Les assemblées locales appelées à s'affranchir de la bureaucratie    7e réunion de haut niveau des Parlements du groupe de dialogue 5+5, demain à Alger    Les syndicalistes de l'UGTA montent au créneau    Pièce de rechange auto : il n'a jamais été question de suspendre l'importation    Evaluation des politiques publiques : Une pratique en quête d'institutionnalisation    Le désenchantement s'est installé. Il faut réformer l'appareil de l'Etat    Tunisie : Un 7e anniversaire de la révolution au goût amer    Catalogne : Les indépendantistes récupèrent la présidence du Parlement    Ligue 1 : Derby de la peur au 20 Août 1955    Mondiaux de la médecine : Préparation perturbée pour les Algériens    ASMO : Qui veut pousser Laoufi à partir ?    Les usagers ont accepté ces augmentations symboliques puisque leur impact sur leur pouvoir d'achat est minime    «Je suis spécialiste... je galère»    Le front social ne décolère pas    La société algérienne est défaite et l'ordre institutionnel a reculé    Dans les coulisses de... : Spectacle de Nawell Madani    Cherif Kheddam de A à Z    Claude Puel : «Je ne pense pas que Slimani restera avec nous»    Jumia Travel organise l'African Travel Awards dans huit pays    Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)    Algérie : Les militants du FFS à Ghardaia ont été tous acquittés    Projet de réalisation d'un parking de voitures de 5 étages à Sétif    Pétrole : L'EIA prévoit un nouveau record de production en 2018    MCO / Mekkaoui : «Cette fois, on battra le Paradou !»    NAHD / Khiat : «On fera plaisir à nos supporters ce samedi»    L'ex-ministre de la Défense de Gbagbo condamnés à 15 ans de prison    Un virus mutant créé dans l'espoir d'un vaccin plus efficace    La CEDEAO surveille le processus politique en Gambie    Etats-Unis : Première victoire pour un défenseur des sans-papiers    HSBC écope d'une amende de plus de 100 millions de dollars    Algérie : Ouyahia n a pas encore dit son dernier mot au sujet des privatisations    CN du RND : Ouyahia élude la question de l'ouverture du capital des entreprises publiques    RENCONTRE NATIONALE DES P/APC ET DES P/APW    Ã‰NERGIES RENOUVELABLES    Constantine - Tirage au sort des 1.550 logements sociaux: Des manifestants dénoncent leur exclusion de la liste    A travers l'UNRWA c'est le peuple palestinien qui est visé    Ouyahia: Premier ministre ou coordonnateur de l'action gouvernementale ?    Revendications des médecins résidents: Un comité de suivi installé ce dimanche    CRB-USMH, derby algérois à grand enjeu    Habitations précaires : Les programmes de logements se poursuivront jusqu'à leur éradication    Zidane face à une campagne médiatique    "L'instruction du Président n'est pas un redressement"    Le chef de l'ONU inquiet des conditions du retour    Récital de la cantatrice algérienne Faïrouz Oudjida    Education Ouyahia reçoit le DG de l'ALESCO    L'inscription du raï en bonne voie    Des illusions algéroises    Exposition chez Bouffées d'Art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La transformation, le maillon faible de la filière
Tomate industrielle
Publié dans Liberté le 13 - 08 - 2017

Le boom de la production qu'a connu le pays se voit pénalisé par le manque d'unités de transformation.
Contrairement à la région de Guelma, réputée fief de la production de la tomate industrielle (4 000 hectares), où le déficit en eau compromet la récolte, la filière de la tomate industrielle à Chlef a enregistré, durant cette saison, un bond considérable dans sa production avec l'augmentation de la surface exploitée qui est passée de 600 ha à 1 076 ha, conjuguée à un rendement à l'hectare estimé entre 850 et 900 quintaux. Ce bond de la production de cette wilaya, qui, en principe, ne pouvait que réjouir les agriculteurs, provoque plutôt leur désarroi. Et pour cause, une partie de la production est détruite, faute d'unités de transformation. Les agriculteurs ont exprimé leur mécontentement à l'égard de leurs pertes, estimant la tomate non récoltée à 60%.
En effet, face à cette production en hausse, la wilaya de Chlef ne compte qu'une seule unité de transformation privée, qui peine à gérer le surplus de production. L'attente dans les files devant l'unité de transformation peut aller jusqu'à 48 heures. Une durée suffisante au pourrissement de la tomate. De grandes quantités sont jetées dans les oueds au vu des chaleurs régnantes. Pour rappel, cette unité accueille en plus de la production de Chlef, celles d'Aïn Defla et de Relizane. Les grands perdants de cet énorme gâchis sont les fellahs et l'agriculture, puisque seuls 40% des producteurs ont pu placer, non sans difficulté, leur marchandise pour la transformation, le reste a dû, la mort dans l'âme, abandonner sa récolte sur les champs. Sérieusement mise à mal durant la décennie écoulée, la filière production-transformation de la tomate industrielle a connu, ces dernières années, une renaissance remarquable.
Les pouvoirs publics ont établi des mesures incitatives en faveur de la production allant jusqu'à l'octroi de subventions au profit des agriculteurs en plus des contributions octroyées pour chaque kilogramme de tomate livré aux unités de transformation industrielle. Ainsi, tout agriculteur qui s'engage dans la production de ce produit bénéficie d'une aide financière de l'Etat, visant à l'acquisition de nouvelles techniques (de production) plus modernes à même d'intensifier les rendements, fixée à 16 000 DA pour tout hectare cultivé ; une aide qui est renforcée par l'octroi d'une subvention supplémentaire de 4 DA pour tout kilogramme (de tomate industrielle) effectivement livré à une unité de transformation. Ces mesures ont permis une évolution rapide de la filiale.
La superficie globale destinée à la culture de la tomate industrielle était de 12 000 hectares en 2009 avant de passer à 23 000 hectares en 2015, et pour ce qui est de la production, elle était de plus de 8 millions de quintaux en 2012 avant de passer à un peu plus de 12 millions de quintaux durant l'année 2015, couvrant 80% des besoins du marché national. Ce qui a fait dire à Laïd Benamor, P-DG du groupe Amor Benamor, que "si cette cadence de croissance est maintenue, le pays parviendra, durant les deux prochaines années, à assurer son autosuffisance en tomate industrielle et pourra exporter ce produit agricole dès 2020". Si le pari de la production de la tomate industrielle est pour ainsi dire réussi, en revanche, c'est en aval que la filière semble manquer de sérénité.
Certes, une vingtaine d'unités de transformation sont recensées à l'échelle nationale. Mais la majorité de ces unités de transformation se situent à l'est du pays, notamment dans les wilayas de Guelma, de Skikda, d'El-Tarf et d'Annaba. Le boom de la production de tomate industrielle qu'a connue le pays ces dernières années, notamment à l'ouest du pays, se voit ainsi pénalisé par le manque d'unités de transformation à proximité. Ce qui engendre des pertes de production comme, c'est le cas cette année à Chlef.
Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.