Installation du nouveau président de la Cour d'Alger    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Le choc !    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Infernal !
les autorités ont bloqué hier tous les accès à la capitale
Publié dans Liberté le 19 - 08 - 2019

Jusque vers 14h, des automobilistes ont dû subir des embouteillages allant de 6 à 10 km, comme c'est le cas à Khemis El-Khechna et à Dar El-Beïda, avant de rallier la capitale.
Les usagers de la route venant de toutes les wilayas du pays pour se rendre à la capitale ne sont pas près d'oublier la journée d'hier, dimanche 18 juillet, de surcroît premier jour ouvrable de la semaine. Pour cause, dès le chant du coq, les portes du Grand-Alger ont été fermées aux automobilistes par un impressionnant dispositif de sécurité.
La raison : empêcher les anciens de l'Armée nationale populaire (ANP) d'accéder à Alger pour organiser une marche. Selon des témoignages recueillis par nos soins, des centaines de gendarmes et de policiers ont été déployés dès 5h du matin pour dresser des barrages filtrants et en longueur de telle façon à fouiller, si besoin est, toute personne suspecte et/ou faisant partie des manifestants qui allaient rejoindre la capitale. Et si les automobilistes ont subi de longs et interminables embouteillages au niveau de la RN12 reliant Alger à Tizi Ouzou et Boumerdès, comme sur l'autoroute Est-Ouest et les axes reliant Blida à Tipasa vers Alger, des dizaines de milliers de véhicules, dont des ambulances, des livreurs de marchandises, mais aussi des familles et des estivants ont buté sur six principaux barrages filtrants dressés au niveau de la cité Cosider de Dar El-Beïda, des Bananiers (Bab Ezzouar), de Baba Ali, de Zéralda, de Khemis El-Khechna et des axes reliant Les Eucalyptus à El-Harrach. Du coup, les habitants de la périphérie de la capitale ont eu toutes les peines du monde à rejoindre leur lieu de travail. Des automobilistes de Dergana, de Reghaïa, d'Alger-Plage, d'Aïn Taya, d'El-Hamiz et de Rouiba ont mis plus de quatre heures pour atteindre La Moutonnière afin de rallier Alger-Centre où la circulation automobile était relativement fluide. Des dizaines d'automobilistes ont dû se garer, leurs véhicules n'ayant pu supporter une vitesse réduite sous des chaleurs torrides avoisinant, par endroits, 40 degrés. En revanche, au barrage de police attenant à la centrale électrique d'El-Hamma, des fouilles sont systématiquement opérées sur des automobilistes, alors qu'un dispositif d'intervention est déployé aux alentours de la gare routière du Caroubier et de la gare ferroviaire pour identifier les nombreux manifestants ayant répondu à la marche des anciens de l'ANP. Jusque vers 14h, des automobilistes ont dû supporter les embouteillages s'étendant sur 6 à 10 km, comme ce fut le cas à Khemis El-Khechna et à Dar El-Beïda, pour arriver à Alger. "J'ai mis cinq heures depuis Boumerdès pour finalement tomber sur le barrage de Khemis El-Khechna. Il faudra mettre encore deux ou trois heures pour arriver à Zéralda", témoigne un marchand de meubles. Les ambulanciers, eux, n'ont pu se frayer un chemin pour évacuer les malades vers les CHU d'Alger, alors que les transports en commun venant des quatre coins du pays tentaient de guetter la moindre bretelle pour rebrousser chemin. Mais même les échangeurs étaient totalement bloqués à la circulation routière. Là aussi, les ponts ont fait l'objet de contrôle et de surveillance pour empêcher les manifestants de rallier Alger via des raccourcis, et ce, à l'instar des chemins communaux qui ont été également bloqués par des barrages filtrants. Ces barricades sécuritaires ont, outre l'atteinte à la libre circulation des personnes, causé des préjudices à l'économie nationale. De l'autre côté de Lakhdaria, de Bordj Bou-Arréridj, de Sétif, de Tipasa, de Médéa et de Blida, les automobilistes ont également eu beaucoup de mal à rallier la capitale. Outre les citoyens qui ont raté leurs rendez-vous pour le dépôt des dossiers de visa, des dizaines de personnes n'ont pu embarquer en cette période des grandes vacances, marquée par le retour des émigrés.

FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.