Groupe A : L'Ouganda et le Zimbabwe se neutralisent    Dernière séance d'entrainement pour les Verts avant le choc face au Sénégal    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    TERRAINS NON EXPLOITES : Une enquête dévoile les faux investisseurs à Oran    Serdouk Samir, le supporteur algérien expulsé d'Egypte écroué à la prison d'El Harrach    Pacte politique pour une véritable transition démocratique    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Grève et sit-in des avocats à Béjaïa    20 hectares ravagés par les flammes    La prise en charge des malades à revoir    La Protection civile prend les devants    EN : Belmadi ne fait pas de différence entre Baldé et Mané    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Houassi invite les actionnaires à une réunion    Kalu, victime de déshydratation, apte à rejouer    Le Caire, ville sous haute sécurité    Hanane Ashrawi dénonce    8 opérateurs ont la mainmise sur le marché du médicament en Algérie    Sonatrach revoit ses ambitions d'investissement à la baisse    «Il n'y a pas de volonté politique de lutter contre la drogue»    Plusieurs agresseurs d'automobilistes appréhendés    Côtelettes d'agneau marinées au four    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Qu'est-ce qu'être algérien aujourd'hui ? éloge du vivre-ensemble    Le vieil esthète n'est pas fatigué !    Un voyage à travers 600 ans d'art universel    La Fondation Casbah condamne    Plan bleu de l'ETUSA : 17 dessertes vers les plages de la capitale    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Les étudiants réclament une Algérie «libre et démocratique»    Le match Sénégal-Algérie dirigé par le Zambien Janny Sikazwe    Pour désigner un successeur à Ouyahia: Session extraordinaire du RND le 6 juillet    L'inflation à 3,6%    Blida: Sept arrestations pour un trafic de 1,5 million de dollars et 600.000 euros    D'énormes potentialités    Signature d'une charte d'exploitation des nappes souterraines    La SDO change de main : Un nouveau directeur installé    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    Un art, un sport de compétition et une thérapie    Toufik Hamoum à la tête d'un conseil technique    Ecole supérieure des blindés de Oued Chaâba (Batna) : Sortie de six promotions    Crise anglophone au Cameroun : La difficile équation d'un dialogue à plusieurs inconnues    Guerre commerciale avec les USA : Comment pourrait répliquer la Chine à cette escalade ?    Transfert : Billel Dziri nouvel entraîneur de l'USM Alger    Djellab à Dakar: "L'Algérie continuera à jouer un rôle primordial pour l'intégration économique intra-africaine"    L'opposition en conclave le 6 juillet    Qui a trompé l'agence Sputnik ?    Deux nouvelles attaques meurtrières dans le Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin
Union générale des travailleurs algériens
Publié dans Liberté le 22 - 04 - 2019

La décision de l'organisation du 13e congrès de l'Union générale des travailleurs algériens a été prise hier lors de la réunion du bureau exécutif avec les secrétaires généraux des Unions de wilaya et des Fédérations nationales.
Contrairement à ce qui avait été avancé dans la presse il y a deux jours, le SG de l'UGTA, Abdelmadjid Sidi-Saïd, n'a pas démissionné, mais, mieux encore, il poursuivra sa mission jusqu'au congrès. Cette date confirme ainsi la recommandation d'écourter le mandat du SG, dégagée au cours de la réunion de la Commission exécutive nationale (CEN) tenue la semaine dernière à Oran. Cette période de deux mois sera donc consacrée à la préparation de l'événement.
Ce sera, également, l'occasion de soumettre à la base, pour réflexion et enrichissement, les statuts et le règlement intérieur de l'UGTA. Une résolution jamais appliquée jusque-là car ce sont les congressistes et les membres de la CEN, fraîchement élus, qui avaient la charge de réviser ces documents. Cette fois-ci, la Centrale syndicale a voulu consulter l'avis de la base et l'associer dans sa démarche. De ce fait, les syndicalistes de base auront à proposer des mécanismes et des outils qui seront adaptés à la réalité du monde du travail et à celle qui prévaut dans le pays. "L'idée, c'est d'éviter toute sorte de mainmise sur l'appareil. En un mot, c'est d'opter pour un mouvement social au sein de la Centrale syndicale", explique Amar Takjout, SG de l'Union de wilaya d'Alger, qui a pris part à cette rencontre. Pour cela, quatre commissions régionales seront installées et organiseront des réunions au centre, à l'est, à l'ouest et au sud du pays. Chaque région va inviter les syndicalistes de base à débattre de ces documents et, ainsi, apporter leur contribution. Ils auront le libre choix de suggérer des amendements sur des articles ou des dispositions des statuts ou du règlement intérieur.
L'on peut citer, à titre d'exemple, l'accès à des postes de responsabilité au sein de l'organisation. Il est inadmissible que certains cadres syndicaux occupent le même poste pendant 40 ans. D'où la nécessité de limiter les mandats (à deux) au sein de l'UGTA, pour une responsabilité donnée à tous les niveaux, soit local, soit national, et de privilégier l'alternance. En avançant la date du congrès alors que le mandat de Sidi-Saïd expire le 3 janvier 2020, M. Takjout estime que l'Exécutif a fait le maximum pour répondre aux personnes qui réclament le départ de l'actuel SG. Interrogé à propos des cadres opposants de Sidi-Saïd qui rejettent toutes les décisions émanant de la direction de l'UGTA et qui, eux aussi, préparent un congrès extraordinaire, le SG de l'Union de wilaya d'Alger avoue que, traditionnellement, à l'approche de chaque congrès, souvent une opposition s'affiche et des dissidences apparaissent. "De ma vie de syndicaliste, je n'ai jamais assisté à des congrès de l'UGTA sans que des perturbations soient enregistrées", affirme-t-il. "Aujourd'hui, s'il y a un congrès à tenir, il devra se faire à l'intérieur et non à l'extérieur des structures de la Centrale", relève M. Takjout.
Pour lui, "il y a 4 wilayas qui ont affiché leur mécontentement. C'est leur droit. Chacun a le droit d'exprimer son accord ou son désaccord quant à la démarche et aux procédures suivies". Mais, souligne-t-il, "cette contestation ne s'exprime que dans seulement 4 wilayas sur 48". Et de conclure : "Cela ne peut être représentatif pour organiser un congrès."

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.