Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Belfodil dans l'équipe type de la 30e journée    Le Nasr Es-senia vise la Ligue 2 à court terme    Ll'Algérie se plus chère sélection africaine présente en phase finale    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Rassemblement des souscripteurs aux 200 LPA    Le discours de Gaïd Salah revu et corrigé    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Le CC du FLN finit en queue de poisson    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Washington menace ses alliés    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Les étudiants toujours mobilisés    Mascara: Ils dépouillaient les voitures    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    Oran : Les avocats marchent contre le système    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Barbari Kheiredine seul candidat    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le parcours de la 5e édition détaillé    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris : Au lendemain de l'élection de Bouteflika
Désintéressement total des Algériens
Publié dans Liberté le 19 - 04 - 2014

Les ressortissants algériens de Paris semblent déjà être dans l'après-élection. L'élection de Bouteflika, avec 81% des voix, le 17 avril, fait désormais partie du passé et vite mise aux oubliettes. Chacun a retrouvé ses habitudes et l'élection de Bouteflika n'alimente même pas les discussions dans les quartiers comme Barbès où se trouve un nombre important de membres de la communauté algérienne.
"L'élection, vous dites ! C'est fini à présent. Bouteflika reste le Président, je ne vois pas où est le problème", nous dira Hamid, habitant le quartier populaire. Les Algériens de Barbès, comme ceux d'autres quartiers de Paris, n'accordent aucune importance à la présidentielle, préférant vaquer à leurs obligations quotidiennes. Ceci, même si quelques portraits des candidats Bouteflika et Benflis ornent encore certains murs des rues de Barbès. Un désintéressement total que certains ressortissants algériens expliquent par le fait que pour cette élection les jeux étaient déjà faits au profit de Bouteflika. "Honnêtement, 81,53% des voix, je dirai que cela n'a rien de différent des précédentes élections. Je préfère donc me concentrer sur ce que j'ai à faire ici à Paris, au lieu de parler de l'élection présidentielle à l'algérienne", nous dit Boualem, un habitué du quartier de Barbès.
Lorsque l'on évoque avec certains résidents l'élection de Bouteflika, d'aucuns ne semblent pas croire à un autre candidat ici à Paris. "C'est le système qui choisit son candidat et comme les fois précédentes, il a choisi Bouteflika pour rester Président. Sinon, il ne se serait même pas porté candidat. Comme l'a dit notre ami, cette présidentielle est organisée à l'algérienne", nous dira un autre.
Toutefois, cette vision ne semble pas faire l'unanimité, car d'autres pensent que cette élection a montré tout "l'amateurisme" algérien en matière de démocratie, pour eux, un changement s'impose et le président Bouteflika devait plutôt "préparer l'avenir du pays". "Nous avons encore du chemin à faire pour pouvoir prétendre à une Algérie réellement démocratique. Il faut s'armer de patience et faire confiance aux générations futures pour réussir cet exploit. Nous vivons dans un pays démocratique qu'est la France, et nous connaissons, nous vivons cette démocratie chaque jour, ce qui est loin d'être le cas en Algérie. Donc, je préfère me concentrer sur ma vie ici en France, plutôt que d'attendre un quelconque changement qui n'arrivera pas de sitôt en Algérie". En somme, ni l'élection de Bouteflika pour un 4e mandat, ni la défaite des autres candidats ne semblent avoir un quelconque impact sur la communauté algérienne à Paris, qui a déjà tourné la page.
C. M.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.