La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Zerhouni : “Plus de construction à Hassi-Messaoud”
La ville est classée Zone à risques majeurs
Publié dans Liberté le 15 - 01 - 2005

Un Conseil interministériel, tenu jeudi à la base du 24-Février de Sonatrach, prévoit la création d'une nouvelle ville comprenant un aéroport et 15 000 logements pour 80 000 habitants.
“Si les habitants de cette ville mesuraient à sa juste valeur le risque auquel cette ville est exposée, ils seraient les premiers à demander de partir vers un autre site.” Ce commentaire est de Nourredine Yazid Zerhouni. Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales s'exprimait devant la presse au terme de la visite qui l'a conduit, jeudi dernier, dans la ville pétrolière de Hassi-Messaoud, en compagnie de quatre de ses collègues du gouvernement, à leur tête, le responsable du secteur des hydrocarbures, Chakib Khelil, suivi des ministres des Finances, Abdelatif Benachenhou, des Transports, Mohamed Maghlaoui et des Travaux publics, Amar Ghoul. Inscrit dans l'urgence, ce déplacement est intervenu suite au Conseil de l'énergie présidé tout dernièrement par le chef de l'Etat. Les décisions y afférentes sont sans appel. Hassi-Messaoud est une bombe à retardement.
Le rapport des experts mis à contribution par le ministère de l'Energie et la Société nationale des hydrocarbures, Sonatrach, définit clairement les risques encourus par les riverains des puits et autres pipelines qui traversent la ville. Ils sont au nombre de quatre : l'explosion, l'incendie, la contamination et la pollution. Avant-hier, la délégation ministérielle, dépêchée par le président de la République sur les lieux, a constaté de visu l'ampleur du péril. Depuis plusieurs décennies, des cités populaires et des bidonvilles ont surgi à la périphérie des zones d'exploitation recelant 1 100 puits. Les experts ont recensé 100 points à risque dont 17 à risques majeurs. “Cette situation est exceptionnelle. Il existe des contrats industriels dangereux”, a encore estimé le ministre de l'Intérieur. Ses appréhensions et celles de ses camarades de l'Exécutif ont fait l'objet d'un Conseil interministériel tenu à la base du 24-Février de Sonatrach. La première mesure prise concerne le gel de toutes les constructions à Hassi-Messaoud. C'est en tout cas l'engagement “ferme” pris par M. Zerhouni devant les représentants des médias. “Il s'agit de maintenir Hassi-Messaoud à son niveau actuel et ne plus permettre son extension, du fait de sa situation de zone à risques”, a-t-il affirmé.
D'ores et déjà, des relents de contestation se font entendre dans la ville. Sans conscience du danger auquel ils sont confrontés, les habitants ignorent tout de leur sort. Ces derniers jours, des rumeurs ont circulé sur le probable déplacement de la population. Le mutisme des autorités locales a accentué le désarroi des autochtones, dont les gérants du vaste parc immobilier, très lucratif compte tenu du rush des travailleurs venus du Nord.
Se voulant rassurant, le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales garantit de son côté qu'il ne s'agit pas à l'heure actuelle de raser la ville, mais de procéder à son réaménagement urbain afin de la prémunir d'un quelconque danger d'explosion.
Ensuite, il conviendra aux pouvoirs publics de transférer graduellement ses occupants vers des sites situés à l'extérieur du champ d'exploitation des hydrocarbures.
Trois projets portant construction de la nouvelle ville de Hassi-Messaoud sont à l'étude. Des assiettes ont été trouvées dans des périmètres allant de 20 à 60 kilomètres au nord et au sud de l'ancienne cité.
Dans un premier temps, ces agglomérations seront pourvues de 15 000 logements destinés à 80 000 habitants. En second plan, les autorités envisagent la création d'une zone industrielle en vue de rassembler les services de soutien à la production des hydrocarbures en dehors du permis d'exploitation de Hassi- Messaoud. Un nouvel aéroport est également en projet.
Au nord du pays, dans les Hauts-Plateaux précisément, un projet similaire à celui de Hassi-Messaoud, la fameuse ville de Boughzoul avait suscité un grand engouement, il y a quelques années.
Avec le temps, les espoirs se sont aménuisés car la ville n'a jamais vu le jour. À Hassi, c'est différent, les pouvoirs publics ont tout intérêt à tenir leur engagement, car il s'agit d'une question de vie ou de mort.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.