Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    De nombreux anciens ministres et walis concernés    La production agricole compromise à Relizane    L'Université d'Oran 1 signe plusieurs conventions    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    À tout jamais…    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    Masques de beauté naturels    Tarte aux poires    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Abdelmadjid Tebboune: Rien à reprocher au Hirak    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    L'impératif d'une majorité présidentielle    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Ronaldo adoube Mbappé !    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'amazighité est un facteur d'homogénéité de l'Afrique du Nord"
Nacer Djabi présente une étude menée dans les cinq pays de la région
Publié dans Liberté le 22 - 04 - 2018

"Les Amazighs en Afrique du Nord ne se voient pas minoritaires", a affirmé le sociologue.
Cela pourrait, sans aucun doute, contribuer aux voix, même circonscrites pour l'heure, qui ambitionnent de fédérer les peuples d'Afrique du Nord : l'amazighité en tant que langue et culture constitue un formidable facteur d'"unité" et d'"homogénéité" pour cette région au "fonds anthropologue et sociologique commun".
C'est, en résumé, la conclusion à laquelle est parvenue une étude conduite par le sociologue, Nacer Djabi et d'autres chercheurs de cinq pays d'Afrique du Nord (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Egypte).
Intitulée "La gouvernance de la diversité : la situation des communautés amazighes en Afrique du Nord", cette étude a mobilisé 13 chercheurs et a englobé tous ces pays dans une approche multidisciplinaire et comparative. En plus de présenter les Amazighs dans les régions prises comme échantillons, à l'image de Siwa, en Egypte, Djebel Neffoussa en Libye, leurs Touareg, la Kabylie, la région chaouia, les Touareg d'Algérie, les Mozabites, le Rif et le Moyen-Atlas au Maroc, cette étude s'est intéressée à l'historicité des dynamiques dans chaque pays, mais également aux forces sociales ainsi que les élites qui sont derrière les mouvements en faveur de l'amazighité. "On est dans un même fonds anthropologique et sociologique. Les Amazighs en Afrique du Nord ne se voient pas minoritaires", a affirmé, hier, à Alger, le sociologue, Nacer Djabi, lors de la présentation de cette étude au siège du RAJ, en présence d'Abdallah Nouh, enseignant chercheur à UMMTO (Université Mouloud-Mammeri Tizi Ouzou), docteur en droit, doctorant en littérature et langue amazighes, et Samir Larabi, journaliste et sociologue.
Même si pour le sociologue, il s'agissait de restituer la réalité du fait berbère et l'évolution de la revendication amazighe, Nacer Djabi n'a pas manqué d'évoquer d'autres aspects liés au rapport entre la revendication amazighe et les autres questions politiques, tout comme le cheminement de la revendication dans le contexte des chamboulements et évolutions sociopolitiques, autant au régional, qu'au national et supranational.
"On ne parle jamais de mouvement amazigh unifié, mais la revendication est la même dans tous les pays d'Afrique du Nord, même s'il existe quelques différences dans l'approche", soutient-il. "Il y a une diversité des formes d'expression qui reflètent des diversités au niveau sociologique, culturel, démographique et géographique", observe-t-il. "D'où le récent débat né sur la graphie à adopter, une question complexe", dit-il. Pour sa part, l'enseignant Mohamed Nouh s'est penché sur "l'élargissement de la revendication au M'zab et chez les Touareg".
"Le berbère s'est toujours posé dans le cadre d'un projet de société et de la forme de l'Etat", souligne-t-il. Selon lui, l'enjeu, désormais, est de savoir si "l'Etat sera en mesure de faire de l'amazighité un facteur d'unité ou s'il poussera à l'apparition des mouvements séparatistes".
Plusieurs autres questions n'ont pas manqué d'être évoquées par l'assistance, notamment celles relatives à l'émergence de mouvements sécessionnistes, comme le MAK, ou encore le choix de la graphie et la nature de l'Etat. "La question est de savoir si le mouvement va désormais rester dans seulement la revendication culturelle ou aller à d'autres revendications politiques (...) On a vu comment le mouvement en 2001 a perdu son encadrement élitiste. Il y avait un autre encadrement avec ses spécificités", affirme Djabi.
La naissance du MAK, pour Djabi, est liée au fait que, peut-être, pour une partie des animateurs, l'intégration dans l'espace national n'est pas appropriée. "Mais il y a beaucoup de problèmes à régler dans le futur", conclut le sociologue.
Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.