Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    Le combat douteux du syndicat    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Plus de 200 migrants illégaux secourus    L'épreuve de l'été    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    Tlemcen: 25 individus devant la justice, après une tentative d'agression    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fête du tapis d'Aït Hichem retrouve les cimes du Djurdjura
Après avoir été délocalisée durant ces trois dernières années à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 19 - 08 - 2017

Organisée depuis trois ans à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, la traditionnelle fête du tapis amazigh a enfin retrouvé son ancien cadre naturel qui est le village d'Aït Hichem, dans la commune d'Aït Yahia, relevant de la daïra d'Aïn El-Hammam, et ce, à l'initiative de l'association des femmes tisseuses d'Aït Hichem dénommé "Azetta". Le coup d'envoi de la manifestation, qui a été donné jeudi dernier en présence du P/APW de Tizi Ouzou, d'un représentant du ministère du Tourisme et de l'Artisanat, du directeur de la Chambre des métiers et de l'artisanat de la wilaya, et des autorités locales, a enregistré la participation de 14 tisseuses d'Aït Hichem et une trentaine d'autres artisanes venues des autres localités de Kabylie mais aussi d'autres wilayas telles que Ghardaïa, Touggourt, Tipasa, Khenchela et Ouargla.
"La fête du tapis d'Aït Hichem n'a rien à voir avec le Festival national du tapis d'Aït Hichem qui se tient habituellement à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou", ont expliqué les organisateurs alors que l'on croit savoir que ledit festival aurait été reporté pour le mois d'octobre. La manifestation a planté son joli décor à l'école primaire d'Aït Hichem où de nombreux visiteurs ont afflué en masse alors qu'un représentant du ministère du Tourisme et de l'Artisanat a rappelé, lors de son intervention "l'engagement de l'Etat à sauvegarder ce patrimoine matériel, témoin d'une civilisation lointaine et d'une richesse culturelle inestimable".
Par ailleurs, les membres de l'association "Azetta" ont saisi l'occasion pour demander "la création d'un centre d'estampillage du tapis d'Aït Hichem qui permettra sa commercialisation sur le plan international" tout en rappelant que "l'estampillage se fait actuellement à Tipasa au profit des tisseuses locales en l'absence d'une structure chargée de cette opération au village d'Aït Hichem". Les tisseuses d'Aït Hichem ont soulevé aussi d'autres difficultés liées à leur activité à savoir, "le manque de matières premières, notamment la laine commandée à Ghardaïa ou à Ouargla", ce qui retarde le bon déroulement de l'opération de tissage ainsi que "la réouverture de l'école de tissage de la région ouverte pour la première fois en 1892 pour fermer ses portes en 2008 pour absence de stagiaires".
Pour rappel, dans une lettre ouverte au ministre du Tourisme et de l'Artisanat, l'association des femmes tisseuses pour la sauvegarde et la promotion du tapis d'Aït Hichem avaient dénoncé "une volonté malintentionnée qui a visé, tout simplement, à saborder la fête annuelle du tapis prévue au village d'Aït Hichem du 17 au 21 août ". Il faut rappeler que cette fête, est-il expliqué par les membres de cette association, "a été délocalisée depuis trois ans à Tizi Ouzou contre la volonté des villageois mais elle a finalement retrouvé, cette année, les cimes du Djurdjura au grand bonheur des femmes de la région qui se réapproprient désormais un patrimoine cher à leurs yeux".
Et aux organisateurs de cette fête traditionnelle de préciser, dans une déclaration rendue publique, que "l'association Azetta du village Aït Hichem a été créée dans le but de redonner ses lettres de noblesse à une activité féminine ancestrale dans ses volets à la fois historiques et anthropologiques, mais à défaut d'une oreille attentive, c'est une levée de boucliers qui a eu lieu pour contrecarrer une activité féminine jusque dans les sphères les plus élevées de la hiérarchie administrative".
K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.