Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une réévaluation des prix des médicaments réclamée
Union nationale des opérateurs de la pharmacie
Publié dans Liberté le 01 - 10 - 2017

L'Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop) n'apprécie pas la méthode de fixation des prix des médicaments. Son président, Abdelouahed Kerrar, qui s'exprimait sur le sujet à l'occasion des 1res Journées de l'industrie pharmaceutique algériennes (Jipa-2017), dont les travaux ont commencé vendredi, à Alger, a, en effet, relevé que l'entrave la plus importante à cette évolution de l'industrie pharmaceutique est liée aux prix des médicaments qui devraient être augmentés au profit des producteurs. Le développement de cette industrie, dit-il, ne peut s'envisager sans des prix plus rémunérateurs pour les investisseurs et les producteurs. Pour donner du poids à sa revendication, Abdelouahed Kerrar fait une analyse comparative avec d'autres pays. "On a vu comment, dans certains pays en développement, la contrainte du prix a conduit à réduire l'investissement des entreprises dans la qualité des produits, ce qui a rabaissé les standards pharmaceutiques et a fini par discréditer les fabricants, provoquant un recul de la production. Tel qu'il est défini aujourd'hui, le système des prix de référence des médicaments est rigide. Il fait que les tarifs ne peuvent être ajustés. Du coup, les marges bénéficiaires des producteurs en pâtissent. Elles sont, en fait, laminées progressivement et la viabilité de notre production menacée", a-t-il averti. En l'espèce, l'Algérie ne veut pas copier ce qui se fait de mieux, dans les pays où les prix sont réajustés en fonction d'un certain nombre de paramètres. Kerrar a rappelé que la demande de l'Unop de réévaluer les prix des médicaments remonte à deux ans. Il a regretté, notamment, le fait que les autorités concernées n'aient toujours pas répondu favorablement à nos doléances, ce qui a conduit à l'abandon de certains produits. Le président de l'Unop met également le doigt sur d'autres problèmes dont la réglementation. Il faudrait, selon lui, mettre à niveau l'organisation du cadre réglementaire en commençant par la modernisation du système d'enregistrement qui devrait surmonter rapidement les obstacles des moyens dans lesquels il a été enfermé jusque-là, pour se transformer en un instrument d'appui au développement de la production nationale. Kerrar a, en outre, plaidé pour une meilleure coordination entre les services publics de santé et ceux de la sécurité sociale, pour l'adaptation du système de formation des personnels techniques spécialisés pour l'appui à la recherche-développement. Quid de la production ? Selon l'Unop, la production nationale des médicaments est en passe d'atteindre quasiment la moitié de la valeur des médicaments commercialisés sur le marché interne (près de 60% en quantités). La part de la production locale est passée de 25% à 47% entre 2008 et 2016. En valeur, cette production est passée de 473 millions de dollars à 1,77 milliard de dollars.
Youcef Salami

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.