Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Treize activites acquittés    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FCE tire la sonnette d'alarme
Entreprises en difficulté
Publié dans Liberté le 25 - 09 - 2019

Signe d'une crise patente, 300 000 emplois ont été perdus et 50 000 registres du commerce ont été résiliés ces derniers mois.
La situation économique est inquiétante, a indiqué, hier, le président du Forum des chefs d'entreprise (FCE), Mohamed Sami Agli. "Je ne vais pas aller jusqu'à dire qu'il y a le feu à la maison. Mais la situation est inquiétante. Les chefs d'entreprise sont inquiets", a alerté Mohamed Sami Agli, lors de son passage au Forum du quotidien national El Moudjahid. Le président du FCE plaide pour "des mesures courageuses et urgentes", pour éviter les licenciements et la perte de parts de marché et maintenir l'activité. Dans certains secteurs-clés, comme le BTPH (bâtiment, travaux publics et hydraulique), souligne M. Agli, la question se pose en termes de survie des entreprises. Pour le président du FCE, "à une situation exceptionnelle, il faut des solutions exceptionnelles", suggérant, entre autres, un "moratoire" sur le paiement des charges sociales, d'autant que plusieurs entreprises du BTPH, liées à la dépense publique, souffrent de créances impayées.
M. Agli a évoqué la perte de 300 000 emplois à cause de la crise. 50 000 registres du commerce ont été, également, résiliés. Le président du FCE estime, par ailleurs, nécessaire l'accompagnement des entreprises par les banques "durant cette conjoncture difficile". M. Agli affirme que certaines demandes "de rééchelonnement" ou "de rallonge" présentées par les entreprises "ne sont pas forcément acceptées". D'une manière générale, estime-t-il, "il faut s'adapter à la situation". Le président du FCE milite pour une ouverture qui permettra aux entreprises de se diversifier. Il salue, au passage, la décision du gouvernement relative à la levée des restrictions prévues dans le cadre de la règle 49/51% appliquée aux investissements étrangers en Algérie et touchant les secteurs non stratégiques. "C'est un signal positif envers les investisseurs", a-t-il jugé, rappelant que le FCE a toujours milité pour l'abrogation de cette disposition. M. Agli soutient que "le modèle de fermeture a prouvé son échec", estimant qu'il faut "s'inspirer des modèles qui ont prouvé leur réussite". Pour autant, le président du FCE reconnaît que si la révision de la règle 49/51% régissant l'investissement étranger en Algérie est une condition nécessaire, elle n'est certainement pas suffisante pour drainer des partenaires étrangers. "Il s'agit d'un premier pas qui donne de l'espoir", nuance-t-il, laissant entendre que les investissements directs étrangers peuvent être des sources de financement. M. Agli appelle à ne pas diaboliser l'opérateur privé. "Il faut rendre hommage au privé", souligne-t-il, estimant qu'"il est un opérateur courageux qui maintient le travail et les investissements durant les périodes critiques. Qui se bat contre une administration lourde et une concurrence déloyale". Le président du FCE plaide, aussi, pour le rétablissement de la confiance avec la diaspora. "C'est le seul pays au monde qui met une règle pour exclure la diaspora", regrette M. Agli. Ce dernier estime que la désignation d'administrateurs pour les entreprises, dont les patrons sont incarcérés, est "une première étape positive".
M. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.