Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Va de l'avant. De la tribu à la culture globale"
Mémoires du géologue Abdelkader Saadallah
Publié dans Liberté le 05 - 04 - 2017

C'est l'histoire d'un homme qui a réussi dans la vie, par son travail et les efforts qu'il a fournis, pour devenir celui qu'il est aujourd'hui : un géologue polyglotte, expert auprès de plusieurs compagnies pétrolières à travers le monde.
Va de l'avant. De la tribu à la culture globale (*) est l'ouvrage de Abdelkader Saadallah, republié en Algérie à la fin 2016, aux éditions Ingese. L'auteur y raconte sa tribu, sa famille, mais aussi son pays et, inévitablement, sa "petite" vie parmi les siens, depuis sa naissance, durant la période coloniale, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie. C'est l'histoire d'un homme, né dans une ferme de colon, rapportée à travers de petites histoires qui l'ont marqué, comme la dépossession des terres, la dureté de la vie, les privations de la famille et le dévouement des parents, qui a réussi dans la vie par son "seul" acharnement à apprendre toujours davantage, ainsi que par son aptitude à déceler les fenêtres d'espoir et à aller toujours de l'avant et à "survivre".
Abdelkader Saadallah, né en 1944 dans la région de Aïn Témouchent, à l'ouest du pays, a vécu, étudié et enseigné en Algérie jusqu'à 1994. L'ancien professeur de l'université des sciences et des technologies Houari-Boumedienne (USTHB) s'est ensuite installé en France et a exercé en tant que chercheur au CNRS et professeur en géosciences à l'université de Besançon (France), de 1994 à 1996. Aujourd'hui, il vit en Norvège et travaille à son propre compte, dans un bureau de consulting, SaadGeo, devenant ainsi expert auprès de plusieurs compagnies pétrolières à travers le monde. Dans son livre, l'auteur décrit la vie à la campagne, pendant les années 1940 et 1950, notamment dans la ferme coloniale Casimir. Une ferme construite sur les anciennes terres de Benkriche, la famille de sa mère, des terres "bonifiées" de la sueur des Saadallah. Il se penche sur les rapports sociaux au sein de la famille tribale, revisite la dislocation du système tribal et s'intéresse à l'organisation moderne du travail agricole. Sa mère, Talia Bent Benkrich, serait l'image la plus marquante de la "culture tribale" par sa résistance exprimée sous forme de résignation. Quant à son père, Tayeb Ould Si Bouziane Saadallah, ancien tirailleur durant la Première Grande mondiale, employé plus tard comme commis à la ferme Casimir, il incarnerait une force de survie d'"acier". Pour Saadallah, la découverte du "monde moderne" a fait prendre conscience à son père de la nécessité des études. Plusieurs souvenirs sont évoqués dans le récit : les études, le travail à l'épicerie, l'approche des filles, la vie à Aïn Témouchent, l'aide d'une pied-noir, la guerre, l'Ecole normale d'instituteurs d'Oran, les actions "haineuses" de l'OAS, le départ à Tlemcen et enfin le référendum d'autodétermination. Du début jusqu'à la fin, l'ouvrage de Abdelkader Saadallah est traversé par plusieurs dimensions : temporelle, géographique, sociale, linguistique, culturelle, religieuse et politique. Pour ce qui est de la dimension politique, elle reflète le point de vue, très critique de l'auteur, sur les hommes ayant marqué l'histoire de l'Algérie indépendante. Dans la préface, le chercheur Ahmed Ben Naoum, professeur émérite à l'université de Perpignan (France) et chercheur associé au Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques d'Alger (Cnrpah), relève que cet ouvrage est "un fantastique récit de vie, tel qu'en leurs méthodes les sciences de l'homme et de la société le dénomment". Plus loin, il précise que l'auteur est parvenu à "dire la vie de la société qu'aucun romancier, ni aucun sociologue, historien ou chroniqueur n'aurait réussi à restituer de manière aussi vivante, aussi précise, aussi émotionnelle et aussi accessible". Va de l'avant de Saadallah : un livre à ne pas rater !
(*) Va de l'avant. De la tribu à la culture globale. Biographie et témoignages de Abdelkader Saadallah. Editions Ingese, Alger 2016, 625 pages, 900 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.