Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Deux terroristes abattus mardi à Jijel    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    LDC : Le programme de ce mardi    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    West Ham : Le souhait de Moyes pour Benrahma    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Le fisc peine à taxer les fortunes    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    Le procès de 14 hirakistes ajourné au 21 décembre    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    21 décès et 978 nouveaux cas    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Le positivisme, le négativisme, et mille et une choses encore    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre
Rejet du scrutin du 12 décembre
Publié dans Liberté le 18 - 11 - 2019

Les rassemblements se tiendront simultanément. À Bruxelles, les marcheurs se réuniront devant le siège de la Commission européenne.
Les collectifs de la diaspora en France et en Belgique veulent frapper fort pour marquer l'opposition des Algériens à l'élection présidentielle, prévue le 12 décembre prochain. Deux marches sont prévues le dimanche 1er décembre. La première aura lieu à Paris, entre la place de la République et la place de la Bastille. La seconde sera organisée dans le quartier européen de Bruxelles, de la porte de Namur à la place Schuman, non loin des bâtiments de la Commission européenne.
Les collectifs Debout l'Algérie (de Paris et de Lorraine), Riposte Internationale, le Collectif de Solidarité avec le peuple algérien, ainsi que la Fanfare du Soleil du Luxembourg sont les initiateurs du défilé bruxellois. Dans un appel, ces organisations ont indiqué que la marche servira à porter la voix du peuple algérien "dans un silence assourdissant et intrigant d'une communauté internationale habituellement si loquace quant aux droits de l'Homme". "Aucun chantage au chaos, à l'ingérence ou à d'autres mensonges n'aura prise sur le peuple conscient de la nécessité de reprendre son destin en main", font encore savoir les initiateurs du défilé, en précisant que l'élection proposée par le régime ne répond aucunement au désir des Algériens de vivre en paix et libres dans leur pays. À Paris, les collectifs de la diaspora sont également mobilisés.
Rassemblés de nouveau hier sur la place de la République, ils ont exprimé leur rejet du scrutin présidentiel, qualifié de coup de force contre le peuple. Le meeting a également servi à mobiliser les présents en perspective de la marche du 1er décembre et à la réussite des défilés organisés précédemment. Les organisations qui animent la contestation en France s'attendent à une participation massive. Plusieurs milliers d'expatriés ont par exemple pris part à la marche qui a eu lieu le 1er novembre dernier.
"Le régime a l'habitude de se servir d'images de votants en France pour donner l'illusion d'une participation massive aux élections et embrigader les votants en Algérie. Cette fois, nous lui montrerons que les Algériens de France ne seront pas dans les bureaux de vote, mais dans la rue", fait savoir Haroun, syndicaliste étudiant.
Lors de la marche du 1er novembre à Paris, il faisait partie des dizaines de jeunes mobilisés pour assurer le service d'ordre. Arrivé en France il y a quelques années, il confie être extrêmement touché par la solidarité des expatriés à l'égard de leurs compatriotes en Algérie.
"Mêmes revendications, mêmes slogans, mêmes chants. C'est la voix de l'Algérie qui résonne en France", observe Haroun. Hassina, qui réside à Liège, en Belgique, pense qu'il est nécessaire de garder le cap. "Les capitales occidentales doivent nous entendre et arrêter de faire semblant qu'il ne se passe rien en Algérie en entretenant des relations mercantiles avec un régime qui réprime son peuple", exige-t-elle. Le 1er décembre, elle se déplacera à Bruxelles pour marcher jusqu'au siège de la Commission européenne. "Tous les jours, des Algériens sont jetés en prison parce qu'ils veulent un Etat de droit. Se taire, c'est se rendre complice de leurs geôliers", épilogue la jeune femme.

De Paris : Samia Lokmane-Khelil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.