Procès Khaled Drareni au tribunal de Sidi M'hamed : «Je n'ai fait que mon métier de journaliste»    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Le général Gouasmia nouveau commandant de la gendarmerie nationale    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    La chambre d'accusation statuera demain    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    10 000 da d'amende pour les 40 participants à une excursion en mer    Ce qui pousse des citoyens à braver l'interdit !    Réouverture progressive des mosquées et des plages    8 décès et 507 nouveaux cas en 24 heures    Accident de la route : 23 morts et 1311 blessés en une semaine    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    Draoui, Bouguelmouna et Ferhani partants    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Va de l'avant. De la tribu à la culture globale"
Mémoires du géologue Abdelkader Saadallah
Publié dans Liberté le 05 - 04 - 2017

C'est l'histoire d'un homme qui a réussi dans la vie, par son travail et les efforts qu'il a fournis, pour devenir celui qu'il est aujourd'hui : un géologue polyglotte, expert auprès de plusieurs compagnies pétrolières à travers le monde.
Va de l'avant. De la tribu à la culture globale (*) est l'ouvrage de Abdelkader Saadallah, republié en Algérie à la fin 2016, aux éditions Ingese. L'auteur y raconte sa tribu, sa famille, mais aussi son pays et, inévitablement, sa "petite" vie parmi les siens, depuis sa naissance, durant la période coloniale, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie. C'est l'histoire d'un homme, né dans une ferme de colon, rapportée à travers de petites histoires qui l'ont marqué, comme la dépossession des terres, la dureté de la vie, les privations de la famille et le dévouement des parents, qui a réussi dans la vie par son "seul" acharnement à apprendre toujours davantage, ainsi que par son aptitude à déceler les fenêtres d'espoir et à aller toujours de l'avant et à "survivre".
Abdelkader Saadallah, né en 1944 dans la région de Aïn Témouchent, à l'ouest du pays, a vécu, étudié et enseigné en Algérie jusqu'à 1994. L'ancien professeur de l'université des sciences et des technologies Houari-Boumedienne (USTHB) s'est ensuite installé en France et a exercé en tant que chercheur au CNRS et professeur en géosciences à l'université de Besançon (France), de 1994 à 1996. Aujourd'hui, il vit en Norvège et travaille à son propre compte, dans un bureau de consulting, SaadGeo, devenant ainsi expert auprès de plusieurs compagnies pétrolières à travers le monde. Dans son livre, l'auteur décrit la vie à la campagne, pendant les années 1940 et 1950, notamment dans la ferme coloniale Casimir. Une ferme construite sur les anciennes terres de Benkriche, la famille de sa mère, des terres "bonifiées" de la sueur des Saadallah. Il se penche sur les rapports sociaux au sein de la famille tribale, revisite la dislocation du système tribal et s'intéresse à l'organisation moderne du travail agricole. Sa mère, Talia Bent Benkrich, serait l'image la plus marquante de la "culture tribale" par sa résistance exprimée sous forme de résignation. Quant à son père, Tayeb Ould Si Bouziane Saadallah, ancien tirailleur durant la Première Grande mondiale, employé plus tard comme commis à la ferme Casimir, il incarnerait une force de survie d'"acier". Pour Saadallah, la découverte du "monde moderne" a fait prendre conscience à son père de la nécessité des études. Plusieurs souvenirs sont évoqués dans le récit : les études, le travail à l'épicerie, l'approche des filles, la vie à Aïn Témouchent, l'aide d'une pied-noir, la guerre, l'Ecole normale d'instituteurs d'Oran, les actions "haineuses" de l'OAS, le départ à Tlemcen et enfin le référendum d'autodétermination. Du début jusqu'à la fin, l'ouvrage de Abdelkader Saadallah est traversé par plusieurs dimensions : temporelle, géographique, sociale, linguistique, culturelle, religieuse et politique. Pour ce qui est de la dimension politique, elle reflète le point de vue, très critique de l'auteur, sur les hommes ayant marqué l'histoire de l'Algérie indépendante. Dans la préface, le chercheur Ahmed Ben Naoum, professeur émérite à l'université de Perpignan (France) et chercheur associé au Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques d'Alger (Cnrpah), relève que cet ouvrage est "un fantastique récit de vie, tel qu'en leurs méthodes les sciences de l'homme et de la société le dénomment". Plus loin, il précise que l'auteur est parvenu à "dire la vie de la société qu'aucun romancier, ni aucun sociologue, historien ou chroniqueur n'aurait réussi à restituer de manière aussi vivante, aussi précise, aussi émotionnelle et aussi accessible". Va de l'avant de Saadallah : un livre à ne pas rater !
(*) Va de l'avant. De la tribu à la culture globale. Biographie et témoignages de Abdelkader Saadallah. Editions Ingese, Alger 2016, 625 pages, 900 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.