PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    SIDI BEL ABBES : La santé mentale, thème d'une formation de 5 jours    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Real Madrid: Zidane reste optimiste pour Hazard    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    La Tunisie veut forcer son destin    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    "Nos enfants ne sont pas des bandits !"    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Les étudiants empêchés de rallier le tribunal de Sidi M'hamed    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    La Russie se replace en Afrique    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Hôpital Mustapha Bacha : Organisation de la circulation des véhicules    «Elargir le champ des investigations sans se passer du contrôle de la justice»    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Situation socioéconomique, politique et perspectives de l'Algérie 2020/2030    Ouverture du Salon Hassi-Messaoud Expo 2019    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Le NB Staouéli dans le groupe 2    Une femme à la tête de la Ligue de football de la wilaya    Ludovic Batelli a échoué, il s'en va, ses références dénoncées    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Transport: Tassili Airlines renforce ses dessertes vers le Grand Sud à partir de novembre    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les raisons d'un bouleversement politique
Résultats de l'élection présidentielle en Tunisie
Publié dans Liberté le 18 - 09 - 2019

Incarné depuis 2012 par Nidaa Tounes, parti progressiste d'inspiration bourguibiste, et Ennahdha, parti islamiste proche de la confrérie des Frères musulmans, le paysage politique en Tunisie a été ébranlé à la faveur d'un scrutin qui n'a pas fini de surprendre.
Le second tour de la présidentielle en Tunisie opposera l'universitaire indépendant Kaïs Saïed et l'homme d'affaires actuellement en prison Nabil Karoui, a annoncé l'Instance de surveillance indépendante des élections (Isie), lors d'un point de presse. Selon des résultats officiels, M. Saïed a obtenu 18,4% des voix et M. Karoui 15,58%, a déclaré le président de l'Isie Nabil Baffoun, lors d'une conférence de presse. Le taux de participation final s'est situé à 49%, a-t-il ajouté.
Le candidat du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, Abdelfattah Mourou, est arrivé en 3e position avec 12,88%. L'élection présidentielle anticipée en Tunisie, dont les candidats Kaïs Saïed et Nabil Karoui en sont sortis grands vainqueurs, préfigure d'ores et déjà un chamboulement profond de la cartographie politique dans un pays qui cherche encore sa propre voie démocratique. Kaïs Saïed est un constitutionnaliste de 61 ans, qui n'a ni parti ni structure électorale.
Il a fait campagne uniquement en faisant du porte à porte et en prônant une démocratie décentralisée et participative. Il a fait le plein de voix chez les jeunes diplômés au chômage, selon les analystes. Nabil Karoui, bien qu'issu de l'establishment tunisien, se présente lui aussi comme un candidat "anti-système". Fondateur de Nessma, l'une des principales chaînes privées tunisiennes, cet homme d'affaires controversé est sous le coup d'une enquête pour blanchiment et fraude fiscale, et est en détention préventive depuis le 23 août.
Il est très populaire dans les régions défavorisées du centre de la Tunisie où il a organisé ces dernières années des opérations caritatives abondamment relayées par Nessma. Premier enseignement au lendemain du résultat final du premier tour : le taux de participation à cette échéance si particulière a laborieusement atteint les 45 %. Ce qui peut être interprété comme un désaveu à la classe politique et un désenchantement.
L'urne a parlé dimanche et le rejet par les Tunisiens de la pratique politique, incarnée depuis 2011 par Nidaa Tounes, pour les modernistes, et Ennahda, pour les islamistes, s'est bel et bien confirmé. La bataille s'annonce toutefois rude pour les deux candidats et les Tunisiens seront amenés à se prononcer sur la suite de démocratisation du pays, qui a commencé au lendemain de la chute de l'ancien régime de Zine al-Abidine Ben Ali début 2011. Reste aussi à trancher la question concernant M. Karoui, toujours en détention, dans le cas où il sera élu au second tour la présidentielle.
Le constitutionnaliste tunisien, Iyadh Ben Achour, a estimé que seul le juge d'instruction en charge de l'affaire du candidat à la présidentielle anticipée, Nabil Karoui, placé en détention, est habilité juridiquement à ordonner la libération du candidat dont la situation "crée une impasse juridique".
Cité par l'agence de presse TAP, M. Ben Achour a également rappelé qu'"aucun jugement définitif n'a été rendu pour Nabil Karoui, placé en détention sur la base d'un mandat de dépôt provisoire". Le constitutionnaliste a en outre considéré que la situation de Nabil Karoui, président du parti Qalb Tounès (Cœur de Tunisie), "n'a aucune solution juridique", ajoutant que la libération du candidat à la présidentielle "serait animée par des motifs moraux et non juridiques".

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.