Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    Mwepu et Daka rappelés    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement français veut jouer la transparence
Archives de la guerre d'Algérie
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2019

Une circulaire signée par le Premier ministre sera publiée dans quelques jours. Elle appellera toutes les administrations de l'Hexagone à se prononcer en faveur de l'ouverture et de la déclassification de tous les fonds non encore communicables.
La France prête à ouvrir la boîte de Pandore ? C'est en tout cas ce qu'elle laisse penser. Après l'arrêté du 10 septembre dernier sur la divulgation des archives concernant l'affaire Audin, des décisions de même type devront suivre très prochainement, pour éclairer plus largement sur la période 1945-1962.
Selon Jean-Charles Begague du Service interministériel des archives de France (SIAF), une seconde dérogation est sur les rails et va toucher les fonds en rapport avec l'ensemble des disparitions qui ont eu lieu pendant la guerre d'Algérie. "Ces disparus correspondent à des fonds souvent très différents qu'il s'agit d'identifier. Certains sont bien circonscrits, connus et étudiés et accessibles sans dérogation depuis longtemps.
D'autres sont à rechercher dans des océans plus immenses, comme les archives des juridictions qui sont soumises à de longs délais de rétention avant leur reclassification", a souligné le fonctionnaire.
S'exprimant au cours d'une journée d'étude sur les disparus de la guerre d'Algérie, organisée ce vendredi au siège de l'Assemblée nationale, à Paris, par l'Association Maurice-Audin et l'Association Histoire coloniale, M. Begague a révélé que le Premier ministre, Edouard Philippe, va publier une circulaire, qui va demander aux administrations (y compris la Défense) de se prononcer, plus systématiquement, en faveur de l'ouverture et de la déclassification des archives sur la guerre d'Algérie.
"Cette circulaire leur demandera aussi de verser aux archives les documents en leur possession et incitera les services des archives à inventorier plus finement et à diffuser le plus largement possible et notamment sur internet leurs instruments de recherche", a fait savoir M. Begague, assurant que cette opération n'est pas simple, vu le contenu des archives concernées, surtout dans le domaine des disparitions. "La décision de mettre en œuvre une dérogation générale reste un défi.
Elle porte sur les preuves de l'absence et d'une pratique qui a souffert d'un déficit d'encadrement légal et qui, par nature, n'avait pas vocation à laisser des traces. Cette dérogation touche par ailleurs à l'intime. Elle interroge les mémoires de la guerre, des mémoires contrariées, parfois contraires", a affirmé le représentant des archives nationales françaises.
Pour beaucoup d'historiens, les recherches doivent porter surtout sur le sort de milliers d'Algériens qui, comme Maurice Audin, ont été victimes d'exécutions extrajudiciaires et dont les corps n'ont jamais été retrouvés. "Jusqu'aux années 2000, le terme disparus s'appliquait uniquement aux Européens d'Algérie", a fait remarquer l'historien Benjamin Stora, lors de son intervention.
Le directeur de L'Encyclopédie de la colonisation française, Alain Ruscio, a, de son côté, rappelé, dans un exposé, que les disparitions forcées ont été fréquentes dans tout l'empire colonial français, bien avant le début de la guerre d'indépendance de l'Algérie qui les a amplifiées.
Créé il y a une année, au lendemain de la reconnaissance par le président Emmanuel Macron de la responsabilité de l'Etat français dans la disparition de Maurice Audin, le site 1000autres.org a l'ambition d'élucider les circonstances d'arrestation et de disparition de milliers d'Algériens pendant la bataille d'Alger.
Mais ses animateurs (les historiens Fabrice Riceputi et Malika Rahal) comptent plus sur les témoignages que sur les archives pour trouver la trace des victimes. Pour Sylvie Thenault, directrice de recherche au CNRS, qui a beaucoup travaillé sur la question des archives coloniales, l'opacité du système arrestations-détentions fait très souvent obstacle à la quête de la vérité.

S. L.-K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.