Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Miser sur la baisse des stocks est insuffisant
Marché pétrolier
Publié dans Liberté le 12 - 06 - 2017

Les seuils des prix du pétrole souhaités par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) "de 55 à 60 dollars le baril ne sont pas encore en vue, même peut-être en 2018", a estimé l'Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (IFP Energies nouvelles) qui vient de publier une analyse sur le marché pétrolier. L'IFP Energies nouvelles constate que le prix du pétrole a réagi plutôt à la baisse à la décision attendue, prise par l'Opep et certains pays non-Opep, dont la Russie, de reconduction de l'accord de novembre 2016 pour une durée de 9 mois. Se situant à 50 dollars le baril en mai pour le Brent, référence européenne, le prix du pétrole est en léger retrait par rapport aux cotations mensuelles observées depuis janvier (52 à 55 dollars le baril).
Selon l'IFP Energies nouvelles, la décision de l'Opep du 25 mai a reposé sur le constat fait par son comité technique de la persistance de stocks excédentaires, mais la réduction de cet excédent constitue l'objectif de la stratégie de l'Opep. "Il serait, a priori, atteint en fin d'année sur la base des anticipations actuelles concernant la demande mondiale, la production Opep et celle de l'Amérique du Nord. Le bilan offre/demande fait, en effet, apparaître un déficit de 0,9 Mb/j en 2017 et de 0,4 Mb/j en 2018. Ce serait donc suffisant pour revenir à un niveau de stocks OCDE en ligne avec la moyenne sur cinq ans", estime l'IFP Energies nouvelles. La question qui se pose est de savoir si cet objectif sur les stocks est suffisant pour faire pression sur le prix du pétrole.
"Le déficit de seulement 0,4 Mb/j attendu en 2018 paraît ainsi trop faible pour soutenir le prix avec fermeté", pense l'Institut français de pétrole, indiquant qu'"il aurait fallu un accord sur un an, en 2018, pour aboutir à un déficit de plus de 1 Mb/j". Si l'Opep a jusqu'ici respecté de façon assez stricte ses quotas de production décidés fin novembre 2016, les tensions récentes avec le Qatar font craindre un risque de fissure au sein de l'organisation. "Le prix du pétrole a intégré ce risque de fissure au sein de l'Opep en passant sous les 50 dollars le baril dès le 2 juin", note l'IFP Energies nouvelles, ajoutant que des dérives au niveau de la production pourraient venir des deux pays non tenus au respect d'un quota, à savoir la Libye et le Nigeria.
Mais c'est surtout la production américaine qui est susceptible de modifier l'équilibre comme ce fut le cas en 2014. La période de baisse de la production américaine de liquides, initiée début 2015 du fait de la baisse des prix, a pris fin en septembre 2016. La reprise de la hausse de production américaine d'hydrocarbures liquides est due pour moitié au pétrole de schiste mais aussi à une augmentation de la production des liquides de gaz naturel et de celle de pétrole issu de gisements offshore (fruit des investissements décidés entre 2010 et 2014 lorsque les cours du pétrole étaient au plus haut).
L'EIA américaine révise régulièrement à la hausse ses prévisions sur la production américaine de pétrole en 2017 et en 2018. Les déficits envisagés par l'Opep de 0,9 Mb/j en 2017 et de 0,4 Mb/j en 2018 sont loin d'être des évidences. "Cela explique la relative sagesse du prix du pétrole qui est repassé sous les 50 dollars le baril le 2 juin. Les seuils souhaités par l'Opep de 55 à 60 dollars le baril ne sont pas encore en vue, même peut-être en 2018", selon IFP Energies nouvelles.
M. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.