Le Dinar poursuit sa dégringolade    Une pénurie de 300 médicaments en Algérie    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Cavani fait gagner Manchester United face à Southampton    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Elevage : un nouveau dispositif d'approvisionnement d'aliments de bétail    Plus de peur que de mal pour Aribi    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Jeux olympiques et paralympiques: versement de subventions financières à neuf athlètes    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Campagne de lancement de la culture de colza    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Maradona, l'homme de la métamorphose    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    L'Opep+ examine les différentes options    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que fera Trump face à la crise au Moyen-Orient ?
Changement de paradigmes de la diplomatie américaine
Publié dans Liberté le 21 - 01 - 2017

En matière de politique étrangère américaine, les formes changent, mais pas le contenu.
Donald Trump, installé officiellement depuis hier comme 45e président des Etats-Unis, sera-t-il l'homme qui arrêtera l'interventionnisme américain dans le monde, notamment au Moyen-Orient ? Dr Samir Saul, professeur des relations internationales contemporaines à l'université de Montréal, n'exclut pas l'éventualité. S'exprimant lors d'une conférence organisée mercredi soir par l'organisme MENA (Middle East and North Africa), M. Saul croit que le nouvel homme fort américain réorientera la diplomatie américaine. C'est que, avant même son élection, M. Trump a fait le constat d'échec de l'interventionnisme américain, affirme Saul. Cette politique de la terre brûlée des Etats-Unis est génératrice du chaos qui touche maintenant y compris des pays de l'Occident, considère-t-il. "Les guerres classiques ou les guerres par procuration n'ont pas donné les résultats escomptés par les néoconservateurs, incrustés dans l'appareil de l'Etat depuis plus de 25 ans", rappelle le professeur. D'où l'échec de l'armée américaine en Syrie et en Libye. L'orateur soutient que l'interventionnisme de l'armée américaine fait la part belle aux groupes terroristes et autres djihadistes, en créant le chaos dans la région. "Cela dit, il y aura sans doute une sorte de continuité entre Obama et son successeur", soutient l'historien pour qui, en matière de politique étrangère américaine, les formes changent, mais pas le contenu. Trump qui concentrera ses efforts sur la relance de la machine économique américaine serait enclin à chercher à stabiliser la région du Moyen-Orient secouée par des crises récurrentes, ajoute-t-il. Cette quête de stabilité passera par l'arrêt de tout interventionnisme cher aux néoconservateurs, mais aussi par un soutien aux Etats, y compris autocratiques, selon l'affirmation du conférencier. Pour celui-ci, la cible du président républicain demeure la Chine. "Trump est même prêt à faire des concessions à la Russie, à tout le moins s'entendre avec elle, juste dans le but de la détacher de la Chine", observe l'intervenant. Mais connaissant le caractère imprévisible de l'homme d'affaires, rien n'est moins sûr. Samir Saul est convaincu que le monde se dirige désormais vers une sorte de redistribution de cartes géopolitique. "Avec Trump à la tête des Etats-Unis, il est fort à parier que l'hégémonisme mondialiste cèdera le pas à l'hégémonisme traditionnel", conclut M. Saul pour qui cette période d'effritement des manœuvres géostratégiques pourrait pousser Trump, un populiste conscient de la realpolitik, à redéfinir la suprématie américaine dans le monde.
Y. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.