF : Une postière condamnée à une année de prison    «Pas d'effacement des dettes»    «Inaugurées» mais non ouvertes au public    L'échec programmé de Rome    Au moins six Palestiniens tués dans des frappes israéliennes    SMT, nouveau représentant en Algérie    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    3 médailles dont 1 en or pour l'Algérie    Errance intérieure(6)    Les candidats du FLN à guelma connus    Ouyahia, le cœur battant de l'incertitude    Presque tout est tributaire du prix du pétrole    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    Vivre ensemble, vivre mieux (1re partie)    Retour du bras de fer ?    Les Beatles, cinquante ans après The Double White    Des ex-dirigeants catalans devront rembourser le coût du vote de 2014    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    "il est temps pour nous de pouvoir bien voyager"    Affrontements à couteaux tirés au FLN    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Fatwa décroche le Tanit d'or    Le titre d'officier de l'Ordre de Léopold de Belgique décerné à un citoyen algérien    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    L'affrontement    USM Alger: Un point et des satisfactions    ASM Oran: Josep Maria Noguès contacté    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    Investissement: 121 projets inscrits en dix mois    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Ouyahia parle de "manipulation"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À la découverte de la Porte du Sud
El-Kantara (Biskra)
Publié dans Liberté le 09 - 11 - 2010

El-Kantara est un site national classé, dont les atouts touristiques ne se comptent pas, mais il n'est plus possible de chanter le passé, aussi glorieux soit-il, car le présent ne prédit rien de bon.
Une oasis située à égale distance entre Batna et Biskra, qu'on appelle la Porte du Sud, mais elle est aussi la Perle du Nord.
Une petite ville de 12 000 habitants qui se trouve sur l'un des axes les plus connus du pays à savoir, la RN3. Centre municipal dès 1946 et commune à partir de 1957, mais la cité est beaucoup plus ancienne que cela.
Des études ont démontré que les habitants d'El-Kantara sont d'origine berbère car de nombreuses appellations qui s'y trouvent le confirment telle “Oued Aghroum” qui veut dire l'oued et la galette en chaoui. Elle en a séduit plus d'un par son contraste, où le pin côtoie le palmier, qui relève du défi écologique.
Le célèbre André Gide, prix Nobel de littérature 1947, a aussi été émerveillé par cette magnifique oasis. En 1897, il écrivit : “À El-Kantara où je m'attarderai deux jours, le printemps naissait sous les parmes, les abricotiers étaient fleurs bourdonnant d'abeilles…”
Mais qu'en est-il aujourd'hui, que reste-t-il de cette porte entre le Nord et le Sud ; de ce capital de séduction, du potentiel touristique ?
Au cours d'une rencontre inopinée avec le président de l'Assemblé populaire communale, Bendaïkha Madani, et en présence d'un bon nombre de ses proches collaborateurs, qui dans l'ensemble portent un jugement assez critique, sur leur ville et son développement, c'est le chef de l'APC, protocole exige, qui ouvre le débat et nous dit à ce sujet : “El-Kantara est certes calme, mais peut-être trop calme. En plus de la RN3, il y a aussi la voie ferrée qui traverse notre ville, mais ça n'a pas apporté la dynamique souhaitée, pour une si petite ville.
Oui, il y a un potentiel touristique naturel et El-Kantara est mondialement connue, mais l'infrastructure fait défaut et constitue un frein réel. L'un de nos soucis majeurs, ce sont les pannes électriques fréquentes et répétées. Il est inacceptable qu'un seul transformateur existe pour alimenter une cité qui dépasse les 10 000 habitants.
Après plusieurs plaintes au niveau de Sonelgaz, ce n'est que dernièrement que les travaux ont démarré pour l'installation d'un nouveau transformateur”. Le phénomène du retour à la terre, constaté à travers le grand Aurès, n'épargne pas fort heureusement la ville d'El-Kantara. La verdure ne cesse de grignoter sur la roche, mais là aussi il y a un souci majeur, la pollution. L'unique cours d'eau qui traverse la ville et qui était jadis propre et limpide, a pris des couleurs étranges et inquiétantes.
Les stations de lavage et graissage, en sont pour quelque chose, mais il faut remonter jusqu'à Aïn Touta pour mesurer les vrais dégâts. Présent lors de notre rencontre, le subdivisionnaire de la direction de l'hydraulique apporte quelques éclaircissement : “Une lagune d'un débit de 45 litres/seconde va être mise en service, et pour ne plus rester dépendant de l'eau de l'oued, un forage est déjà en service. Il irrigue une bonne partie de la palmeraie côté ouest, mais il faut reconnaître que c'est insuffisant. Deux forages destinés à l'irrigation, d'une capacité de 25 litres/seconde, se trouvent au nord de la ville, mais là aussi, les forages ne sont pas encore mis en service, en dépit de la fin des travaux. Leur mise en service redynamisera à coup sûr le secteur agricole.” Par ailleurs, le secteur porteur et prometteur à savoir le tourisme, n'est pas au mieux de sa forme. El-Kantara ne possède pas un seul hôtel digne de ce nom, et celui qui hébergeait, jadis, les célébrités, va être restauré ou reconstruit. Les présents n'arrivent pas à se mettre d'accord sur l'appellation.
Présent à la rencontre, M. Houfani, vice-président de l'Office du tourisme coupera, finalement, la poire en deux : “Peu importe l'appellation, l'essentiel c'est de pouvoir recevoir et comme jadis des touristes.
C'est l'avenir qui compte et dans ce sens nous avons un projet sous le générique Radato (Ressource associatif développement tourisme oasis) en partenariat avec l'Union européenne.
Ce projet existe depuis 1999, il consiste en la création d'un réseau de tourisme, qui regroupe plus de 15 associations. Cela ne tient qu'à nous, nous devons le redynamiser et le prendre en charge.” À l'ancienne ville (village rouge) qui est normalement protégé, le béton pointe le nez. D'anciennes constructions tout en beauté cèdent la place à des bâtisses en parpaing sans âme et sans couleurs.
El-Kantara est un site national classé, dont les atouts touristiques ne se comptent pas, mais il n'est plus possible de chanter le passé aussi glorieux soit-il, car le présent ne prédit rien de bon, et le tourisme n'est certainement pas une affaire de bureau et de paperasse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.