«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec l'auteure Liliane Raspail à la librairie Guerfi de Batna
"L'Aurès et moi sommes indissociables"
Publié dans Liberté le 11 - 06 - 2013

La librairie Guerfi de Batna a accueilli avant-hier l'auteure Liliane Raspail, pour la signature de ses deux ouvrages. Native de Batna, cette auteure a attiré une foule immense lors de la vente-dédicace de "Fille de Chemora" et "La Chaouia d'Auvergne". Loin de tout protocole, cette rencontre était plutôt familiale, amicale et bon enfant. Durant cette vente-dédicace, l'auteure a fait des rencontres émouvantes, voire envoûtantes. Une ancienne voisine, l'épicier du village, l'enfant d'un ancien ami, à l'exemple de Ali Bouchama dont le père et le grand-père ont connu toute la famille de l'auteure, et bien sûr la famille Chenouf qui a toujours gardé contact avec la fille de Chemora. Les deux écrits sont du cœur, "La fille de Chemora" est une histoire d'amour de deux femmes (la mère et la fille) pour un pays : l'Algérie. Mais chacune vivait de cet amour différemment, avec l'espoir et la douleur de l'époque. Quant à "La Chaouia d'Auvergne", il relève plutôt du personnel, voire même de l'intime. Une petite fille arrive en 1919 avec ses parents (petits paysans d'Auvergne), dans la forêt de Médina (Ichemoul), au cœur des Aurès.
A partir de ce moment, commence l'histoire de Jeanne (Liliane). Rencontrée suite à la houleuse séance de vente-dédicace, Liliane Raspail a confié avoir eu un mektoub (destin) qui lui a permis de garder le contact avec son pays natal. Elle a aussi évoqué avec grande émotion : "J'ai eu les larmes aux yeux ce matin quand j'ai rencontré et serré dans mes bras des étudiants et étudiantes. L'Aurès, les Auressiens et moi sommes indissociables." Et d'ajouter : "J'ai toujours refusé cette déchirure qui me faisait tant mal, et le temps m'a donné raison. Car je retrouve les miens. Je ne suis ni la France ni l'Algérie, je suis les deux." L'auteure espère pouvoir continuer à écrire et à faire venir Mohamed Ali (son fils) en Algérie pour voir le pays de sa maman. Liliane Raspail compte également réaliser un film documentaire. D'ailleurs, la fille du cinéaste ami de l'Algérie René Vautier "Avoir 20 ans dans les Aurès" a été désignée pour la réalisation de ce projet. Le nombre impressionnant de personnes présentes à ce rendez-vous dément formellement et catégoriquement le désintérêt pour la lecture. Le dernier séminaire sur la littérature maghrébine a eu un impact très positif sur un lectorat avide de lecture.
R H
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.