Chelsea: Willian poussé vers la sortie par Lampard ?    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune se rend à la Mosquée du Prophète à Médine    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Sahara Occidental: l'UA, un partenaire principal dans le processus de décolonisation    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Blida: report du procès de Abdelghani Hamel et de Berrachdi au 19 mars prochain    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    Rassemblement de protestation des Patriotes    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Un jeune tabassé à mort à Sidi Khettab    Accident mortel à Béni-Saf    Litige entre élus et administration autour du portrait du Président Tebboune    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Pas de cadeaux pour Chenine    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'amazighité, un facteur d'unité entre les peuples
Ouvrage collectif "Les Mouvements Amazighs en Afrique du Nord"
Publié dans Liberté le 24 - 03 - 2019

Coordonné par le sociologue Nacer Djabi, cet ouvrage est né d'une convention entre le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement et un centre de recherche canadien. L'étude, qui a duré deux ans, a touché cinq pays d'Afrique du Nord.
En parlant d'amazighité, des passions se manifestent et d'aucuns craignent qu'elle pourrait constituer "une menace à l'unité nationale", quand cet argument n'est pas brandi pour des considérations idéologiques. Qu'y a-t-il de mieux qu'une étude universitaire, académique, donc scientifique, pour poser un regard serein sur cette question ? Coordonnée par le sociologue algérien Nacer Djabi, objet d'une convention de recherche entre le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD) et un centre de recherche canadien, le CRDI, l'étude a duré deux ans et a touché cinq pays d'Afrique du Nord.
Elle a été menée par neuf chercheurs, anthropologues, économistes, sociologues, politologues égyptiens, libyens, algériens, marocains et tunisiens. "On a mené l'étude sur trois niveaux : les formes de représentation des mouvements amazighophones, les élites qui les conduisent et les défis qui se posent à ces mouvements dans les cinq pays qui vivent des situations différentes, mais qui ont un point commun, l'appartenance à l'ère culturelle amazighophone et surtout à la revendication amazighophone qui est restée depuis des siècles". Pour Nacer Djabi, "l'étude ne s'est pas appuyée sur une hypothèse ethnique, mais sur les ingrédients communs aux peuples d'Afrique du Nord, à savoir la langue, la culture, l'identité et l'histoire commune, ainsi que le sentiment d'appartenance à une même sphère géographique. Même les populations non berbérophones y ont été incluses dès lors que l'amazighité est une question fondamentalement sociologique. On s'est intéressé surtout à des questions démographiques pour savoir la nature et les spécificités de la famille amazighophone, le rôle de la femme, des jeunes… On a examiné les aspects économiques et d'intégration au niveau local, national et régional ainsi que les élites internes et le côté institutionnel dont les partis politiques". Le travail, académique et concentré sur les trois niveaux indiqués, s'est basé sur les enquêtes menées dans le Rif et le Moyen-Atlas au Maroc, la Kabylie, le M'zab et chez les Touareg en Algérie, Djerba et les zones amazighophones de Tunisie, Djebel Neffoussa et les Touareg de Libye et enfin l'oasis de Siwa en Egypte. "On a axé les recherches sur des entretiens avec les acteurs du terrain, le mouvement associatif, les partis politiques, les femmes et les jeunes pour voir comment ils pensent et voient les choses. On a traité surtout les aspects sociopolitiques, démographiques et économiques, plutôt que les aspects culturalistes" précisera le coordinateur de l'étude dont les conclusions sont d'une clarté imparable : "L'amazighité, en tant que langue et identité, est un facteur d'unité nationale et d'homogénéité pour les peuples du Maghreb. Elle constitue un élément fédérateur des composantes des peuples de la région". Il est vrai que conditionnés par de longues années de pensée unique et d'unanimisme de façade autour de l'idéologie panarabique, les esprits ont du mal à évoluer, en témoigne cette interdiction d'une conférence de Nacer Djabi à l'université de Batna autour de ce livre en janvier 2019, à l'occasion de Yennayer. Mais, l'intelligence des Algériens et des autres peuples d'Afrique du Nord finira par imposer l'évidence : l'arabophone et l'amazighophone s'épanouiront, d'abord dans chaque pays, dans la fraternité et le respect mutuel de leur diversité culturelle et linguistique. Ces deux composantes assumées à égalité, ajoutées à l'islamité, garantiront la construction d'une Afrique du Nord –ou Grand Maghreb- fédéré autour des valeurs de démocratie, de liberté et de fraternité.

ALI BEDRICI
Ouvrage collectif Les mouvements amazighs en Afrique du Nord, élites, formes d'expression et défis, étude coordonnée par Nacer Djabi,
Chihab Editions-400 pages-2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.