Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Financement du Projet Complexe Phosphate Tébessa    Le MCA rate son premier match    Rabat prête à relever le défi    «Abeid est apte à jouer»    Personnalités et experts adhèrent au dialogue national    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    RUSH DES ALGERIENS VERS LA TUNISIE : Le poste frontalier d'Oum Teboul pris d'assaut!    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Sarko and co    Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !    La Russie propose un moratoire aux Etats-Unis    L'ex-wali de Tipasa Ghelaï Moussa en détention provisoire    La rencontre de la société civile reportée, faute d'autorisation    Les Oranais en mode "yetnahaou gaâ"    Des administrateurs pour assurer la gestion    Les Algériennes en stage à Blida    Le labyrinthe    Huawei-Algérie espionnait des personnalités de l'opposition    Hausse de 13% des touristes algériens    Les souscripteurs au programme 300 logements AADL dénoncent    L'éternel frein des tarifs prohibitifs    Bakbouka algéroise    Le rappeur Enima rentre en Algérie    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    20 août 1956 : «La primauté du civil», comme testament de Abane    NAHD 0 - JSK 0 : Ennuyeux !    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Jijel : Les corps des deux disparus en mer repêchés    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Lutte contre la corruption: Zeghmati insiste sur la récupération des fonds détournés    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    DES ATTRIBUTS DE ZOMBIES    Le frère de Abdelghani Hamel arrêté à Oran    Une série de projets de loi et de décrets exécutifs    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    Le Maroc tente d'induire en erreur l'opinion publique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





OIT : mondialisation, révolution numérique et contraintes climatiques
Promotion des emplois verts
Publié dans Liberté le 23 - 06 - 2016

Du 30 mai au 10 juin 2016, les délégations tripartites (gouvernements-syndicats-patronats) des 187 Etats membres de l'Organisation internationale du travail (OIT) se sont retrouvées à Genève pour la 105e réunion annuelle de l'Organisation.
Dans le sillage du programme des emplois verts lancé par l'organisation mondiale, en 2008 et à la veille de la CoP21, à Paris, le Conseil d'administration de l'OIT, dans sa réunion du 5 novembre, a adopté des Principes directeurs pour une transition juste vers des économies et des sociétés écologiquement durables pour tous, le but étant de "permettre aux gouvernements, aux travailleurs et aux employeurs du monde entier de tirer le meilleur du processus de changement structurel vers une économie plus verte, à faibles émissions de carbone, de créer des emplois décents à grande échelle et de promouvoir la protection sociale". À cette occasion, Cyril Cosme, le directeur du bureau de l'OIT pour la France, a notamment déclaré que "la transition vers une économie verte représente un gain net potentiel compris entre 15 et 60 millions de postes de travail au niveau mondial. À l'appui, les résultats de l'économie américaine où, en 2010, l'emploi dans les biens et services écologiques représentait 3,1 millions de personnes et il est aussi en hausse constante. Le Brésil, quant à lui, recensait 2,9 millions d'emplois verts pour la même période.
Emplois verts et inclusion sociale
L'OIT qui estime que la perte d'emploi dans les pays développés ne devait affecter que 1% de la main d'œuvre, table sur des gains nets d'emploi plus élevés dans les pays émergents et en développement. À la condition que "les populations soient formées et que les gouvernements concernés bénéficient d'une aide technique ou financière".
À titre d'illustration, le programme des emplois lancé en 2008, inclut "une augmentation de 20% de l'efficacité énergétique" mais il se heurte au manque de potentiel humain pour sa mise en œuvre. Cette difficulté est largement vérifiable dans notre pays. Une vingtaine de pays bénéficient de l'appui de l'OIT, la Tunisie et le Maroc s'apprêtent à rejoindre ce club.
Lors de cette 105e session qui s'est achevé le 10 juin, le constat est fait que le travail se transforme à un rythme jamais atteint auparavant. Les objectifs de promouvoir des règles environnementales concernant des industries, l'impératif de préserver les travailleurs des conséquences néfastes du changement climatique, de la restructuration de l'économie et des contraintes en matière de ressources, les politiques garantissant une bonne gestion des ajustements liés à l'écologisation sont au centre des enjeux de l'heure aux côtés des traditionnels mécanismes de dialogue social et de la disponibilité des compétences requises pour favoriser l'écologisation de l'économie. L'interconnexion de l'économie mondiale rend parfois difficile ou occulte même les conséquences finales des impacts environnementaux ou autres (positives ou négatives) d'actions qui paraissent isolées ou confinées à des plans sectoriel ou territorial. À titre d'exemple, les indemnités chômage et les transferts monétaires pour des pêcheurs contribuent à la protection et à l'utilisation durable des ressources naturelles comme la pêche, des formations qualifiantes dans le bâtiment (isolation) participent à une création massive d'emploi, à la préservation de ressources fossiles, à un accès durable à l'énergie et à la diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES). En Allemagne, les syndicats et les organisations patronales ont été à l'origine de l'un des plus grands programmes de rénovation de bâtiments (120 milliards d'euros pour l'amélioration de l'efficacité énergétique).
De nouvelles normes environnementales et sociales divisent
Le thème phare abordé dans cette réunion annuelle est "Le travail décent dans les chaînes d'approvisionnement mondiales" à l'heure de la révolution numérique, le développement durable et les problèmes de migrations (les instruments relatifs aux travailleurs migrants et la migration équitable, sujet de la commission de l'application des normes). La commission mise en place au sujet des chaînes d'approvisionnements a débouché sur un mandat à l'OIT pour approfondir le thème et proposer des mesures concrètes. La chaîne d'approvisionnement concerne la fourniture de produits (matières premières), le processus de fabrication et la distribution. L'effondrement du bâtiment Rana Plaza (Dacca, Bangladesh) en 2013 et des incendies d'usines survenus au Pakistan et au Bangladesh en 2012, qui ont coûté la vie à plus de 1 500 personnes, ont été les déclencheurs de ce débat sur les conditions de travail décentes dans les chaînes d'approvisionnement dans un contexte de mondialisation, les impacts et les menaces sur les ressources et la planète en général. La recherche d'une norme dans ces chaînes qui emploi 1 personne sur 5 dans le monde n'est pas aisée. Aux questions de délocalisation s'ajoutent la justice sociale, l'exploitation effrénée des ressources naturelles et les défaillances de gouvernance dans plusieurs pays en particulier dans ceux en développement.
Une gouvernance défaillante même en présences de traités ratifiés
Dans la commission mise en place à cet effet, le représentant du gouvernement algérien estime que "le pays s'emploie à améliorer les indicateurs du travail décent. Bien que le chômage ait sensiblement diminué, l'expansion de l'économie informelle est très préoccupante. Des mesures ont été prises pour faciliter la transition des entités informelles vers l'économie formelle sous la forme notamment d'incitations fiscales et de l'admission des travailleurs opérant dans l'économie informelle au bénéfice d'une protection sociale à condition qu'ils se déclarent volontairement". Il ajoute que "des sanctions ont été mises en place pour lutter contre les violations de la législation du travail commises par des entreprises. Par exemple, les entreprises contrevenantes peuvent être exclues des appels d'offres publics, ou se voir interdire toute activité d'importation ou d'exportation" (ilo.org/wcmsp5/groups/public/...). Reste que sur le terrain, certaines initiatives n'aboutissent pas quand elles ne sont pas de simples effets d'annonce. Ce qui fait dire au Directeur général de l'OIT, Guy Ryder que "toutes les parties de cette maison doivent s'associer pour garantir qu'une juste transition vers un avenir durable aura lieu et répondra de manière appropriée aux impératifs du travail décent... Il est temps de passer de la proposition générale relative à la compatibilité du développement durable et de l'emploi à des dispositifs concrets pour la faire advenir". Enfin, pour la petite histoire, cette réunion qui a regroupé près de 6000 délégués a vu une participation numérique record de notre pays. En effet, l'Algérie a été présente avec plus d'une centaine de personnes dont seulement 7 syndicalistes de l'UGTA.
La moyenne de présence par pays est d'environ 40 ; la délégation des Etats Unis comprenait 28 membres celle du Danemark 30, du Maroc 40. Il faut noter aussi qu'en marge de cette 105e Conférence de l'OIT, plus de 400 délégués et représentants d'organisations internationales ont signé une pétition de solidarité relative à la régression des syndicats indépendants en Egypte et en Algérie (euromedrights.org/fr).
R. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.