Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Juventus : Pirlo ira au terme de la saison    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Sadiq Khan réélu à la tête de la mairie de Londres    Vives condamnations dans le monde    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Les marches soumises à autorisation    La siesta    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    Ça chauffe en tête    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    L'éviction de listes charme l'opinion    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





In Eker pollué pour 24 000 ans !
L'AVEN interpelle les négociateurs de la COP21
Publié dans Liberté le 05 - 12 - 2015

L'association Taourirt des victimes des essais nucléaires (Aven) réalisés dans le Hoggar s'en remet aux militants des droits de l'Homme ainsi qu'aux négociateurs de la convention-cadre de la conférence mondiale sur le climat (Cop21) qui se tient au Bourget en France, en tirant la sonnette d'alarme sur les effets dévastateurs des treize tirs souterrains réalisés, du 7 novembre 1961 au 16 février 1966, par la France coloniale à In Eker, à 180 km au nord de la ville de Tamanrasset. L'appel de détresse, signé par le bureau exécutif de l'association, a également été lancé à l'adresse des écologistes du monde, des parlementaires, des industriels et des institutions de recherches scientifiques pour qu'ils sachent qu'après 49 ans de la fin de ces essais, la persistance de la menace radioactive pèse toujours sur la région et sur toute la population de Tamanrasset, dont même la descendance continue à subir les conséquences de la colonisation où la cruauté et la barbarie atteignaient leur paroxysme. Des dizaines, voire des centaines de victimes, ont subi et subissent toujours les effets de cette tragédie se résumant par la propagation préoccupante de pathologies caractéristiques des irradiations. Des cas de leucémie, des mort-nés, des déformations fœtales, des changements hématologiques et encore de graves pathologies cancéreuses sont ainsi relevés dans une région polluée pour les 24 000 années à venir, laissant place à la mort rayonnante qui sème dévastations et maladies parmi la flore et la faune dans un univers vitrifié, désormais incompatible avec toute forme de vie, s'indignent des spécialistes en la matière. L'association en appelle aux grands investisseurs et les titille afin de mettre une partie de leurs capitaux financiers au service des malades et des victimes de cette catastrophe à travers une coopération en mesure de réparer ce qui a été détruit par le pays du général de Gaulle. L'association insiste aussi sur la mise à contribution des êtres charitables et des scientifiques afin de trouver les bonnes formules pour le nettoyage des sites contaminés et le traitement des déchets abandonnés dans des zones, jusque-là, inconnues, en l'absence de cartes et d'archives des essais réalisés. Il faut "coopérer pour trouver des solutions idoines à cette problématique et parvenir subséquemment à la décontamination des endroits irradiés, et éviter que nos déserts deviennent des centres d'enfouissement de déchets nucléaires", ajoute l'association, en appelant à un engagement sérieux avec les institutions du pays et à la coopération de son élite scientifique dans le développement de technologies, d'énergies renouvelables et d'autres alternatives d'investissement, avec pour finalité de panser "nos plaies du passé" et les crimes que la France ne veut toujours pas reconnaître. "La France n'a pas reconnu ses responsabilités et ses crimes. Il faut comprendre que le dromadaire qui est en voie de disparition doit être traité de la même façon que l'ours blanc pour lequel on s'est pourtant mobilisé pour le protéger en faisant de cette initiative une invitation mondiale", lit-on dans la lettre dont nous détenons une copie.
R.K.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.