Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    Benbouzid donne de nouvelles instructions    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Kafkaien    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    La nouvelle feuille de route    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Une voiture dans un sac à dos    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats demandent de refaire les examens
Ils ont rencontré la ministre de l'éducation jeudi
Publié dans Liberté le 04 - 06 - 2016

Les syndicats signataires de la charte d'éthique de l'éducation nationale ainsi que les associations des parents d'élèves considèrent qu'il faut réorganiser les épreuves dans les matières dont les sujets ont été divulgués, car il y va de la crédibilité de l'examen.
La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, s'est réunie jeudi avec les principaux syndicats du secteur et les associations des parents d'élèves en vue de débattre de la session 2016 du bac et du scandale des fuites de sujets qui l'a marquée. La réunion, tenue jusque tard dans la soirée de jeudi, a permis de faire le point sur la question. Une occasion pour la tutelle d'entendre les doléances des partenaires sociaux qui, dans leur majorité, ont estimé qu'il faut des décisions fermes à même de préserver "la crédibilité du bac, l'équité et l'égalité des chances entre candidats". Les 5 syndicats et les 2 associations conviés à la réunion — destinée à rassurer les élèves et leurs parents — se sont vu promettre des sanctions à l'encontre des auteurs de ce scandale. La ministre de l'Education s'est engagée à prendre toutes les mesures nécessaires à assurer l'égalité des chances et la crédibilité de l'examen. Les syndicats du secteur de l'éducation ont, en effet, estimé unanimement nécessaire de durcir les sanctions à l'encontre des responsables de la fuite des sujets du baccalauréat 2016 au moment où les avis restaient partagés quant à la réorganisation des examens dans les matières concernées, notamment les sciences de la nature et de la vie. Ainsi, le président de l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (Unpef) a proposé la réorganisation des examens dans les matières concernées par la fuite des sujets à travers les réseaux sociaux.
Il est rejoint en cela par la Fédération nationale des travailleurs de l'éducation (FNTE) relevant de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), qui a demandé, par le biais de son secrétaire général, Ferhat Chabekh, le durcissement des sanctions à l'encontre des responsables des fuites de sujets du bac et maintenu sa demande de refaire l'examen des sciences expérimentales.
Le CLA n'en pense pas moins, puisque son représentant, Zoubir Rouina, membre du conseil national, a suggéré de refaire les épreuves de tous les sujets qui ont fait l'objet de fuite.
Ce membre du CLA, qui s'est dit non concerné par le communiqué du ministère, a d'ailleurs exprimé son indignation à l'égard de ce qu'il a appelé un scandale qui touche toute la famille de l'éducation. De son côté, le Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef) a suggéré, par le biais de son secrétaire général Boualem Amoura, "la réorganisation de l'examen dans les matières ayant fait objet de fuite et dans les régions où une fraude collective a été confirmée".
Il a proposé l'organisation d'une session spéciale en juillet prochain juste après la fête de l'Aïd el-Fitr, ajoutant que la fuite des sujets du bac était un acte "grave" en ce sens qu'il visait la stabilité de l'Algérie.
Il a, en outre, appelé "les institutions de l'Etat à tenir une réunion pour préserver la crédibilité de l'examen du bac".
L'Association nationale des parents d'élèves, qui s'est exprimée par le biais de son président Ahmed Khaled, a indiqué qu'elle attendait la réponse du ministère de l'Education nationale sur les résultats de l'enquête.
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.