Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?
Il paraît de plus en plus affaibli par la maladie
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2019

Maintenu comme chef de l'Etat intérimaire malgré l'expiration de la période légale de son intérim depuis le 9 juillet, Abdelkader Bensalah a paru très affaibli, à l'occasion de la finale de la CAN à laquelle il a assisté, avant-hier, au Stade international du Caire. Lors du protocole de la remise du trophée aux camarades de Mahrez, les téléspectateurs ont pu voir un homme qui avait, en effet, du mal à marcher pour rejoindre la pelouse où était dressé le podium. Pis encore, il a même failli faire une chute au niveau des petites marches du podium, n'eût été l'intervention de l'un des arbitres pour le tenir en équilibre. Si sa maladie est largement perceptible depuis déjà un moment, son état semble se dégrader davantage au fil de ses dernières apparitions, aussi rares soient-elles. En effet, ce n'est pas la première fois que l'homme paraît très affaibli. Lors de la prière de l'Aïd el-Fitr, le 4 juin dernier, Abdelkader Bensalah était déjà méconnaissable. Crâne dégarni, une conséquence de séances de chimiothérapie, traits tirés, visage émacié, l'homme avait paru, en effet, très fatigué. Cela, faut-il le rappeler, avait obligé les services de la Présidence à annuler la rituelle cérémonie de vœux prévue au Palais du peuple. Âgé de 77 ans, Abdelkader Bensalah avait été opéré, en 2015, dans un hôpital parisien. Les signes des traitements lourds, dont la chimiothérapie, sont de plus en plus apparents. Ces traitements semblent le marquer physiquement. Selon des indiscrétions, l'état de santé de Bensalah serait de plus en plus un objet d'inquiétude au sein des hautes sphères du pouvoir. En l'absence d'une solution immédiate qui rendrait possible l'organisation d'une élection présidentielle, il n'y a d'autre choix que de maintenir l'homme comme chef d'Etat intérimaire, malgré sa maladie. Son retrait éventuel rendrait inévitable le recours à une transition politique, selon le schéma revendiqué par l'opposition et le mouvement populaire : la désignation d'une personnalité consensuelle ou d'un présidium composé de trois à cinq personnes crédibles pour remplir les fonctions présidentielles jusqu'à l'élection d'un nouveau chef de l'Etat. Un schéma maintes fois rejeté par le chef d'état-major de l'armée au motif qu'une telle formule comporterait des incertitudes, voire des risques, que nul n'a explicitées jusqu'ici. Néanmoins, selon des observateurs, la dégradation de l'état de santé de Bensalah pourrait bientôt obliger les responsables de l'armée de recourir à cette voie. L'on parle déjà de pourparlers "informels", qui seraient déjà engagés en vue d'ouvrir un dialogue avec les représentants de la "société civile" et de parvenir à un "consensus" sur l'installation d'une instance de transition qui pourrait s'imposer d'elle-même. Si le départ de Bensalah pour raison de santé devait advenir, il induirait, logiquement et sauf grande surprise, la dissolution du gouvernement Bedoui. Et, du coup, la période de transition jusque-là rejetée par le pouvoir deviendrait, de fait, incontournable.

Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.