Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un diplomate hors pair
Publié dans Liberté le 25 - 01 - 2004

Lakhdar Brahimi paraît l'homme de la situation. C'est, en grande partie, grâce à lui que l'Afghanistan est sortie indemne du piège de la Loya Djirga, une véritable confrérie de chefs tribaux qui ne voulait pas de constitution moderne de pouvoir élu. Homme de dialogue mais intraitable sur les principes universels et très fin connaisseur de la sociologie politique dans les sociétés en transition, le diplomate algérien, qui a bâti sa carrière de diplomate internationale loin des sunlights, a même été annoncé comme un probable successeur de Kofi Annan. Le secrétaire général l'a récemment introduit dans son tout petit carré de collaborateurs spéciaux. La carrière de cet expert et médiateur international est rectiligne. C'est le produit de la diplomatie algérienne du temps de son lustre et de son dévouement pour les grandes causes de l'humanité. Lakhdar Brahimi choisit son parcours dès 1956 en rejoignant la révolution armée. Il représentera le Gouvernement provisoire (GPRA) à l'étranger, notamment auprès de capitales arabes. À l'indépendance, il reste dans la diplomatie. Après avoir été ambassadeur dans le monde arabe et en Europe, il se voit confier la charge de secrétaire adjoint de la Ligue arabe en 1984. Ses talents de médiateur seront couronnés par la signature de l'accord de Taef (Liban) qui mit fin à la guerre civile schizophrénique entre factions libanaises et qui reste une référence stratégique pour le Liban d'aujourd'hui. Entre 1991 et 1992, il occupe le poste de ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Sid-Ahmed Ghozali, avant de rejoindre l'ONU en qualité d'envoyé spécial dans des missions pratiquement impossibles. Les Nations unies le jettent, pour ainsi dire, dans la mélasse afghane, juste après le départ des Soviétiques. Lakhdar Brahimi démêle patiemment les écheveaux d'une affaire extrêmement compliquée qui était sortie de ses cadres national et régional pour donner naissance à une véritable internationale islamiste. Lakhdar Brahimi, dont le nom ressort à Alger à chaque rendez-vous présidentiel, est né à Aziza (Médéa). Il est diplômé en sciences politiques et père de famille.
D. B.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.