CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fête du tapis d'Aït Hichem retrouve les cimes du Djurdjura
Après avoir été délocalisée durant ces trois dernières années à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 19 - 08 - 2017

Organisée depuis trois ans à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, la traditionnelle fête du tapis amazigh a enfin retrouvé son ancien cadre naturel qui est le village d'Aït Hichem, dans la commune d'Aït Yahia, relevant de la daïra d'Aïn El-Hammam, et ce, à l'initiative de l'association des femmes tisseuses d'Aït Hichem dénommé "Azetta". Le coup d'envoi de la manifestation, qui a été donné jeudi dernier en présence du P/APW de Tizi Ouzou, d'un représentant du ministère du Tourisme et de l'Artisanat, du directeur de la Chambre des métiers et de l'artisanat de la wilaya, et des autorités locales, a enregistré la participation de 14 tisseuses d'Aït Hichem et une trentaine d'autres artisanes venues des autres localités de Kabylie mais aussi d'autres wilayas telles que Ghardaïa, Touggourt, Tipasa, Khenchela et Ouargla.
"La fête du tapis d'Aït Hichem n'a rien à voir avec le Festival national du tapis d'Aït Hichem qui se tient habituellement à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou", ont expliqué les organisateurs alors que l'on croit savoir que ledit festival aurait été reporté pour le mois d'octobre. La manifestation a planté son joli décor à l'école primaire d'Aït Hichem où de nombreux visiteurs ont afflué en masse alors qu'un représentant du ministère du Tourisme et de l'Artisanat a rappelé, lors de son intervention "l'engagement de l'Etat à sauvegarder ce patrimoine matériel, témoin d'une civilisation lointaine et d'une richesse culturelle inestimable".
Par ailleurs, les membres de l'association "Azetta" ont saisi l'occasion pour demander "la création d'un centre d'estampillage du tapis d'Aït Hichem qui permettra sa commercialisation sur le plan international" tout en rappelant que "l'estampillage se fait actuellement à Tipasa au profit des tisseuses locales en l'absence d'une structure chargée de cette opération au village d'Aït Hichem". Les tisseuses d'Aït Hichem ont soulevé aussi d'autres difficultés liées à leur activité à savoir, "le manque de matières premières, notamment la laine commandée à Ghardaïa ou à Ouargla", ce qui retarde le bon déroulement de l'opération de tissage ainsi que "la réouverture de l'école de tissage de la région ouverte pour la première fois en 1892 pour fermer ses portes en 2008 pour absence de stagiaires".
Pour rappel, dans une lettre ouverte au ministre du Tourisme et de l'Artisanat, l'association des femmes tisseuses pour la sauvegarde et la promotion du tapis d'Aït Hichem avaient dénoncé "une volonté malintentionnée qui a visé, tout simplement, à saborder la fête annuelle du tapis prévue au village d'Aït Hichem du 17 au 21 août ". Il faut rappeler que cette fête, est-il expliqué par les membres de cette association, "a été délocalisée depuis trois ans à Tizi Ouzou contre la volonté des villageois mais elle a finalement retrouvé, cette année, les cimes du Djurdjura au grand bonheur des femmes de la région qui se réapproprient désormais un patrimoine cher à leurs yeux".
Et aux organisateurs de cette fête traditionnelle de préciser, dans une déclaration rendue publique, que "l'association Azetta du village Aït Hichem a été créée dans le but de redonner ses lettres de noblesse à une activité féminine ancestrale dans ses volets à la fois historiques et anthropologiques, mais à défaut d'une oreille attentive, c'est une levée de boucliers qui a eu lieu pour contrecarrer une activité féminine jusque dans les sphères les plus élevées de la hiérarchie administrative".
K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.