Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    ASO – ES FIRME : Saïdi, un dirigeant hors pair s'en va    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    La direction charge Sonatrach et le wali d'Alger    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Un budget supplémentaire, des hôtels et des services hospitaliers réquisitionnés: De nouvelles mesures pour lutter contre la Covid-19 à Oran    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    Brentford: Benrahma frappe de nouveau    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Les précisions du wali d'Alger    L'aveu du Pr Benbouzid    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Les 4 samedis    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nous sommes tous des Benchicou
Publié dans Liberté le 16 - 06 - 2004

Nous sommes tous des Benchicou tant que le journalisme signifie pour nous la défense des libertés, la sauvegarde de l'honneur de ce peuple et de ce pays. Nous sommes tous des Benchicou tant que nous continuons, à croire que le journalisme, est, et sera ce contre-pouvoir qui nous permet d'être aux côtés des opprimés et des laissés-pour-compte.
Au fond de sa prison où il a été jeté avant-hier, Mohamed Benchicou, le directeur du journal Le Matin, se porte bien. Le journaliste est plus que déterminé à continuer son combat. Tellement déterminé qu'il veut déjà entreprendre une grève de la faim et que seuls ses avocats l'en ont dissuadé. La prison n'entame donc pas la volonté et la détermination de notre confrère. Bonne nouvelle. Voici alors la première victoire de cet homme de la presse contre ceux qui ont juré de lui faire payer ses écrits ; contre ceux qui ont juré de lui faire payer ses engagements pour la liberté d'expression.
Oui, disons-le ! L'incarcération du directeur du Matin a été pendant quelques heures, seulement quelques heures, une petite victoire du clan de Bouteflika. La victoire de la fratrie, l'indigne triomphe d'une caste qui croit pouvoir disposer de la justice et de la police pour régler des comptes personnels avec un homme qui a osé révéler leurs petites magouilles. C'est donc l'indigne victoire de l'arbitraire contre le juste. Ils ont jeté en prison le journaliste Mohamed Benchicou pour le faire taire, pour l'empêcher de s'exprimer.
Mais la victoire d'un jour dans un tribunal de banlieue, la victoire d'un clan contre un journaliste, n'est jamais une victoire acquise contre la liberté d'expression pour toujours. Benchicou aujourd'hui contraint de se taire, Benchicou obligé aujourd'hui de croupir en prison comme son collègue Hafnaoui Ghoul, ne signifie pas que son journal, ou que la presse indépendante va se coucher. Son emprisonnement ne signifie pas l'abdication de la presse face aux puissants du pays.
Et bien oui ! Nous sommes tous des Benchicou. Nous sommes tous des Benchicou tant que le journalisme signifie pour nous la défense des libertés, la sauvegarde de l'honneur de ce peuple et de ce pays. Nous sommes tous des Benchicou tant que nous continuons à croire que le journalisme, au-delà d'être ce métier qui consiste à informer les citoyens, est, et sera ce contre-pouvoir qui nous permet d'être aux côtés des opprimés et des laissés-pour-compte. C'est ce contre-pouvoir qui autorise encore aujourd'hui aux jeunes torturés de T'kout de laisser leurs râles se faire entendre au-delà des murs des brigades où se calfeutrent leurs tortionnaires ; c'est ce contre-pouvoir qui permet à l'opposition de se faire entendre alors que tous les canaux d'expression leur sont fermés ; c'est ce contre-pouvoir qui permet aujourd'hui aux chefs d'entreprise, ceux qui veulent vraiment œuvrer pour le bien de ce pays et pour ses enfants, d'offrir d'autres alternatives pour le pays, autres que celles que préconisent les prédateurs.
Oui, c'est, sans doute, de ce journalisme que se réclame Mohamed Benchicou. C'est de la pratique de ce journalisme qu'il est aujourd'hui coupable. Alors, disons-le sans ambages, nous sommes tous des Benchicou.
F. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.