La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attentat de Berlin : un Tunisien recherché
Alors que l'Allemagne songe à durcir la sécurité publique
Publié dans Liberté le 22 - 12 - 2016

Ayant remis en liberté le réfugié pakistanais, faute de preuves, la police allemande recherche désormais un Tunisien dont un document d'identité a été retrouvé dans le camion qui a foncé sur un marché de Noël, lundi soir à Berlin.
De nouveaux développements ont été enregistrés dans l'enquête menée par la police allemande pour retrouver le chauffeur du camion de 38 t qui avait tué 12 personnes lundi soir en fonçant sur un marché de Noël dans la capitale de l'Allemagne. En effet, deux médias germaniques, en l'occurrence le quotidien Bild et le Allgemeine Zeitung de Mayence, ont affirmé hier matin qu'un document d'identité a été retrouvé dans le véhicule indiquant qu'il s'agit d'un ressortissant tunisien. Les enquêteurs ont retrouvé cette pièce d'identité sous le siège du conducteur dans la cabine du poids lourd.
Le document d'identité retrouvé dans le camion est un document remis à un migrant dont la demande d'asile a été rejetée sans pour autant qu'il puisse être expulsé. Il a été émis par les autorités locales de Kleve, une ville de Rhénanie du Nord-Westphalie, située à la frontière avec les Pays-Bas, selon le quotidien régional de Mayence Allgemeine Zeitung. L'on apprend également que l'homme en question est connu sous trois identités et trois âges différents. D'après le site internet de l'hebdomadaire Der Spiegel, il est originaire de Tataouine, une ville du sud de la Tunisie. Cet homme est connu des services de police pour coups et blessures, mais il a disparu avant d'être jugé.
Pis, il est en outre considéré comme dangereux car lié à "un grand réseau islamiste", selon Bild. Ceci étant, le réfugié pakistanais arrêté peu après sur un lieu proche de l'attentat a été finalement libéré mardi soir. Il y a lieu de rappeler que la Tunisie est l'un des plus gros fournisseurs de combattants étrangers aux mouvements terroristes, notamment le groupe terroriste autoproclamé Etat islamique.
Ils seraient quelque 5500 Tunisiens à être partis combattre en Syrie, en Irak ou en Libye. C'était aussi un ressortissant tunisien qui avait précipité un camion dans la foule à Nice, le 14 juillet dernier, faisant 86 morts. Tout comme celui de Berlin, l'attentat de Nice avait été revendiqué par Daech. Cet attentat a eu pour conséquences immédiates une possible révision de la sécurité publique en Allemagne. Les questions qui reviennent le plus souvent sont du genre : renforcer encore la vidéosurveillance ou autoriser l'armée à patrouiller ?
Le débat est donc engagé sur les mesures de sécurité en Allemagne, pays jusqu'ici épargné par les attaques de grande ampleur. "Cet attentat aurait pu être évité si la place avait été protégée par des blocs de béton", critique Joachim Krause, directeur de l'institut pour les politiques de sécurité de l'université de Kiel. "Il faudrait systématiquement sécuriser ce type de places" comme en Israël, "mais en Allemagne cet aspect a été négligé", ajoute-t-il dans le quotidien Handelsblatt.
Face à ces critiques, les autorités se défendent en affirmant, comme le chef de la police judiciaire allemande (BKA) Holger Münch, qu'une sécurité totale n'existe pas. "Il y aura toujours un risque", a-t-il prévenu. "Si nous sécurisons tout, contrôlons toutes les entrées des espaces publics, cela ne correspondra plus à la culture d'ouverture qui est la nôtre", a jugé de son côté le maire de Berlin, Michael Müller.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.