Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Sit-in des enseignants du primaire: les protestataires appellent à l'ouverture d'un dialogue    LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE ‘'CCI DAHRA'' : Eclaircissements sur la loi de finances 2020    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    EL-HAMRI (ORAN) : L'opération de relogement des 153 familles fait des mécontents    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Des écoliers manifestent contre la hausse des prix    Trois postes de l'armée incendiés par les terroristes de Boko Haram    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    La bataille des exportations reste à gagner    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Chute mortelle d'un homme à Ouled Mahdi    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    Sétif, une ville sans cinéma    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné
L'autorisation de transfert a été signée par Khalida Toumi
Publié dans Liberté le 25 - 06 - 2019

Contactée, l'ancienne ministre de la Culture n'a pas nié les faits, estimant qu'il ne s'agit là que d'une "autorisation" qui n'implique pas un transfert d'argent.
L'ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, avait signé, il y a six ans, une autorisation de transfert de 17,56 millions de dollars pour un film qui finalement ne verra pas le jour. Le film, une superproduction algéro-américaine, devait porter sur une partie de la vie de l'Emir Abdelkader. Un producteur, un réalisateur et un acteur principal ont été désignés. Khalida Toumi a autorisé l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc) à transférer la somme de 17,56 millions de dollars au profit de la société américaine Libre Studio, qui appartient à Philippe Diaz.
Dans une note datée du 12 novembre 2013, dont nous détenons une copie, l'ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, autorisait l'AARC à transférer cette somme "représentant la part du montant transférable due par l'AARC, au film L'Emir Abdelkader, coproduit avec une société et réalisé par Charles Burnett". "Ce montant est destiné à la prise en charge de l'ensemble des opérations liées à la fabrication du film (préparation, tournage, postproduction) effectuées exclusivement à l'étranger, et ce, pour les besoins de la production exécutive du film L'Emir Abdelkader", précise le document. Contactée, l'ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, n'a pas nié les faits. Elle a estimé qu'il ne s'agit là que d'une "autorisation" qui n'implique pas un transfert d'argent.
Cela fait partie des "prérogatives de la Banque d'Algérie", a-t-elle rappelé, précisant que la réglementation lui donne le droit de donner "une autorisation à une entreprise" qui dépendait de son département. C'est le cas de l'Aarc. L'argent a-t-il été transféré ? Khalida Toumi n'en dira pas plus. Toujours est-il que six ans après, le film n'a jamais vu le jour. Le projet a été gelé par l'ancien ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, pour des raisons plutôt politiques. Le film devait être en effet produit par le célèbre réalisateur et producteur américain, Oliver Stone. Le rôle principal devait être interprété par l'acteur palestinien, Saleh Bakri. Le scénario, lui, était d'abord confié au réalisateur américain, Charles Burnett, avant d'associer l'anthropologue algérien, Zaïm Khenchelaoui, pour éviter des polémiques.
Alors que les médias évoquent un budget de 75 millions de dollars pour la réalisation de ce film (le chiffre n'a jamais été confirmé ni infirmé), le projet a subitement été gelé. Il aura fallu près de 3 ans, en 2017, pour que le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, annonce à l'APN que le projet était "gelé" à cause de "l'absence d'un scénario à la hauteur de la personnalité éminente de l'Emir et de financements". Le ministre ne s'est jamais expliqué sur la destination des fonds déjà engagés pour le film. Ni lui ni son prédécesseur n'ont expliqué pourquoi ils ont engagé un budget et consacré une annonce en fanfare pour un film qui n'avait même pas de scénario.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.