Le Président Tebboune préside une séance de travail au siège du MDN    Entre indifférence et inconscience    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Manchester City : Mahrez victime d'un cambriolage à plus de 500 000 euros    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Référendum en Egypte
La nouvelle Constitution, ou le plébiscite pour le général al-Sissi !
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2014

Malgré les rares violences ayant marqué son déroulement, ce référendum constitue un vote populaire de confiance, qui permettrait au général al-Sissi de se présenter à la présidentielle d'ici six mois.
C'est un plébiscite avant la présidentielle dont a besoin le chef de l'armée égyptienne. La très grande majorité de la population égyptienne n'a d'yeux que pour le général-Sissi.
Les Egyptiens se sont rendus massivement aux urnes pour voter la nouvelle constitution voulue par le chef de l'armée, le général Abdelfattah al-Sissi. Le vice-Premier ministre, ministre de la Défense et véritable homme fort du plus peuplé des pays arabes, avait appelé en début de semaine les 53 millions d'électeurs à se rendre "massivement" aux urnes et à voter "oui", avant d'ajouter qu'il se présenterait à la présidentielle prévue en 2014 si le "peuple le réclame" et si l'armée soutient sa candidature.
Pour l'armée, pas de doute, elle a resserré ses rangs derrière son chef lorsque celui-ci a choisi d'exclure les islamistes du pouvoir en juillet 2013. Restait la démonstration des électeurs. Ils se sont massés deux journées durant, lundi et mardi, dans les bureaux de vote gardés par des policiers et des soldats lourdement armés, brandissaient des drapeaux égyptiens, des portraits d'al-Sissi et de Jamel Abdel Nasser, le père du système politique égyptien contemporain fondé sur le pouvoir de l'armée, et hurlant des slogans en faveur du retour de celle-ci après le court intermède du président Mohamed Morsi candidat des Frères musulmans élu démocratiquement après l'éviction de Hosni Moubarak. La nouvelle Constitution a été débarrassé de clauses ajoutées sous Mohammed Morsi renforçant obligations et devoirs conforme à la charia, mais ne modifie que très marginalement les pouvoirs institutionnels, en particulier ceux du président. Il renforce cependant ceux déjà exorbitants de l'armée.
Depuis, fort du soutien d'une large majorité de l'opinion publique, le pouvoir dirigé de facto par l'armée réprime implacablement les partisans de Morsi, en particulier son influente confrérie des Frères musulmans, qui avait appelé à boycotter le référendum. Plus d'un millier de manifestants ont été tués ces six derniers mois et des pro-Morsi emprisonnés par milliers, les Frères musulmans continuent de manifester chaque jour, en petit nombre, au prix de heurts souvent meurtriers. Parallèlement, les attentats terroristes se sont multipliés, y compris au Caire : ils sont revendiqués par des mouvements djihadistes se disant proches d'Al-Qaïda, que l'armée et gouvernement intérimaire installée par cette dernière, accusent d'être les bras armés des les Frères musulmans. Le général al-Sissi a d'ailleurs décrété la confrérie "organisation terroriste". Le référendum s'est déroulé sans graves incidents hormis une bombe de faible puissance devant la façade d'un tribunal au Caire, sans faire de blessés, deux heures avant l'ouverture des bureaux de vote. Après l'explosion, des centaines de personnes se sont rassemblées devant ce tribunal, brandissant des portraits du général al-Sissi. Pour assurer la sécurité du scrutin, al-Sissi a déployé 160 000 soldats et 200 000 policiers.
En dépit de ces mesures, neuf personnes ont péri mardi en marge des manifestations des partisans de Mohamed Morsi, qui ont appelé à boycotter le référendum, et quelque 250 autres ont été arrêtées. Une bombe de faible puissance a par ailleurs endommagé la façade d'un tribunal au Caire avant l'ouverture des bureaux de vote. Hier, des dizaines de pro-Morsi ont bloqué une station de métro en périphérie du Caire, provoquant des heurts limités, selon des responsables des services de sécurité.
Quelques organisations de défense des droits de l'homme ont dénoncé un climat de peur et de répression, mais la très grande majorité de la population soutient le nouveau pouvoir et n'a d'yeux que pour le général al-Sissi, dont les portraits ornent rues et boutiques et pas qu'au Caire. En annonçant la destitution de Morsi et la mise hors la loi de son parti des Frères musulmans, le chef de l'armée avait invoqué les millions de manifestants réclamant trois jours plus tôt la destitution de Morsi qu'ils accusaient de vouloir "islamiser de force la société" et de "ruiner une économie" déjà exsangue.
D. B
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.