Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La transition politique est une nécessité"
Sept partis et la LADDH annoncent une première rencontre le 26 juin
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2019

Les partis FFS, RCD, PT, PST, MDS, UCP, le PLD et la Laddh œuvrent à "élaborer une solution politique ambitieuse en vue de propulser le pays d'un ordre constitutionnel obsolète vers un ordre démocratique".
Pour briser le statu quo qui marque la scène politique ces derniers temps, des partis de la mouvance démocratique tentent de faire bouger les lignes. Sept partis politiques et une organisation de défense des droits de l'Homme lancent un appel au dialogue et prévoient une rencontre de concertation le 26 juin. Dans une déclaration commune rendue publique hier à l'issue d'une rencontre tenue à Alger, les sept partis politiques et l'aile Benissad de la Laddh estiment que, face à la crise que vit le pays, l'heure, aujourd'hui, est "à la concertation et au dialogue des forces progressistes" afin de "construire un pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans notre pays".
Les représentants des partis FFS, RCD, PT, PST, MDS, UCP, PLD et de la Laddh rappellent que l'urgence est "d'élaborer une solution politique ambitieuse" dans le but de "mettre fin à ce régime dictatorial et changer radicalement le système en vue de propulser le pays d'un ordre constitutionnel obsolète vers un ordre démocratique". Au chef de l'armée qui considère la tenue d'une élection présidentielle de "nécessité", ces formations politiques répondent que "la nécessité" est "une transition politique". "La transition démocratique n'est pas un choix. Elle est de l'ordre de la nécessité", indique le document qui insiste sur le fait que seul "le rassemblement des forces de l'alternative démocratique" peut constituer "une alternative" capable de "traduire" les profondes aspirations populaires. "Il est vain de croire à l'existence d'une issue positive à ce conflit dans le cadre de l'ordre actuel.
Ni le pouvoir ni ses diverses excroissances ne sont en mesure de constituer un recours", assènent encore ces formations politiques. Dans les faits, l'appel des partis progressistes est destiné à "libérer une dynamique politique de construction d'un état de droit et des libertés et de la société", ce qu'ils considèrent comme "une priorité en vue d'amorcer une véritable transition démocratique". Les signataires de l'appel ne semblent imposer aucun préalable à l'amorce d'un dialogue, hormis leur rejet "des règlements de comptes et des calculs étroits". Un appel est lancé à "d'autres acteurs politiques, aux syndicats autonomes, au mouvement associatif, ainsi qu'aux personnalités nationales indépendantes et à la communauté algérienne à l'étranger, qui se reconnaissent dans cet appel à se joindre à cette initiative de concertation et de dialogue sans préalable".
Pour briser la chape de plomb qui pèse sur les libertés politiques, les signataires du document demandent notamment la libération des "détenus d'opinion", à commencer par la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune. Ils condamnent, en effet, "la judiciarisation de l'action politique comme c'est le cas de la secrétaire générale du Parti des travailleurs" et exigent "la levée de toutes les entraves aux droits d'expression, de réunion et de manifestation". Cette initiative est la seconde que lancent des partis politiques de l'opposition. Une partie de la classe politique se réunit, déjà, au sein des "Forces du changement" qui regroupe, entre autres, le parti d'Ali Benflis, le FJD de Djaballah et des personnalités comme Abdelaziz Rahabi et Ahmed Benbitour. Les deux groupes politiques cherchent à se retrouver dans un congrès qui fera une proposition commune face au pouvoir.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.