4 ans de prison requis à l'encontre de Khaled Drareni    La chambre d'accusation statuera demain    La consule générale bientôt rappelée    Vers une marche de huit jours vers le siège de l'ONU à Genève    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    Réouverture progressive des mosquées et des plages    Quand la canicule attise les feux de forêt    10 000 da d'amende pour les 40 participants à une excursion en mer    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Covid-19 et Toufik-34    Le Président Tebboune nomme le général Gouasmia commandant de la Gendarmerie nationale    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Affaire COA – membres remplacés : Le TARLS déboute les trois plaignants    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Aïn El Turck: Rush sur les plages en dépit de l'interdiction d'accès    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Le stade de Saïda rebaptisé au nom de Saïd Amara    Six maîtres de conférences promus au grade de professeur    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Draoui, Bouguelmouna et Ferhani partants    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?
Il paraît de plus en plus affaibli par la maladie
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2019

Maintenu comme chef de l'Etat intérimaire malgré l'expiration de la période légale de son intérim depuis le 9 juillet, Abdelkader Bensalah a paru très affaibli, à l'occasion de la finale de la CAN à laquelle il a assisté, avant-hier, au Stade international du Caire. Lors du protocole de la remise du trophée aux camarades de Mahrez, les téléspectateurs ont pu voir un homme qui avait, en effet, du mal à marcher pour rejoindre la pelouse où était dressé le podium. Pis encore, il a même failli faire une chute au niveau des petites marches du podium, n'eût été l'intervention de l'un des arbitres pour le tenir en équilibre. Si sa maladie est largement perceptible depuis déjà un moment, son état semble se dégrader davantage au fil de ses dernières apparitions, aussi rares soient-elles. En effet, ce n'est pas la première fois que l'homme paraît très affaibli. Lors de la prière de l'Aïd el-Fitr, le 4 juin dernier, Abdelkader Bensalah était déjà méconnaissable. Crâne dégarni, une conséquence de séances de chimiothérapie, traits tirés, visage émacié, l'homme avait paru, en effet, très fatigué. Cela, faut-il le rappeler, avait obligé les services de la Présidence à annuler la rituelle cérémonie de vœux prévue au Palais du peuple. Âgé de 77 ans, Abdelkader Bensalah avait été opéré, en 2015, dans un hôpital parisien. Les signes des traitements lourds, dont la chimiothérapie, sont de plus en plus apparents. Ces traitements semblent le marquer physiquement. Selon des indiscrétions, l'état de santé de Bensalah serait de plus en plus un objet d'inquiétude au sein des hautes sphères du pouvoir. En l'absence d'une solution immédiate qui rendrait possible l'organisation d'une élection présidentielle, il n'y a d'autre choix que de maintenir l'homme comme chef d'Etat intérimaire, malgré sa maladie. Son retrait éventuel rendrait inévitable le recours à une transition politique, selon le schéma revendiqué par l'opposition et le mouvement populaire : la désignation d'une personnalité consensuelle ou d'un présidium composé de trois à cinq personnes crédibles pour remplir les fonctions présidentielles jusqu'à l'élection d'un nouveau chef de l'Etat. Un schéma maintes fois rejeté par le chef d'état-major de l'armée au motif qu'une telle formule comporterait des incertitudes, voire des risques, que nul n'a explicitées jusqu'ici. Néanmoins, selon des observateurs, la dégradation de l'état de santé de Bensalah pourrait bientôt obliger les responsables de l'armée de recourir à cette voie. L'on parle déjà de pourparlers "informels", qui seraient déjà engagés en vue d'ouvrir un dialogue avec les représentants de la "société civile" et de parvenir à un "consensus" sur l'installation d'une instance de transition qui pourrait s'imposer d'elle-même. Si le départ de Bensalah pour raison de santé devait advenir, il induirait, logiquement et sauf grande surprise, la dissolution du gouvernement Bedoui. Et, du coup, la période de transition jusque-là rejetée par le pouvoir deviendrait, de fait, incontournable.

Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.