Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Infernal !
les autorités ont bloqué hier tous les accès à la capitale
Publié dans Liberté le 19 - 08 - 2019

Jusque vers 14h, des automobilistes ont dû subir des embouteillages allant de 6 à 10 km, comme c'est le cas à Khemis El-Khechna et à Dar El-Beïda, avant de rallier la capitale.
Les usagers de la route venant de toutes les wilayas du pays pour se rendre à la capitale ne sont pas près d'oublier la journée d'hier, dimanche 18 juillet, de surcroît premier jour ouvrable de la semaine. Pour cause, dès le chant du coq, les portes du Grand-Alger ont été fermées aux automobilistes par un impressionnant dispositif de sécurité.
La raison : empêcher les anciens de l'Armée nationale populaire (ANP) d'accéder à Alger pour organiser une marche. Selon des témoignages recueillis par nos soins, des centaines de gendarmes et de policiers ont été déployés dès 5h du matin pour dresser des barrages filtrants et en longueur de telle façon à fouiller, si besoin est, toute personne suspecte et/ou faisant partie des manifestants qui allaient rejoindre la capitale. Et si les automobilistes ont subi de longs et interminables embouteillages au niveau de la RN12 reliant Alger à Tizi Ouzou et Boumerdès, comme sur l'autoroute Est-Ouest et les axes reliant Blida à Tipasa vers Alger, des dizaines de milliers de véhicules, dont des ambulances, des livreurs de marchandises, mais aussi des familles et des estivants ont buté sur six principaux barrages filtrants dressés au niveau de la cité Cosider de Dar El-Beïda, des Bananiers (Bab Ezzouar), de Baba Ali, de Zéralda, de Khemis El-Khechna et des axes reliant Les Eucalyptus à El-Harrach. Du coup, les habitants de la périphérie de la capitale ont eu toutes les peines du monde à rejoindre leur lieu de travail. Des automobilistes de Dergana, de Reghaïa, d'Alger-Plage, d'Aïn Taya, d'El-Hamiz et de Rouiba ont mis plus de quatre heures pour atteindre La Moutonnière afin de rallier Alger-Centre où la circulation automobile était relativement fluide. Des dizaines d'automobilistes ont dû se garer, leurs véhicules n'ayant pu supporter une vitesse réduite sous des chaleurs torrides avoisinant, par endroits, 40 degrés. En revanche, au barrage de police attenant à la centrale électrique d'El-Hamma, des fouilles sont systématiquement opérées sur des automobilistes, alors qu'un dispositif d'intervention est déployé aux alentours de la gare routière du Caroubier et de la gare ferroviaire pour identifier les nombreux manifestants ayant répondu à la marche des anciens de l'ANP. Jusque vers 14h, des automobilistes ont dû supporter les embouteillages s'étendant sur 6 à 10 km, comme ce fut le cas à Khemis El-Khechna et à Dar El-Beïda, pour arriver à Alger. "J'ai mis cinq heures depuis Boumerdès pour finalement tomber sur le barrage de Khemis El-Khechna. Il faudra mettre encore deux ou trois heures pour arriver à Zéralda", témoigne un marchand de meubles. Les ambulanciers, eux, n'ont pu se frayer un chemin pour évacuer les malades vers les CHU d'Alger, alors que les transports en commun venant des quatre coins du pays tentaient de guetter la moindre bretelle pour rebrousser chemin. Mais même les échangeurs étaient totalement bloqués à la circulation routière. Là aussi, les ponts ont fait l'objet de contrôle et de surveillance pour empêcher les manifestants de rallier Alger via des raccourcis, et ce, à l'instar des chemins communaux qui ont été également bloqués par des barrages filtrants. Ces barricades sécuritaires ont, outre l'atteinte à la libre circulation des personnes, causé des préjudices à l'économie nationale. De l'autre côté de Lakhdaria, de Bordj Bou-Arréridj, de Sétif, de Tipasa, de Médéa et de Blida, les automobilistes ont également eu beaucoup de mal à rallier la capitale. Outre les citoyens qui ont raté leurs rendez-vous pour le dépôt des dossiers de visa, des dizaines de personnes n'ont pu embarquer en cette période des grandes vacances, marquée par le retour des émigrés.

FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.