PSG : Neymar remis à temps pour le match face à l'OM    Foot - Classement Fifa : L'Algérie conserve sa 30e position, perd une place au niveau africain    Benzema devra encore patienter pour le jugement    Loi criminalisant la spéculation: les opérateurs appelés à déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    Elections locales à Mostaganem : Des maires et des ex-députés exclus de la course aux candidatures    Météo : pluies sous forme d'averses orageuses dans plusieurs wilayas du pays à partir de ce vendredi    La prédiction de Ronaldinho pour Mbappé    Le procès Hamel reporté au 17 novembre    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Un scrutin miné ?    Rejet de 77 dossiers de candidature    Le RND au bord de la crise    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Des candidats exclus font appel    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



SAISON ESTIVALE
Plages de Béjaïa, c'est le grand rush des vacances
Publié dans Liberté le 06 - 08 - 2014

L'affluence paraît être la même aussi bien sur la côte est, dans la région du Sahel – de Tichy à Melbou – que sur la côte ouest : de Boulimat jusqu'à Beni Ksila en passant par Tala Yilef, Saket, Tighremt, Oued Dess et Aït Mendil.
Quelques jours après la fête de l'Aïd El-Fitr, c'est déjà le grand rush des vacances. En effet, dès les dernières visites familiales effectuées, les familles ont commencé à rejoindre par centaines, voire par milliers les plages de Béjaïa. Un déferlement visible sur les routes, étroites, surchargées et cabossées de Bgayet.
L'affluence paraît être la même aussi bien sur la côte est, dans la région du Sahel – de Tichy à Melbou – que sur la côte ouest : de Boulimat jusqu'à Beni Ksila, en passant par Tala Yilef, Saket, Tighremt, Oued Dess et Aït Mendil. Mais manifestement, la ruée des estivants est plutôt vers l'ouest.
En témoignent les bouchons qui peuvent atteindre plusieurs kilomètres en cette première semaine du mois d'août. Les "convois" sous forme de "wagons infinis" sont plus nombreux à l'aller, en fin de matinée et en début d'après-midi et au retour après 18h. Et ce, jusqu'à des heures tardives de la nuit. Heureusement que l'ouest n'est pas aussi loin : il faut quelque huit kilomètres pour atteindre la plage de Boulimat depuis le carrefour d'Aamriou, au chef-lieu de wilaya. Quelques habitués s'arrêtent bien avant pour se rendre à la plage de galets de Sahel ou à la crique de Tazeboudjt. Mais comme il s'agit de terrains essentiellement privés, beaucoup ne s'y aventurent pas, sauf ceux qui choisissent d'y louer des bungalows ou des petites maisonnettes loin du brouhaha... de Boulimat ou Saket. Les prix sont aussi nettement moins chers que ceux en cours à Boulimat, à Saket ou à Tighremt. Entre 8000 et 10 000 DA, le confort en moins : les commerces quasi inexistants, une piste cabossée, qui fait office de route mais... un cadre idyllique, agréable à contempler et à immortaliser en photo ou en vidéo. Mais avant le début de l'été, les bulldozers sont à l'œuvre, les arbres et les végétations sont arrachées, le site est en passe d'être déclassé, au grand dam des habitués des lieux, qui venaient naguère s'y reposer en famille, pique-niquer ou tout simplement s'arrêter devant un spectacle que seule Dame nature peut offrir. En poussant plus loin, vers Tazeboudjt et sa crique, les constructions ont poussé comme des champignons ces dernières années. Mais la plage n'est pas vraiment commode pour les enfants. D'où le choix de Boulimat ou de Saket. Même s'ils sont des milliers à cohabiter sur la plage, le père de famille peut y trouver à n'importe quelle heure de la journée ou de la nuit un commerce ouvert. On y vend de tout, même si la qualité laisse parfois à désirer. Le tourisme réceptif est vraiment à l'état embryonnaire... Le gros des estivants préfère louer des appartements en plein centre-ville ou dans la périphérie, car les tarifs, pratiqués sur site, au niveau des plages, sont hors de prix. Entre 12 000 et 18 000 DA la nuitée : une machine à laver, un écran plasma, un climatiseur sont des options à payer entre 2500 et 4000 DA. Mais beaucoup relativisent. On vient en famille à six ou à huit, c'est plus intéressant que de louer une chambre d'hôtel... Les prix passent du simple au double en haute saison. Parfois, un studio ou un appartement est loué par deux familles. On y loue aussi des hangars. L'important est d'être à l'abri. On se débrouille aussi comme on peut. A Tala Yilef, on loue des studios ou des appartements à des prix tout aussi élevés. Le cadre est tout aussi idyllique. Il faut s'y prendre à l'avance. Mais souvent les locataires sont des habitués qui viennent d'Alger et de sa périphérie. C'est le cas aussi des résidences, construites ces vingt dernières années à Saket, Tighremt, Timeridjine, Tirdemt ou Oued Dess. Bien que les prix soient élevés, il faut s'y prendre à l'avance pour espérer bénéficier de quinze jours de vacances. Cela a été compliqué avec le mois sacré de Ramadhan, qui vient amputer la saison estivale d'un bon mois. C'est le cas ces trois dernières années. Et ce sera le cas aussi l'année prochaine.
M O
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.