REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    REVISION CONSTITUTIONNELLE : Début du vote dans les bureaux itinérants à Nâama    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    La pandémie a fait plus de 1.182.000 décès dans le monde    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les écoles primaires paralysées hier
Alors que le collectif des enseignants a été reçu par la tutelle
Publié dans Liberté le 12 - 11 - 2019

Les enseignants ont paralysé, hier, les établissements du cycle primaire dans nombre de wilayas en réponse au mot d'ordre d'une grève nationale cyclique, observée chaque lundi, pour la sixième semaine consécutive, et organisé des sit-in devant les directions de l'éducation des wilayas et devant l'annexe du ministère de l'Education aux Anassers (ex-Ruisseau) à Alger, et ce, à l'initiative du collectif des enseignants libres du cycle primaire (sans couverture syndicale), afin de faire pression sur la tutelle pour satisfaire leurs revendications.
Le taux de suivi de cette action de protestation avait atteint, à la mi-journée, une moyenne de 80%, selon le collectif. Pour sa part, le Syndicat national des travailleurs de l'Education (Snte) a estimé l'adhésion autour de 68%, comme l'a soutenu le président du syndicat, Abdelkrim Boudjenah, qui a fait état de "pressions exercées par l'administration sur les enseignants" dans certaines wilayas. Ainsi, à Bordj Bou-Arréridj, la grève a été largement suivie, comme constaté à travers plusieurs établissements scolaires de la ville.
Le taux de suivi a dépassé les 90%.
"Nous sommes ignorés par la tutelle et les responsables", disent les grévistes, qui rappellent que leurs revendications socioprofessionnelles sont légitimes et réalisables. L'ensemble des établissements de la wilaya de Bouira, notamment Ahnif, Bechloul, El-Esnam, Ath Laqser, Lakhdaria, Kadiria et le chef-lieu de la wilaya, a également été paralysé. Le taux d'adhésion avait atteint à la mi-journée les 80%, a avancé le collectif de Bouira. Ce collectif s'est, toutefois, dans un communiqué rendu public, démarqué des syndicats conventionnels.
À Oran, des dizaines d'enseignants du cycle primaire se sont rassemblés, hier matin, devant la Direction de l'éducation. "Nos conditions de travail sont infernales. Avec une moyenne de 40 élèves par classe, nous sommes contraints d'assurer un volume horaire de 30 heures par semaine et d'enseigner 11 matières", a déploré un enseignant, alors que ses confrères lançaient des slogans fustigeant une tutelle sans pouvoir de décision : "Ya lilaâr, el-wizara bila qarar !"
Dans une tentative de désamorcer la crise, l'inspecteur général au ministère de l'Education nationale a rencontré, hier, des représentants d'enseignants libres du primaire pour débattre de leurs revendications. Cette première réunion du genre a été précédée d'une autre ayant regroupé le collectif des enseignants du primaire, en présence de représentants de 40 wilayas. Elle a débouché sur un communiqué où ils exigent l'application immédiate du décret gelé, depuis 5 ans, comme condition préalable à l'arrêt de la grève.
Ils ont aussi menacé d'observer une grève ouverte en cas d'échec de la réunion. Mais le SNTE, qui remet en cause la légitimité des enseignants du collectif, reste sceptique quant aux résultats d'une telle rencontre, préférant s'adresser directement au ministre de tutelle. Pour de plus amples informations, nous avons vainement tenté de contacter les responsables du ministère de l'Education nationale qui étaient aux abonnés absents.

A. R./C. B./R. B./S. O. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.