Naples : Revirement de situation pour Koulibaly ?    Lutte contre la rage : atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie    Arrestation d'un usurpateur de fonction de cadre auprès de la présidence de la République    Les avocats maintiennent la pression    Les commerçants de boissons alcoolisées reviennent à la charge    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    48 directeurs d'annexes Ansej limogés    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Le ministre des Affaires étrangères à Tunis pour une visite de travail    Visite du président du gouvernement espagnol    Trump exige un contrôle antidopage de Biden en vue de leur débat    Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    La fille des Aurès    Mandi buteur face au Real    Belhoucini à Umm Salal, c'est fait !    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    Le soutien sans réserve du FLN    Hamidou appelle à la promotion d'un tourisme responsable et durable    Prise en charge psychiatrique d'adolescents : Plaidoyer pour l'aménagement de structures d'hospitalisation    Les partenaires sociaux pas très convaincus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Actucult    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les raisons d'un bouleversement politique
Résultats de l'élection présidentielle en Tunisie
Publié dans Liberté le 18 - 09 - 2019

Incarné depuis 2012 par Nidaa Tounes, parti progressiste d'inspiration bourguibiste, et Ennahdha, parti islamiste proche de la confrérie des Frères musulmans, le paysage politique en Tunisie a été ébranlé à la faveur d'un scrutin qui n'a pas fini de surprendre.
Le second tour de la présidentielle en Tunisie opposera l'universitaire indépendant Kaïs Saïed et l'homme d'affaires actuellement en prison Nabil Karoui, a annoncé l'Instance de surveillance indépendante des élections (Isie), lors d'un point de presse. Selon des résultats officiels, M. Saïed a obtenu 18,4% des voix et M. Karoui 15,58%, a déclaré le président de l'Isie Nabil Baffoun, lors d'une conférence de presse. Le taux de participation final s'est situé à 49%, a-t-il ajouté.
Le candidat du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, Abdelfattah Mourou, est arrivé en 3e position avec 12,88%. L'élection présidentielle anticipée en Tunisie, dont les candidats Kaïs Saïed et Nabil Karoui en sont sortis grands vainqueurs, préfigure d'ores et déjà un chamboulement profond de la cartographie politique dans un pays qui cherche encore sa propre voie démocratique. Kaïs Saïed est un constitutionnaliste de 61 ans, qui n'a ni parti ni structure électorale.
Il a fait campagne uniquement en faisant du porte à porte et en prônant une démocratie décentralisée et participative. Il a fait le plein de voix chez les jeunes diplômés au chômage, selon les analystes. Nabil Karoui, bien qu'issu de l'establishment tunisien, se présente lui aussi comme un candidat "anti-système". Fondateur de Nessma, l'une des principales chaînes privées tunisiennes, cet homme d'affaires controversé est sous le coup d'une enquête pour blanchiment et fraude fiscale, et est en détention préventive depuis le 23 août.
Il est très populaire dans les régions défavorisées du centre de la Tunisie où il a organisé ces dernières années des opérations caritatives abondamment relayées par Nessma. Premier enseignement au lendemain du résultat final du premier tour : le taux de participation à cette échéance si particulière a laborieusement atteint les 45 %. Ce qui peut être interprété comme un désaveu à la classe politique et un désenchantement.
L'urne a parlé dimanche et le rejet par les Tunisiens de la pratique politique, incarnée depuis 2011 par Nidaa Tounes, pour les modernistes, et Ennahda, pour les islamistes, s'est bel et bien confirmé. La bataille s'annonce toutefois rude pour les deux candidats et les Tunisiens seront amenés à se prononcer sur la suite de démocratisation du pays, qui a commencé au lendemain de la chute de l'ancien régime de Zine al-Abidine Ben Ali début 2011. Reste aussi à trancher la question concernant M. Karoui, toujours en détention, dans le cas où il sera élu au second tour la présidentielle.
Le constitutionnaliste tunisien, Iyadh Ben Achour, a estimé que seul le juge d'instruction en charge de l'affaire du candidat à la présidentielle anticipée, Nabil Karoui, placé en détention, est habilité juridiquement à ordonner la libération du candidat dont la situation "crée une impasse juridique".
Cité par l'agence de presse TAP, M. Ben Achour a également rappelé qu'"aucun jugement définitif n'a été rendu pour Nabil Karoui, placé en détention sur la base d'un mandat de dépôt provisoire". Le constitutionnaliste a en outre considéré que la situation de Nabil Karoui, président du parti Qalb Tounès (Cœur de Tunisie), "n'a aucune solution juridique", ajoutant que la libération du candidat à la présidentielle "serait animée par des motifs moraux et non juridiques".

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.