Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les projections de l'Institut français du pétrole
Contexte pétrolier 2016 et tendances
Publié dans Liberté le 26 - 01 - 2017

L'Institut français du pétrole évoque deux incertitudes quant à la résorption des excédents du marché : la première concerne le respect de l'accord par les pays de l'Opep et la seconde porte sur le niveau de l'offre américaine.
Le prix du Brent a subi une baisse exceptionnelle de l'ordre de 60% en deux ans, relève l'Institut français du pétrole (IFP) énergies nouvelles dans son panorama sur le "contexte pétrolier 2016 et tendances". Selon Guy Maisonnier, économiste à l'IFP énergies nouvelles, le prix du Brent s'est établi, en 2016, à environ 44 dollars le baril contre 52 dollars le baril en 2015 et près de 100 dollars le baril en 2014. "En 2017, avec le recul possible des excédents d'offre, un prix de 50 à 60 dollars le baril est envisageable, ce qui permettrait de relancer les investissements en exploration", estime Guy Maisonnier. Mais, précise-t-il, "le niveau effectif du prix dépendra des conditions d'application de l'accord Opep/non-Opep et de la réaction de la production américaine.
Le contexte financier et géopolitique très instable peut aussi conduire à des mouvements de prix très heurtés". Le bilan de l'année 2016, relève l'IFP énergies nouvelles, met en évidence un excédent de 0,7 million de barils jour (mb/j), en retrait très net par rapport à celui de 2015 (+1,7 mb/j). C'est le résultat de deux tendances principales, indique le document. L'institut évoque d'abord une progression sensible de la demande qui s'établit à un peu plus de 96 mb/j, soit un gain annuel de 1,4 mb/j, niveau supérieur aux tendances historiques. Il y a également un recul de l'offre des non-Opep (-0,8 mb/j), concentré principalement aux Etats-Unis (-0,6 mb/j), sous l'effet de la faiblesse des prix du pétrole depuis fin 2014. Ce contexte a permis à l'Opep de renforcer en 2016 sa part de marché à hauteur de près de 1 mb/j (total de 40,7 mb/j) sans trop déstabiliser les prix.
"Le rééquilibrage progressif du marché était perceptible dès le deuxième trimestre. La hausse du prix du pétrole de 30 dollars le baril en janvier à 45/50 dollars le baril à partir du mois de mai est le résultat de cette tendance. Elle a été accentuée par l'annonce d'un accord Opep/non-Opep, entériné les 30 novembre et 10 décembre derniers, qui a entraîné le prix au-delà des 50 dollars le baril en fin d'année", souligne le document.
Pour l'année 2017, de nombreux paramètres seront, comme par le passé, susceptibles d'influencer avec plus ou moins d'ampleur et sur des délais plus ou moins longs, les évolutions du prix du pétrole, estime l'IFP énergies nouvelles, citant, en particulier, la croissance économique des pays émergents, la stabilité des pays producteurs, le taux du dollar ou les évolutions des marchés financiers. "Mais ce sont néanmoins les conditions d'équilibre du marché pétrolier qui définiront le prix tendanciel du pétrole", prévoit l'institut. "Le respect strict de l'accord conduit à un déficit moyen de 1,3 mb/j au 1er semestre 2017 contre 0,7 mb/j si l'Opep met en œuvre l'accord seul. Ces deux scénarios aboutissent à des niveaux de pression sur le prix du pétrole très différents", indique l'IFP énergies nouvelles. Les excédents du marché devraient se résorber progressivement. Cependant, l'Institut français de pétrole évoque des incertitudes. La première incertitude concerne le respect de l'accord par les pays de l'Opep. La seconde incertitude porte sur le niveau de l'offre américaine. La baisse des prix du pétrole depuis fin 2014 a pesé financièrement sur l'ensemble des acteurs américains du secteur pétrolier. Les investissements ont chuté, l'activité de forage a été divisée par trois et la production a reculé.
"Mais pour certains bassins américains, la rentabilité est désormais atteinte pour un prix du pétrole se situant entre 35 et 45 dollars le baril. Cela signifie que toute hausse du prix au-delà de ces seuils marquera le signal de la reprise de l'activité de forage", relève le document. "Elle a d'ailleurs déjà été relancée à partir de mai 2016, quand le pétrole s'est rapproché des 50 dollars le baril", constate Guy Maisonnier. "Cela pourrait devenir un vrai sujet de préoccupation pour l'Opep", estime Guy Maisonnier.
M. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.