REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné
L'autorisation de transfert a été signée par Khalida Toumi
Publié dans Liberté le 25 - 06 - 2019

Contactée, l'ancienne ministre de la Culture n'a pas nié les faits, estimant qu'il ne s'agit là que d'une "autorisation" qui n'implique pas un transfert d'argent.
L'ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, avait signé, il y a six ans, une autorisation de transfert de 17,56 millions de dollars pour un film qui finalement ne verra pas le jour. Le film, une superproduction algéro-américaine, devait porter sur une partie de la vie de l'Emir Abdelkader. Un producteur, un réalisateur et un acteur principal ont été désignés. Khalida Toumi a autorisé l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc) à transférer la somme de 17,56 millions de dollars au profit de la société américaine Libre Studio, qui appartient à Philippe Diaz.
Dans une note datée du 12 novembre 2013, dont nous détenons une copie, l'ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, autorisait l'AARC à transférer cette somme "représentant la part du montant transférable due par l'AARC, au film L'Emir Abdelkader, coproduit avec une société et réalisé par Charles Burnett". "Ce montant est destiné à la prise en charge de l'ensemble des opérations liées à la fabrication du film (préparation, tournage, postproduction) effectuées exclusivement à l'étranger, et ce, pour les besoins de la production exécutive du film L'Emir Abdelkader", précise le document. Contactée, l'ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, n'a pas nié les faits. Elle a estimé qu'il ne s'agit là que d'une "autorisation" qui n'implique pas un transfert d'argent.
Cela fait partie des "prérogatives de la Banque d'Algérie", a-t-elle rappelé, précisant que la réglementation lui donne le droit de donner "une autorisation à une entreprise" qui dépendait de son département. C'est le cas de l'Aarc. L'argent a-t-il été transféré ? Khalida Toumi n'en dira pas plus. Toujours est-il que six ans après, le film n'a jamais vu le jour. Le projet a été gelé par l'ancien ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, pour des raisons plutôt politiques. Le film devait être en effet produit par le célèbre réalisateur et producteur américain, Oliver Stone. Le rôle principal devait être interprété par l'acteur palestinien, Saleh Bakri. Le scénario, lui, était d'abord confié au réalisateur américain, Charles Burnett, avant d'associer l'anthropologue algérien, Zaïm Khenchelaoui, pour éviter des polémiques.
Alors que les médias évoquent un budget de 75 millions de dollars pour la réalisation de ce film (le chiffre n'a jamais été confirmé ni infirmé), le projet a subitement été gelé. Il aura fallu près de 3 ans, en 2017, pour que le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, annonce à l'APN que le projet était "gelé" à cause de "l'absence d'un scénario à la hauteur de la personnalité éminente de l'Emir et de financements". Le ministre ne s'est jamais expliqué sur la destination des fonds déjà engagés pour le film. Ni lui ni son prédécesseur n'ont expliqué pourquoi ils ont engagé un budget et consacré une annonce en fanfare pour un film qui n'avait même pas de scénario.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.