Coronavirus: 208 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    EdF: Benzema, Di Meco comprend Deschamps    Paix en Libye: Boukadoum appelle le CPS de l'UA à unir ses efforts avec l'ONU    Médiateur de la République: fin de fonction de Karim Younes, nomination de Brahim Merad    JSMB - RCA, duel entre le leader et son dauphin    MCO-WAT en vedette    "Nous ne sommes pas encore qualifiés"    La normalisation avec l'Etat d'Israël cautionne les crimes de l'occupant sioniste    Formation    Des directives pour parer à l'urgence    Le cafouillage    Algérie-Egypte: pour une coopération dans le domaine des micro-entreprises    Sous le sceau de la pandémie    L'AC Milan freinée dans sa course à la LDC    Dimanche de penalties et d'accusations    Education: La révision des statuts des travailleurs débattue    «La prévention reste le meilleur moyen», selon le Pr Yacine Kitouni    Campagne de contrôle des motocyclistes    C'est parti pour les épreuves d'éducation physique et de sport (EPS)    Sous le thème «Musée et Mémoire. Les objets racontent votre histoire»    Pierre Augier, Mouloud Mammeri, Frantz Fanon, Germaine Tillon et beaucoup d'autres    Les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Une autre nuit d'horreur à Ghaza    Un fonds spécial pour l'argent détourné    "Des labos d'analyses seront installés dans les aéroports"    Un vrai casse-tête    Découverte de la galère portugaise    Qui part, qui reste ?    L'EXAMEN DU DOSSIER DE LOUNÈS HAMZI DE NOUVEAU REPORTE    38 hirakistes condamnés de 6 à 18 mois de prison ferme    "Faire obstacle aux discours haineux"    Clôture de la 4e session de printemps de l'AP-OTAN avec la participation du CN    Les pays normalisateurs devraient avoir honte de leur position face aux crimes de l'occupant sioniste    Le parti de "Sawt Echaâb" plaide pour une solidarité mondiale avec la Palestine    Inauguration de l'exposition "expressions artistiques de terre et de feu"    Le dénuement du portemonnaie    Hydrocarbures: Sonatrach signe avec le norvégien Equinor    Une solution pour Ghaza !    Samir Hadjaoui est décédé    Une loi «spécifique et exhaustive»    Les candidats en ordre de bataille    La communication fait défaut    Les mercenaires de la politique    Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud    Cinq terroristes présumés tués près de la frontière algérienne    De quoi sera fait l'après-Covid?    Frida à l'affiche    Boudjima renoue avec le Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gilles Manceron : "Ces excuses sont bien tardives"
Reconnaissance française sur la torture de Maurice Audin
Publié dans Liberté le 06 - 11 - 2018

L'historien spécialiste du colonialisme français, Gilles Manceron (né en 1946), a animé, dimanche, une conférence à la 23e édition du Salon international du livre d'Alger (Sila), autour de la disparition de Maurice Audin et la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français. Effectivement, Emmanuel Macron a reconnu, le 13 septembre dernier, que le mathématicien français, militant de la cause nationale, a été torturé par des militaires, qui l'avaient arrêté à son domicile. Et sa mort a été "rendue" possible par un système légalement institué qui a favorisé les disparitions. À ce propos, l'historien a martelé : "Ces excuses sont bien tardives." Et de poursuivre : "Depuis le temps de cet assassinat, ses enfants ont vécu ce qu'ont vécu des milliers d'Algériens : l'absence d'un père." Gilles Manceron est ainsi revenu sur la vie de la famille Audin, composée de Josette, l'épouse, et leurs trois enfants. "Ils avaient une fille et deux garçons, Pierre avait quelques mois et son frère a mis plus tard fin à ses jours", a-t-il déploré. Tout en expliquant que c'était le cas de beaucoup d'enfants, "héritiers du drame qui a frappé leurs familles". L'historien a, au cours de sa conférence rappelé, l'attachement des Audin à la liberté de l'Algérie. "Cette famille qui se voulait algérienne était favorable à l'indépendance de l'Algérie et elle espérait que le pays devienne plurielle à la fin de la colonisation."
Gilles Manceron a entre autres abordé le rôle politique de l'université française, qui a octroyé le titre de Docteur à Maurice Audin, bien après sa disparition. "Il y a avait un autre cas, celui de Ali Boumendjel, c'est le seul qui a fait du bruit en France", a-t-il regretté. Et d'ajouter : "Les autres étaient des gens qui disparaissent dans le silence et qui pourtant étaient raflés en masse pendant la bataille d'Alger en 1957." L'historien a par ailleurs rappelé le rôle de Josette Audin et son combat pour la vérité, pour faire connaître "son cas". Néanmoins, il y a bien d'autres cas inconnus, d'où le rôle du site 1001autres.org, une plateforme créé par l'Association Maurice-Audin et "histoire coloniale.net", mise en ligne au lendemain de la déclaration de Macron, pour faire connaître la vérité sur le sort des nombreuses victimes de disparitions forcées durant cette guerre. Ces notices portent sur des personnes enlevées et séquestrées à Alger, en 1957, dont les proches ont cherché à avoir des nouvelles et dont certaines ne sont jamais réapparues. Leur nombre ne manquera pas de s'accroître lorsque d'autres cas documentés seront signalés au site.
Imène AMOKRANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.