Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brillants résultats, mauvaises conditions de scolarité
Situation amère dans certaines écoles à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 17 - 10 - 2019

Depuis la rentrée scolaire, plus d'une vingtaine d'actions ont été menées par des parents qui dénoncent de multiples insuffisances et qui s'inquiètent parfois même pour l'intégrité physique de leurs enfants en raison de l'état de dégradation des écoles qu'ils fréquentent. Au village Aït Attela, dans la commune d'Aït Yahia Moussa, tout comme au village Attouche, dans la commune de Makouda, au village Aït Ourzedine, dans la commune de Tadmaït, à Timizart et à Tizi Ghennif, entre autres, les parents ont carrément refusé d'envoyer leurs enfants à l'école pour leur éviter de s'exposer aux multiples dangers que celle-ci présente. La dégradation des salles de classe, des réfectoires, des toitures, de la cour et des blocs sanitaires, ainsi que les insuffisances quant au mobilier et à l'encadrement sont entre autres motifs invoqués par ces parents qui refusent que leurs enfants aillent à l'école. Par ailleurs, c'est surtout l'absence de cantine scolaire qui irrite les parents. C'est le cas, entre autres, à l'école primaire Adhrar, dans la commune d'Aghrib, où les élèves utilisent une maison de jeunes pour déjeuner. "Pour la rejoindre, les enfants risquent constamment leur vie en traversant la route", dénonce un parent d'élève de ce village. À Tizi Ghennif, quatre écoles d'Ameddah, de Marako, de Mohamed-Allel, de Tiâchach et d'Ighil Boughmari sont toujours sans cantine scolaire. La ville chef-lieu de wilaya n'échappe pas à cette situation puisque, selon une source à l'APC, 11 écoles sur 50 sont privées de cantine scolaire depuis la rentrée scolaire. À Mâatkas également, le cas des deux écoles primaires, Saïd-Hedjar, au village Agouni Boufa, et celle de Ferhi-Saïd, à la cité Souk El-Tenine, sont également dans une situation critique, selon un élu local. Concernant le moyen, ce sont les CEM Malek-Mohand-Akli de Tmizart et Aoudia-Mohamed d'Ouaguenoun qui ont le plus fait parler d'eux depuis la rentrée. Le premier est en préfabriqué et le second connaît une dégradation très avancée, selon les parents d'élèves qui ont mené des actions de protestation tout récemment.
Dans un rapport présenté, il y a quelques jours, la commission éducation à l'APW a dressé un constat alarmant sur les écoles à Tizi Ouzou. Elle a affirmé qu'en matière d'hygiène, plusieurs établissements ne sont pas pris convenablement en charge par les APC. "Dans certains cas, les sanitaires sont en nombre insuffisant et mal conçus", y est-il noté, en plus de la surcharge des classes, d'absence de VRD et d'assainissement dans les nouvelles infrastructures scolaires. Dans le même document, il est également fait état d'un déficit de 45 établissements scolaires : 10 lycées, 15 collèges et 20 écoles primaires, ainsi que pas moins de 120 classes en extension des écoles déjà existantes.
Face à l'état d'abandon dans lequel se trouvent de nombreuses écoles de la wilaya, ce sont parfois des comités de villages ou des groupes de bénévoles qui viennent à la rescousse des autorités en prenant, eux-mêmes, en charge certains travaux de rénovation et d'embellissement pour pouvoir offrir un cadre de scolarité, un tant soit peu, décent aux élèves. C'est le cas, entre autres, du village Tarihant, dans la commune de Boudjima, où un groupe de bénévoles a procédé, l'été dernier, à l'embellissement de l'école primaire Chahid Mohamed-Fahem, qui accueille plus de 250 enfants. Ces volontaires ont effectué des travaux d'aménagement et de décoration dans cette école.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.