Présidentielle: toutes les dispositions prises pour la réussite du processus électoral    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris : Au lendemain de l'élection de Bouteflika
Désintéressement total des Algériens
Publié dans Liberté le 19 - 04 - 2014

Les ressortissants algériens de Paris semblent déjà être dans l'après-élection. L'élection de Bouteflika, avec 81% des voix, le 17 avril, fait désormais partie du passé et vite mise aux oubliettes. Chacun a retrouvé ses habitudes et l'élection de Bouteflika n'alimente même pas les discussions dans les quartiers comme Barbès où se trouve un nombre important de membres de la communauté algérienne.
"L'élection, vous dites ! C'est fini à présent. Bouteflika reste le Président, je ne vois pas où est le problème", nous dira Hamid, habitant le quartier populaire. Les Algériens de Barbès, comme ceux d'autres quartiers de Paris, n'accordent aucune importance à la présidentielle, préférant vaquer à leurs obligations quotidiennes. Ceci, même si quelques portraits des candidats Bouteflika et Benflis ornent encore certains murs des rues de Barbès. Un désintéressement total que certains ressortissants algériens expliquent par le fait que pour cette élection les jeux étaient déjà faits au profit de Bouteflika. "Honnêtement, 81,53% des voix, je dirai que cela n'a rien de différent des précédentes élections. Je préfère donc me concentrer sur ce que j'ai à faire ici à Paris, au lieu de parler de l'élection présidentielle à l'algérienne", nous dit Boualem, un habitué du quartier de Barbès.
Lorsque l'on évoque avec certains résidents l'élection de Bouteflika, d'aucuns ne semblent pas croire à un autre candidat ici à Paris. "C'est le système qui choisit son candidat et comme les fois précédentes, il a choisi Bouteflika pour rester Président. Sinon, il ne se serait même pas porté candidat. Comme l'a dit notre ami, cette présidentielle est organisée à l'algérienne", nous dira un autre.
Toutefois, cette vision ne semble pas faire l'unanimité, car d'autres pensent que cette élection a montré tout "l'amateurisme" algérien en matière de démocratie, pour eux, un changement s'impose et le président Bouteflika devait plutôt "préparer l'avenir du pays". "Nous avons encore du chemin à faire pour pouvoir prétendre à une Algérie réellement démocratique. Il faut s'armer de patience et faire confiance aux générations futures pour réussir cet exploit. Nous vivons dans un pays démocratique qu'est la France, et nous connaissons, nous vivons cette démocratie chaque jour, ce qui est loin d'être le cas en Algérie. Donc, je préfère me concentrer sur ma vie ici en France, plutôt que d'attendre un quelconque changement qui n'arrivera pas de sitôt en Algérie". En somme, ni l'élection de Bouteflika pour un 4e mandat, ni la défaite des autres candidats ne semblent avoir un quelconque impact sur la communauté algérienne à Paris, qui a déjà tourné la page.
C. M.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.