Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    28 décès dus à la Covid-19 en 48 heures    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Session de l'APW d'Oum El Bouaghi : Radioscopie du secteur éducatif    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MOHCINE BELABBAS à Béjaia et à Bouzeguène
“Il faut s'unir et reprendre le combat pour construire l'avenir"
Publié dans Liberté le 25 - 11 - 2012

Pour l'avant-dernier jour de campagne, Mohcine Belabbas a choisi deux bastions historiques du parti, Bouzeguène et Béjaïa, pour porter le message du RCD qui appelle à l'union pour la reprise du combat contre le système.
Dans un meeting populaire animé à la Cinémathèque de Béjaïa, le président du RCD, Mohcine Belabbas, a appelé les citoyens à “s'unir et à reprendre le combat" pour imposer le changement dans le pays, tout en expliquant les motivations de son parti qui prendra part à l'échéance électorale du 29 novembre.
Devant une foule nombreuse de militants et de sympathisants, M. Mohcine Belabbas dressera d'emblée un tableau peu reluisant sur la situation économique et sociale en Algérie. Etayant ses propos, il citera le cas de l'école, des hôpitaux, des villages qui sont sans gaz ni électricité 50 ans après l'Indépendance et la corruption qui gangrène toutes les sphères du pouvoir. Pour lui, le “pouvoir qui entretient la haine" a poussé les jeunes à risquer leur vie sur des barques. “Comment se taire ?" s'interrogera-t-il.
Sur le plan diplomatique, Mohcine Belabbas a estimé que “notre diplomatie a perdu la parole et le pouvoir a fait qu'on ne s'entend pas avec tous les pays voisins". Pour le premier responsable du RCD, il s'agit aujourd'hui d'utiliser à bon escient l'argent qui n'a pas encore été dilapidé pour créer des richesses afin de construire l'avenir. Abordant le rendez-vous électoral de jeudi prochain, le président du RCD, tout en reconnaissant que l'élection intervient dans une conjoncture difficile, rappellera que si son parti n'a pas pris part aux dernières élections législatives, c'est parce “le changement ne peut provenir de l'APN".
Pour M. Belabbas, la preuve en est que les multiples requêtes formulées par le parti au sein de l'hémicycle n'ont pas trouvé écho chez les tenants du pouvoir. Au niveau local cependant, la conjugaison des efforts des élus du parti et des citoyens, comme cela se faisait dans les assemblées du village autrefois, permettra d'élargir les prérogatives des élus. Revenant sur les réformes annoncées par le pouvoir, M. Belabbas dira que “cela n'a apporté aucun changement. C'est juste que les élus de la commune et de la wilaya ont moins de prérogatives".
Au sujet de la révision de la Constitution, le président du RCD, tout en plaidant pour la limitation du mandat présidentiel, appellera à la mobilisation afin d'imposer la séparation des pouvoirs, la refondation de l'Etat et de l'économie, la séparation du politique de la religion et, enfin, l'officialisation de tamazight, qui, selon lui, si elle n'est pas introduite dans la prochaine Constitution, “tardera encore longtemps pour voir le jour".
Dans la matinée, le chef du RCD a
animé, dans la cour du centre culturel Ferrat-Ramdane de Bouzeguène, un meeting dans le cadre de sa campagne de proximité pour laquelle le parti a opté. Devant une assistance record, le président du RCD n'a pas ménagé le pouvoir qui, dit-il, “a spolié toutes les richesses du pays sans verser au peuple algérien la part qui lui revient. On se serait prémuni de la crise si tel était le cas. Le président Bouteflika, qui a verrouillé tout le champ politique et les médias lourds, ne diffère en rien des présidents du même acabit, tels Ben Ali, Moubarak ou Kadhafi. Notre combat est long pour faire aboutir nos revendications, telles la limitation du mandat
présidentiel à 4 ans, l'officialisation de la langue amazighe dans la prochaine révision constitutionnelle et la réhabilitation des valeurs républicaines".
Mohcine Belabbas, qui parlait en rimant ses propos dans un discours poétique, a vite fait d'accrocher un auditoire de militants qui lui est acquis et celui de diverses tendances politiques. “Cinquante ans après l'Indépendance, voyez dans quel état se retrouve le pays du colonel Mohand Oulhadj, celui qui a combattu pour l'indépendance de l'Algérie et qui s'est rendu aux frontières pour s'opposer à l'entrée du Maroc. Le gaz n'est pas encore arrivé dans les montagnes, les coupures récurrentes d'électricité, les pénuries d'eau, et chaque été on vous brûle les oliviers. Peut-on nous taire quand 75% des besoins de l'Algérie viennent de l'étranger. Le
problème, c'est eux, les gens qui s'accrochent au pouvoir, qui sont les responsables."
Hakim Kabir/C. Nath Oukaci


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.