Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le communiqué du Premier ministère    104 nouveaux cas et 9 décès    86% des Algériens sont inquiets    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Mellal veut éviter la surenchère    "Je suis optimiste pour la reprise des compétitions"    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Les élus fustigent l'exécutif    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    "ADN" de la Franco-Algérienne Maïwenn parmi les 56 films retenus    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    L'épreuve    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Vers un intérimaire à la tête du MPA    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"M'ramdan'', un phénomène qui exacerbe les Bordjis
Bordj Bou-ArrEridj
Publié dans Liberté le 30 - 05 - 2019

Ramadhan est sacré. Si toutefois tout le monde s'accorde à dire que Ramadhan est un mois de paix, de pardon et de grande piété, il n'en demeure pas moins que la conduite de certains jeûneurs durant ce mois laisse à désirer : paresse, baisse de productivité, nervosité, disputes dans les milieux urbains, injures et bagarres dans les marchés et autres places publiques…En effet, pendant les heures de jeûne du Ramadhan, les bagarres sont légion dans les rues de Bordj Bou-Arréridj.
Ce phénomène est connu à Bordj Bou-Arréridj sous le nom de "m'ramden" : C'est quelqu'un d'enragé, énervé et incontrôlable. Certaines personnes nous font comprendre qu'il ne faut pas trop les approcher en ces jours de Ramadhan car elles "mordent". "Attention, jeûneur méchant !". "Je suis m'ramden" (en manque de cigarette, de café, de sommeil...), "Barre-toi de mon chemin" ou "N'remden 3lik" (je te tabasse), et d'autres mots tout aussi violents sont fréquents sur les rues, les centres commerciaux ou encore les souks à travers Bordj Bou-Arréridj. Même les administrations et les mosquées sont touchées par ce phénomène. C'est un mélange de grossièretés et d'incivilités avec une touche de mauvaise humeur et de nervosité qui provoque ces altercations. Des bagarres sanglantes ont eu lieu dès le premier jour de Ramadhan dans plusieurs quartiers et villes de la wilaya, dont les héros sont des m'ramdinines, des gens supportant mal le jeûne. Parmi les symptômes de "t'ramdena", les migraines, les troubles de la vision, l'envie folle de fumer, de boire et de se bagarrer. "Attention, des m'ramdnines , vous pouvez en croiser partout, dans les administrations, les hôpitaux, les banques, ou dans un bus. Ne vous avisez surtout pas de les vexer car cela peut s'avérer dangereux", dira cheikh Farid Amara, imam d'une mosquée de Bordj Bou-Arréridj que ses interventions de réconciliation durant tout le mois de Ramadhan augmentent, surtout après le f'tor. Les m'ramdnines, pour la plupart des gens ordinaires, se retrouvent après la rupture du jeûne dans les cafés et les mosquées souriants, regrettant leurs gestes incontrôlés en un mois censé être celui de la prière, du recueillement et de la piété. Aussi les victimes de la t'ramdena regrettent souvent rapidement leurs actes. Ainsi, vous pourrez facilement les retrouver quelques minutes après la bagarre en train de s'embrasser et de se fendre en excuses et d'implorer le pardon de Dieu pour leurs dérives ramadanesques. Pour Mokhtar, Ramadhan rime avec altercation. De nature calme et pondérée, notre enseignant qui se dit "conscient de son défaut", devient exécrable quand il jeûne. "Je me bats avec tout le monde pour rien, je vais même jusqu'à provoquer les gens... Je suis comme un drogué", affirme-t-il, d'un air désolé. "Mais le soir quand je mange, je reprends mes esprits et là je prends conscience de mon comportement et je le regrette", explique-t-il non sans "aller ensuite demander des excuses" quand cela est possible. Durant ce mois sacré, des femmes subissent des violences de la part de leurs conjoints pour un simple bruit, une odeur qui s'échappe de la cuisine, un cri d'enfant, une coupure d'électricité, un mot mal interprété, la quantité et le choix des plats à cuisiner et même pour des sujets du Ramadhan passé. Il faut noter aussi, que pour ce mois de Ramadhan 2019, durant les journées du Hirak (mardi pour les étudiants et vendredi pour tous les citoyens) les bagarres et les incivilités s'arrêtent et laissent place à la solidarité, l'entraide et la courtoisie.
Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.