Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Printemps arabe, un an après : révolte, ingérence et islamisme
Quelles leçons tirer de la révolution arabe ?
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2012

Révolution spontanée, théorie du complot, imposture islamiste. La table ronde organisée, vendredi soir, à Montréal, si elle a apporté un éclairage nouveau sur ce qui est communément appelé le Printemps arabe, a néanmoins suscité passion et polémique. Débat contradictoire.
“Face aux pratiques de violence, de prise du pouvoir par la force et la fraude électorale, de militarisation institutionnelle, l'Algérie abdiquera-t-elle devant sa faillite politique et sa misère culturelle ? Ou bien fera-t-elle le choix de la rupture et de l'avenir contre le statu quo ? A-t-elle épuisé ses aspirations à l'Etat de droit ou bien réussira-t-elle sa révolution citoyenne et démocratique ?” C'est à cette problématique qu'a tenté d'apporter des éléments de réponse Fodil Boumala, sociologue et militant cyberdissident, lors d'une table ronde organisée, vendredi, par Médias Maghreb à l'Université du Québec à Montréal (Uqam) sous le thème générique : “Le Printemps arabe, un an après : révolte, ingérence et islamisme”.
D'emblée, Boumala affirmera que la crise algérienne, loin d'être conjoncturelle, est structurelle et s'inscrit dans un processus historique biaisé. Il en veut pour preuve, la tradition pluraliste du Mouvement national remise en cause et les espoirs du peuple algérien confisqués par le duo Ben Bella-Boumediene avec le soutien du couple franco-égyptien. “La nature du pouvoir repose sur la violence et l'exclusion, car étant lui-même le produit de la violence et de coups d'Etat successifs”, soutient-il. D'où l'urgence de rompre avec le régime, dira-t-il. Comment ? Démilitariser d'abord, le pouvoir et séparer l'Etat du pouvoir. Pour lui, parler dans l'état actuel des choses de processus électoral est une hérésie. Le conférencier évoque trois scénarios possibles : le statu quo qui sera de plus en plus intenable ; une transition multipolaire qui pourrait se matérialiser par une présidentielle anticipée ; sinon, le scénario catastrophe avec une désintégration de la nation. “J'ai peur pour mon pays”, se plaint l'orateur, avant d'appeler à la refondation de l'Etat, seule solution pour concrétiser le rêve algérien, contrarié depuis l'Indépendance : gouverner par la compétence. Rappelant son implication dans la CNCD (Coordination nationale pour le changement démocratique), M. Boumala s'attaquera ensuite aux voix qui réduisent le Printemps arabe à une simple opération de manipulation des USA. “Lorsque les Occidentaux fabriquent des Ben Ali et soutiennent des dictatures, vous ne dites rien. Et lorsque des peuples se mobilisent contre les régimes dictatoriaux en place, vous criez à la manipulation”, tonnera-t-il coléreux. Se sentant visé, Ahmed Bensaâda a tenté de se défendre, lui, qui a auparavant pourfendu le rôle des Américains dans le déclenchement des révoltes arabes.
Pour ce docteur en physique, qui vient de publier un pamphlet Arabesque américaine : le rôle des Etats-Unis dans les révoltes de la rue arabe, les révoltes arabes ne sont pas spontanées. La main de l'Oncle Sam n'est pas loin. “Ces révoltes montrent des similitudes avec celles qui ont bouleversé le paysage politique des pays de l'Europe de l'Est touchés par les révolutions colorées. Des révolutions structurées et financées par des organismes américains”, expliquera Bensaâda. Pour convaincre, il donnera l'exemple de cyberdissidents tunisiens et égyptiens formés par les Américains. Intervenant à partir de Paris en vidéoconférence, Haddad Mezri, ancien ambassadeur de Tunisie à l'Unesco, s'est attardé sur le triomphe de l'islamisme qui semble, selon lui, inexorable. Mezri part d'une conviction chevillée chez lui que, dans le cas d'élections libres, c'est l'islamisme qui triomphera dans les pays arabes. Pour étayer son propos, il évoquera les causes anthropologiques, politiques, médiatiques et géopolitiques basées sur des préjugés anciens. Une sorte d'explication du texte par le contexte. “L'islamisme n'incarne pas l'authenticité de l'Islam, il en constitue l'altération idéologique”, tranchera le philosophe. Il dit ne pas croire à l'islamisme modéré qu'il qualifie d'“imposture”. L'ancien opposant au régime Ben Ali, à travers la victoire de l'islamisme à l'ombre du Printemps arabe, dit vouloir comprendre les intérêts géopolitiques de certaines capitales occidentales de porter au pouvoir l'islamisme modéré. L'analyse qu'il en fait est qu'il s'agit ni plus ni moins que d'un déploiement du GMO (Grand Moyen-Orient) qui, dans la praxis politique, travaille à imposer la démocratie par la force. Un point de vue que ne partage pas Fodil Boumala qui estime que l'analyse des évènements suggère une certaine distance scientifique et une prudence épistémologique, si l'on veut être crédible. Enfonçant le clou, le sociologue rappellera que ce sont les pouvoirs arabes, hier alliés des Américains, qui ont donné naissance à l'islamisme, en empêchant l'émergence d'une élite démocratique par l'absence d'espaces de débat.
Y. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.