Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie classée dans la 3e catégorie
Rapport du Département d'état américain sur la Traite des Personnes
Publié dans Liberté le 23 - 06 - 2019

Le rapport 2019 du département d'Etat américain sur la traite des personnes dans le monde "Tip Report", publié ce jeudi, a classé, pour la troisième année consécutive, l'Algérie dans la troisième catégorie Tier 2 Watch List. Le plus grand pays d'Afrique a été classé dans ce rang pour n'avoir pas "respecté pleinement les normes minimales en matière d'élimination de la traite mais déploie des efforts considérables pour le faire", indique le rapport. L'Algérie se retrouve ainsi logée à la même enseigne que, entre autres, l'Irak, l'Afghanistan, le Liberia et le Soudan, selon l'administration américaine. Cette mise à l'index survient après le manque d'effort du gouvernement algérien pendant l'année 2018.
Il est ainsi expliqué que l'Algérie "n'a pas systématiquement identifié les victimes de la traite, exposant les victimes potentielles — en particulier parmi la population de migrants africains — à des sanctions pénales pour actes illicites que les trafiquants ont été forcés de commettre, tels que l'immigration et la prostitution". Le document signale que "le gouvernement n'a pas signalé avoir enquêté, poursuivi ou condamné des auteurs de traite à des fins sexuelles. Parce que le gouvernement a consacré suffisamment de lois qui, si elles étaient mises en œuvre, constitueraient un effort considérable pour respecter les normes minimales". Tout en ajoutant que "l'Algérie a obtenu une dérogation, conformément à la loi sur la protection des victimes de la traite des personnes, à partir du déclassement par défaut au niveau 3 et, par conséquent, dans la catégorie Tier 2 Watch List, pour la troisième année consécutive".
Pour faire progresser une politique globale de lutte contre la traite humaine, le "Tip Report" préconise une série de recommandations, telles que "la mise en œuvre des procédures normalisées à l'échelle nationale pour identifier les victimes de la traite et former les agents à ces procédures (…), l'élaboration des normes nationales pour la collecte, la synthèse et l'analyse des données relatives à la lutte contre la traite des personnes et à la protection des victimes" et bien d'autres. Pour rappel, l'Algérie avait contesté ce classement en 2016, estimant que l'appréciation du département d'Etat était "loin de résulter d'une évaluation rigoureuse" de la situation et ne "rendait pas, certainement, justice à la posture claire et active de l'Etat algérien sur cette problématique".

Imène AMOKRANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.