Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ressource touristique inexploitée en Algérie
Industrie des conférences internationales haut de gamme
Publié dans Liberté le 23 - 06 - 2019

Experte turque en tourisme d'affaires et directrice régionale de l'Association internationale des conférences et congrès, Elif Baci Kisuroglu a animé, mercredi dernier, au Centre international des congrès de Club-des-Pins, une conférence dans laquelle elle a développé l'intérêt économique pour le pays de l'émergence d'une industrie de grandes conférences internationales. Elle a affirmé que les recettes générées par ce segment d'activité se chiffrent en milliards de dollars. Afin de mieux appuyer ses propos, l'oratrice a décliné les résultats d'une étude réalisée par les Nations unies sur l'impact des congrès internationaux sur le tourisme et l'économie d'un pays.
Depuis 2012, l'organisation de grandes rencontres internationales génère, en Australie, annuellement, 400 milliards de dollars de recettes. Le Canada a engrangé 28 milliards de dollars, la Thaïlande 6,4 milliards de dollars, le Danemark 3,1 milliards de dollars… Globalement, cette industrie dégage annuellement 1 trillion de dollars américains chaque année (un milliard de milliards) et assure 260 millions d'emplois dans le monde. "Ce sont les aspects cachés des potentialités du tourisme", a soutenu l'experte. L'Algérie ne profite, toutefois, presque pas de cette manne. Entre 2015 et 2018, elle a abrité à peine une dizaine de conférences internationales par année et a reçu une moyenne de 1 500 délégués étrangers.
À la même période, le Maroc a organisé jusqu'à 45 congrès mondiaux pour quelque 11 000 participants étrangers. "L'Algérie a les capacités de se lancer dans cette industrie. C'est un nouveau marché pour le pays", a estimé Elif Baci Kisuroglu. Selon Alexander Gassauer, président de Kora Hospitality, organisme spécialisé dans la gestion et le développement des projets d'hôtellerie, l'Algérie peut abriter jusqu'à 350 congrès mondiaux par an, soit le tiers des événements organisés par les Etats-Unis, numéro un en la matière. "Il ne faut pas compter sur le ministère du Tourisme en difficulté pour avoir des subventions. Nous allons nous organiser pour la levée des fonds", a-t-il suggéré.
La stratégie s'appuierait sur l'installation de comités, formés par les acteurs du tourisme (agences de voyages, compagnies aériennes, hôtels et surtout Centre international des conférences d'Alger et le Centre des conventions d'Oran) et les sociétés savantes médicales et les organisations économiques ou commerciales… Une fois le réseau mis en place, l'Algérie soumissionnera, avec l'aval des autorités nationales et des collectivités locales (notamment pour les autorisations d'usage), pour l'organisation des grands événements mondiaux.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.