Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    REPRISE DES ACTIVITES COMMERCIALES : L'ANCA salue la décision    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Benflis : "L'Algérie fait face à une concomitance de toutes les crises"
IL A ANIME HIER UN MEETING À BéJAïA
Publié dans Liberté le 12 - 03 - 2017

Le président du parti Talaie El-Houriat (Avant-garde des libertés), Ali Benflis, a déclaré, hier, lors de son meeting populaire animé à Béjaïa, que "l'Algérie se retrouve dans une impasse politique totale face à une crise économique grave et face à une crise sociale aux conséquences difficilement prévisibles".
Intervenant devant une assistance nombreuse, composée essentiellement de cadres et de militants de son parti venus des quatre coins de la région, mais aussi de Tizi Ouzou, de Bouira, d'Alger, de Sétif et même de Ghardaïa, M. Benflis a dressé un tableau peu reluisant de la situation générale du pays. Ce dernier, déplore-t-il, fait face à une crise multidimensionnelle "après quatre mandats successifs voulus par le régime politique en place et après avoir disposé de 10 ans de ressources financières plus de trois fois supérieures à celles accumulées depuis l'indépendance".
Selon lui, notre pays a connu dans son passé des crises politiques, économiques ou sociales, mais n'a jamais été confronté à une concomitance de toutes ces crises comme il l'est aujourd'hui. "C'est la concomitance de ces crises qui fait l'exceptionnelle gravité de la situation actuelle dans la mesure où chaque crise amplifie les autres et où les effets de chaque crise s'ajoutent à ceux des autres", a-t-il averti. Rappelant "certaines évidences" afin de faire le bilan d'un parcours, l'orateur estimera que "par temps ordinaire comme par temps de tourmente, notre pays attend de ses gouvernants une gouvernance effective, performante, visible, audible et compréhensible. Mais la réalité affligeante est que par ces temps de grande crise, on ne voit qu'un Etat affaibli et rendu vulnérable par l'impasse politique totale dont nous sommes témoins. On ne voit que des institutions en déficit de crédibilité et de confiance et des gouvernants dans l'incapacité d'indiquer au pays un chemin et de l'éclairer par un projet porteur d'espoir et des aspirations du peuple algérien".
Poursuivant son réquisitoire contre les tenants du pouvoir, le leader de Talaie El-Houriat a battu en brèche les discours démagogiques de Bouteflika et ses différentes promesses "chimériques". "L'on nous avait promis le respect des libertés et des droits, la réhabilitation de la citoyenneté pleine et entière, la démocratie et l'Etat de droit, une économie émergente, une société apaisée, juste, solidaire et fraternelle...", a-t-il rappelé. Et d'enchaîner : "Mais, finalement, la réalité est tout autre : les libertés publiques se rétrécissent davantage, la citoyenneté demeure le privilège d'une minorité écrasante alors que la majorité écrasée en est démunie, c'est toujours le règne du pouvoir personnel de l'ordre autoritaire et de l'Etat de non-droit, l'économie nationale en ruine avec 800 milliards livrés à un gaspillage, à une gabegie et à une prédation, la société algérienne n'a jamais subi autant de chocs comme ceux qu'elle a subis et continue à subir." Avant de préciser : "Le choc de la dévalorisation du travail et de l'effort, le choc de la course à l'argent facile, le choc des égoïsmes, le choc du repli sur soi, le choc de la corruption, le choc du népotisme et celui du régionalisme dans son image la plus archaïque et la plus révoltante." Après avoir développé un discours très élogieux sur le passé historique et civilisationnel de la ville de Béjaïa, le chef de file du parti de l'Avant-garde des libertés a déploré la "démission" des hautes autorités de l'Etat lors des événements ayant secoué la région, au début du mois de janvier passé. "Dans tous les pays du monde, la réaction des autorités politiques aurait été immédiate, décisive et à la mesure de la gravité de la situation. Béjaïa, qui était victime d'une vague de violence, est restée seule, livrée à elle-même", s'est-il indigné.
Par ailleurs, il a tenu à condamner l'interdiction, par les autorités locales, d'une conférence-débat organisée, la semaine écoulée, par le café littéraire de la ville d'Aokas. Aussi, il a dénoncé les multiples restrictions des libertés syndicales et d'expression, ainsi que les violentes répressions que subissent systématiquement les syndicalistes autonomes, les étudiants, les enseignants et les travailleurs. Pour M. Benflis, le régime politique en place est dans le déni des réalités, faisant dans la diversion et dans la fuite en avant. Enfin, il est à noter que le président de Talaie El-Houriat a bizarrement zappé l'un des sujets d'actualité politique de l'heure, à savoir les prochaines élections législatives que son parti a, d'ailleurs, boycottées.
KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.