UGTA: Appel à la sauvegarde des salaires et des emplois    Près de 37 millions d'abonnés à l'Internet mobile    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Le formidable élan de solidarité des Algériens    1.572 cas confirmés et 205 morts enregistrés    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    Tebboune nomme un directeur général adjoint    Coronavirus: 104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès    Général-major Chanegriha : l'ANP prête à soutenir le système sanitaire national dans la lutte contre le coronavirus    104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès en Algérie    Liverpool: Sadio Mané prêt à tous les sacrifices pour le Ballon d'or    Réunion Opep-non Opep : garantir les conditions d'équilibre pour une reprise du marché    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    On vous le dit    Le Président Tebboune désigne Abdelghani Rachedi Directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    Barça : Ca chauffre entre les dirigeants !    Journées virtuelles du court métrage: audience appréciable, organisateurs satisfaits    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Covid 19: proposition d'un revenu au profit des travailleurs privés affectés par la crise    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La "citoyenne du monde" revisitée en pleine crise sanitaire    Les avocats appellent à la libération de Brahim Laâlami    La Banque d'Algérie annonce des mesures de soutien    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Bourebbou reconnaît : "Je suis fils de harki"    Après la pandémie, gouverner autrement    ASO Chlef : Les joueurs en contact avec le préparateur physique    AGE des Ligues de Wilaya : Les experts et la loi    Université Ferhat Abbas-Sétif I : L'outil informatique, un élément d'une équation à plusieurs inconnus    Royaume-Uni : Transféré en soins intensifs, Boris Johnson lutte pour sa survie    Pandémie du nouveau coronavirus : La France toujours en «phase d'aggravation»    Pandémie de coronavirus en Afrique : L'appel à l'aide de Moussa Faki Mahamat    Enseignement à distance : Les cours basculent sur le Net    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    Riche programme culturel sur le web    Mahmoud Aroua. Médecin anesthésiste-réanimateur et auteur : «L'exercice de la médecine enrichit l'imagination»    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soudan : les paramilitaires responsables de la tuerie du 3 juin
Une enquête officielle reconnaÎt leur implication directe
Publié dans Liberté le 29 - 07 - 2019

Si la Commission d'enquête pointe de manière formelle la responsabilité de l'armée soudanaise dans le drame survenu à Khartoum, le 3 juin dernier, le bilan dont elle fait part, 87 morts, reste inférieur au chiffre, 127 morts, avancé par des sources médicales proches de la contestation.
Une enquête officielle, menée par le Conseil militaire de transition pointe la responsabilité de plusieurs paramilitaires de l'armée soudanaise dans la répression violente d'un sit-in de manifestants en juin dernier à Khartoum. La brutalité des forces paramilitaires qui intervenaient pour disperser les manifestants avait causé la mort de plusieurs dizaines de manifestants soudanais. 127 morts selon des sources médicales, 87 d'après les responsables à la tête de la commission d'enquête.
Dans le détail, les conclusions de cette enquête indiquent formellement "l'implication directe des paramilitaires issus des Forces de soutien rapide (RSF)". Selon Farah al-Rahmane Saïd, à la tête cette commission d'enquête, le Conseil militaire avait ordonné aux RSF d'évacuer un secteur appelé "Colombia", situé non loin du sit-in. Mais, a-t-il ajouté, "un général des RSF a ordonné à un colonel de disperser le sit-in : (Ils ont désobéi). Ils ont demandé aux membres des RSF de se rendre jusqu'au sit-in et leur ont donné l'ordre de descendre de leurs véhicules et de chasser les manifestants".
Cette répression dans le sang qui avait provoqué l'indignation et l'émoi à travers le monde entier, a ciblé, rappelle-t-on, un sit-in, installé devant le QG de l'armée, devenu depuis le 6 avril, l'épicentre de la contestation. En effet, le 3 juin, des hommes armés, en tenue militaire, ont lancé un raid contre ce campement de la contestation qui réclamait un pouvoir civil, frappant et tirant sur les manifestants. Un véritable carnage s'en était suivi. Manifestants et ONG avaient alors accusé les Forces de soutien rapide.
Mais le numéro deux du Conseil militaire au pouvoir, Mohammed Hamdan Daglo, également commandant des RSF, avait, de son côté, nié toute responsabilité de ses forces. "Il est clair pour la commission que le général a ordonné au colonel d'envoyer des forces anti-émeutes des RSF contre le sit-in", a affirmé, formel, Farah al-Rahmane Saïd. Si la commission d'enquête pointe de manière formelle la responsabilité de l'armée soudanaise dans le drame survenu à Khartoum, en juin dernier, le bilan dont elle fait part, 87 morts, reste inférieur au chiffre, 127 morts, avancé par des sources médicales proches de la contestation.
L'Association des professionnels soudanais (SPA), un des principaux membres du mouvement de contestation, a rejeté les résultats de l'enquête. "Nous voulions une enquête indépendante. Nous refusons les résultats de l'enquête officielle", a dit Ismaïl al-Taj de SPA. Samedi, en soirée, des manifestants ont brûlé des pneus à Khartoum pour protester surtout contre le bilan donné par la commission d'enquête, ont indiqué des témoins en faisant état de tirs de gaz lacrymogène dans un quartier contre des manifestants.
Depuis décembre, la répression a fait 246 morts, y compris les 127 manifestants tués le 3 juin, selon le comité de médecins. Après la destitution d'Al Bachir, la contestation s'est poursuivie pour réclamer un pouvoir civil. Le 17 juillet, après des négociations difficiles, le Conseil militaire et les chefs de la contestation ont conclu un accord crucial sur le partage du pouvoir, prévoyant la formation d'un conseil souverain qui mènera pendant un peu plus de trois ans la transition.

Karim Benamar/Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.