Ce sera le 8 juin au stade Mustapha-Tchaker    Les clubs de la région sud-est menacent de boycotter le championnat    ACTUCULT    Pain boulou    Barquettes au poulet et à la moutarde    Le douteux voisinage du Soudan    Présentation d'une exposition sur le patrimoine culturel islamique    Le patrimoine culturel des wilayas du Centre à l'honneur    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Le GS Pétroliers passe en finale    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    Comme en 1962? Comme en 1992?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Des médecins algériens au chevet des Rohingyas    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projection du documentaire "Mémoires" sur cheikh Larbi Bensari
En hommage à son œuvre et à son parcours artistique
Publié dans Liberté le 23 - 04 - 2019

Lors du tournage, le cinéaste a recueilli des témoignages de musiciens marocains et d'Algériens résidant en France et au Canada qui ont rendu hommage à cheikh Larbi Bensari, lui reconnaissant son aura et ses performances dans les joutes musicales.
Le cinéaste Abdellatif M'rah a présenté dimanche, au siège de l'association musicale Gharnata de Tlemcen, son documentaire "Mémoires" de plus d'une heure consacré à la vie et l'œuvre du grand musicien cheikh Larbi Bensari (1867-1964), considéré comme l'une des grandes figures ayant marqué le 20e siècle musical et le père spirituel de la musique andalouse en Algérie. La projection suivie d'un débat s'est déroulée avec la participation de cheikh Yahia El-Ghoul, fondateur de l'association Nassim El-Andalous, musicologue et cardiologue de profession à Houston (Texas) ; Kamel Bendimerad, journaliste et critique de théâtre ; Hamdi Mohamed, chef d'orchestre et président de Gharnata ; le professeur El-Hassar Salim, producteur, écrivain et spécialiste du patrimoine musical, ainsi que de nombreux musiciens et mélomanes. Dans son film, M'rah dépeint avec force détails en sus de nombreuses anecdotes le parcours exceptionnel de cet homme au riche répertoire qui s'était produit en 1926 lors de l'inauguration de la mosquée de Paris, puis au premier congrès de la musique arabe au Caire en 1932 et avait animé des concerts à travers plusieurs pays, gratifié par plusieurs prix d'honneur. Lors du tournage, le cinéaste a recueilli des témoignages de musiciens marocains et d'Algériens résidant en France et au Canada qui ont rendu hommage à cheikh Larbi Bensari, lui reconnaissant son aura et ses performances dans les joutes musicales.
Cheikh Yahia El-Ghoul dira : "L'œuvre du maestro a influencé de manière décisive l'évolution culturelle en contribuant à la promotion du patrimoine musical par la création de nombreux cercles et associations qui assuraient l'enseignement et la conservation de l'authenticité de la musique classique algérienne." Pour sa part, le cinéaste émettra cet avis : "Nous constatons aujourd'hui que la musique andalouse est enseignée dans des écoles en Occident. Nous avons tenté de monter, à travers les différents témoignages d'hommes et de femmes du domaine et donc des spécialistes qui ont accepté d'intervenir dans le film, que ce grand maître était le précurseur d'un genre qui n'était pas destiné seulement à quelques cités du Maghreb." Le professeur El-Hassar Salim a mis l'accent "sur le répit forcé qu'a accusé l'élan musical à Tlemcen depuis la fin de l'épopée des festivals de la musique andalouse et surtout l'incompréhension, dans la mesure où cette manifestation, qui avait tout d'une grande rencontre musicale nationale pour les fervents de la «sanâa», a été rayée pour Tlemcen et maintenue par contre à Alger et Constantine". Le grand musicien disparu savait jouer tous les instruments, mais excellait dans le rbab avec lequel il parvenait en solo à enthousiasmer son auditoire lorsqu'il exécutait l'une des nombreuses noubas de son répertoire. Un hommage a également été rendu à son fils Redouane, qui fut des années durant le digne successeur du grand maître incontesté de la musique andalouse.

B. Abdelmadjid


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.