Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Non, je préfère me taire...    L'Alliance socialiste australienne condamne l'agression du Maroc et appelle à la tenue d'un référendum    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Al-Ahly, un 9e sacre au goût spécial    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Large mobilisation en France    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les candidatures des groupes armés rejetées    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Football - Ligue 1: L'ESS, la JSS, l'USB et le NCM s'installent    LE DECOMPTE DES MORTS    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Russie se replace en Afrique
Moscou organise son premier sommet après la chute de l'Ex-URSS
Publié dans Liberté le 23 - 10 - 2019

De nombreux experts estiment que la bataille de ce début du siècle aura lieu sur le continent africain, où tout reste à faire, et aussi en raison des ressources naturelles que renferme son sous-sol.
Le premier "Sommet Russie-Afrique" se tiendra aujourd'hui et demain à Sotchi. Selon le Kremlin, une trentaine de dirigeants africains prendront part à cet événement, dont le chef d'Etat Abdelkader Bensalah, a indiqué la présidence de la République dans un communiqué. Ce sommet vient rappeler la guerre féroce que se livrent les grandes puissances sur le continent africain, mais surtout le retour opéré par Moscou ces dernières années, aussi bien sur le plan économique que diplomatique.
Outre le renforcement de sa relation avec l'Afrique du Sud dans le cadre de l'organisation des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), la Russie se (re)place progressivement dans la région du Sahel et en Afrique centrale, où son influence diplomatique va de pair avec ses ambitions économiques et militaires. Selon les chiffres officiels, en 2018, les échanges entre la Russie et le continent africain s'élevaient à 20 milliards de dollars, moins de la moitié de ceux de la France et dix fois moins que la Chine.
Et la majorité du commerce concerne les ventes d'armes, rare domaine dans lequel la Russie est en tête en Afrique. Entre 2014 et 2018, la Russie représentait 49% du total des importations d'armes en Afrique du Nord et 28% de celles d'Afrique subsaharienne, selon l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri).
Mais la Russie veut au-delà de son commerce d'armes, en s'impliquant de plus en plus sur le plan diplomatique dans les processus politique en Libye, au Mali, ou encore en Centrafrique, pour ne citer que ces trois pays, où la présence de mission de paix de l'ONU et des forces militaires de certains pays n'ont pas réussi à dénouer la crise.
Le vide laissé par un retrait américain de l'Egypte, avec la diminution de l'aide financière octroyée par Washington au Caire, a ouvert la voie à Moscou pour renouer ses liens avec le nouveau régime de Abdel-Fattah al-Sissi. Dans la région du Maghreb, la Russie continue d'entretenir une relation de premier ordre avec l'Algérie, car, outre le marché de l'armement, Moscou et Alger alignent leurs positions concernant le règlement de la crise libyenne, bien que la Russie soit suspectée de soutenir le controversé maréchal Khalifa Haftar au détriment du gouvernement légitime de Tripoli.
Aussi, Moscou veut s'offrir de la place chez le voisin marocain, en signant en 2016 un partenariat stratégique avec Rabat. Aujourd'hui, le président russe Vladimir Poutine aspire à renforcer la présence russe dans le domaine minier et énergétique, en concluant une série d'accords avec plusieurs pays africains, où les Chinois, les Français, l'Inde et les Etats-Unis avancent aussi leurs pions.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.