Goudjil se réunit avec la délégation parlementaire devant participer aux travaux de la 145e Assemblée de l'UIP    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Un cas psychiatrique!    Défis africains de la COP 27    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Est-ce le déclic?    Deux Palestiniens tués par les sionistes près de Ramallah    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Belatoui espère un véritable départ    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



TOMBEAU BERBÈRE IMEDGHASSEN
Atteintes irréversibles ?
Publié dans Liberté le 16 - 04 - 2012

L'état actuel du tombeau royal berbère Imedghassen prête à l'inquiétude. Force est de constater que le site se portait beaucoup mieux avant des travaux portant sur un projet de conservation et de préservation sous la responsabilité de la wilaya de Batna, la direction de l'urbanisme de la wilaya et un bureau d'études 3D de la ville d'Alger, il y a plus d'une dizaine d'années.
Des craintes, des mises en garde ont été formulées par des spécialistes et des différentes associations qui s'interrogeaient légitimement sur les objectifs et les motivations réelles de ces travaux inadéquats. Beaucoup d'autres se demandent si des historiens et archéologues n'avaient pas cautionné une approche aussi fantaisiste que dangereuse. À la fragilité du site, s'ajoutent des engins lourds qui ont été utilisés pour éventrer le tombeau et créer une ouverture béante en son sommet sans jamais remettre la centaine de pierres enlevées - qui, jusqu'à aujourd'hui, gisent autour du mausolée. Y a-t-il eu atteinte irréversible et perte d'authenticité suite à cette opération ? Pour le mouvement associatif, et plus particulièrement l'association Tidoukla n'Madghouss (les amis d'Imedghassen), il y a eu préjudice et atteinte au patrimoine matériel.
Le groupe a choisi la toile du net pour lancer une collecte de plus de 5000 signatures. Les initiateurs se portent aussi partie civile, dans une plainte contre X “pour dégradation de site, préjudice au patrimoine national et saccage prémédité”. Le tombeau berbère Imedghassen (Batna) figure, avec le mausolée de Massinissa à El-Khroub (Constantine), sur la liste des 100 sites les plus menacés au monde.
Il est de forme typiquement berbère : une bazina (la forme primitive du tombeau) à degrés, c'est-à-dire une construction de forme cylindrique surmontée d'un cône formé de gradins. Il fait 59 m de diamètres et 18,50 de hauteur, ce qui le distingue des bazinas qu'on rencontre en Afrique du Nord qui ne dépassent pas le mètre de hauteur. Le tombeau Imedghassen est considéré comme le plus ancien site archéologique en Afrique du Nord, mais aussi comme étant la première tentative pour l'édification d'un Etat amazigh. Habillé d'un décor sobre qui rappelle la civilisation carthaginoise (60 colonnes doriques surmontées d'une corniche dont la gorge est typiquement égyptienne), une plate-forme au sommet supportait peut-être une sculpture (lion, chariot ou autres sujets souvent utilisés dans la civilisation berbère), et, côté est, un dallage forme un avant-corps en partie revêtu d'un enduit pourpre. Ce côté est servait, selon les spécialistes, de lieu de culte.
L'analyse de l'architecture du monument et les datations au radiocarbone, effectuées il y a une trentaine d'années, ont permis de faire remonter sa construction au début du IIIe siècle avant J.-C. Imedghassen ne peut être que la sépulture d'un puissant monarque, selon le spécialiste de la préhistoire G. Camps.
Le repère chronologique, la situation du mausolée dans l'air de la mouvance de la dynastie amazighe des Massyles permettent d'identifier le tombeau et le nom Imedghassen comme un ancêtre du roi Massinissa.
Il est à signaler, par ailleurs, que depuis que le ministère de la Culture a pris en charge le dossier de restauration du tombeau Imedghassen, beaucoup ont vu un espoir renaître quant à une véritable protection du site.
R H


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.